Ferme ta gueule !

Le président du syndicat des pompiers de Gatineau, Stéphane Noël, a été suspendu pour six mois sans salaire après avoir souligné qu’une insuffisante pression d’eau avait nui aux travail des pompiers lors de l’incendie qui a complètement détruit une église historique, le 11 juin 2009.

Le président du syndicat a effectivement reçu une lettre de son employeur le 22 janvier dernier, stipulant qu’il avait manqué de loyauté envers son employeur et qu’il avait contrevenu a une politique interne forçant les employés à obtenir la permission de la ville avant de s’addresser aux média.

Par cette tentative de faire taire un militant syndical, l’employeur cherche par là à attaquer le droit des travailleurs à dénoncer des situations potentiellement dangeureuse pour eux et pour le public.

L’attitude de la ville de Gatineau est particulièrement hypocrite dans le contexte plus général ou le patronat met constamment l’accent sur le côté égoïste et corporatiste des syndicats, alors que dans ce cas la sécurité publique est clairement en jeu.

Cette suspension pose aussi la question plus large du droit à la liberté d’expression des travailleurs, qui pourraient se voir soumis à la censure de leur employeur si l’interprétation de la ville de Gatineau devait l’emporter devant les tribunaux.

0 réponses

Répondre

Want to join the discussion?
Feel free to contribute!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *