Un chalet 100% wobblies: Troisième édition du camps d’été du SITT-IWW

Pour une troisième année de suite, le Comité marchandise-événements de la section montréalaise du Syndicat Industriel des Travailleurs et Travailleuses nous a organisé un solide camp d’été! L’invitation était alléchante, au menu, nous avions droit à : un chalet sur le bord du lac, plusieurs discussions et de solides ateliers, un cours d’autodéfense, un méchoui d’agneau et son homologue végan, un spectacle du groupe Union Thugs, des chansons autour du feu et dix millions de moustiques aussi sociables qu’affamés.

Le vendredi soir a commencé tranquille. Tandis que les voitures arrivaient petit à petit et que wobblies et camarades s’installaient dans leur dortoir respectif ou plantaient leur campement, un petit groupe préparait une soupe maison pour accueillir les survivants du trafic du vendredi. Vingt et une heure sonnée, les cinq membres d’Union Thugs entamaient des reprises de chansons ouvrières ou de succès populaires rafistolés à la sauce syndicale. Rigolades et chants en cœur ont mis une sacrée ambiance!

Samedi matin, tasses de café chaud et toasts au beurre de peanut en main, on y allait d’un atelier-discussion sur les assises du syndicat. Notre mandat, le bilan de l’année, ce qu’on fait bien, ce qu’on peut améliorer, comment intégrer les nouvelles et nouveaux, nos projets à venir, etc. Il y en aurait eu long à dire, et la participation fut au rendez-vous!

Pour le dîner, fidèles à nos traditions, ce fut des hot-dogs sur le barbecue (gracieuseté d’une camarade qui nous a légué le sien!). Ensuite, nous avions l’après-midi de libre. Tandis qu’un groupe apprivoisait les rudiments de l’autodéfense avec les personnes du Black Flag Combat Club (tout en repoussant une armée de moustiques), d’autres se promenaient dans les sentiers avoisinants ou renversaient leur kayak dans l’eau du lac.

Pour le repas du soir, une dizaine d’enthousiastes de la marmite s’armèrent d’épices, d’épluche-patates et d’une broche pour le méchoui. On s’activait solide en cuisine! À noter : la fumée du méchoui éloigne les moustiques-vampires.

En fin d’après-midi, un ancien membre du syndicat donnait un atelier sur les Normes du travail, leurs limites, leurs utilités et les grandes lignes à retenir. Précarité, injustices en tout genre et patrons merdiques sont assurément des sources d’inspirations, car les questions et interventions des membres fusaient de partout!

Trois longues tables en ligne et une vingtaine de chaises installées, nous avions un banquet populaire pour satisfaire les goûts de toutes et tous! Une fois le soleil couché (et les moustiques se reposant en attendant le festin du lendemain), les estomacs remplies à ras-bord, canettes de bière ou de boissons gazeuses en main, nous étions une bonne quinzaine à veiller autour du feu. Union Thugs nous ayant muni-e-s de cahiers avec les paroles de leurs chansons, c’est d’une seule et solidaire voix que nous écorchâmes les oreilles des maisons voisines jusque bien après minuit.

Dimanche matin, un membre du syndicat en pleine campagne d’organisation donnait un atelier sur les grandes lignes de notre formation OT101 avec exemples à l’appui. Stratégies, tissages de liens avec des collègues, « social mapping », agitation, éducation, syndicalisation, cce pour quoi nous vivons en somme. C’était inspirant de voir les esprits s’échauffer, s’enthousiasmer à l’idée d’en découdre avec le patronat et par le fait même, de s’organiser et de distiller de la solidarité de classe de job en job.

Puis après le dîner, entre deux escadrons de moustiques, deux membres du comité solidarité donnaient la formation sur le comment d’une campagne Réclame ta paye. Campagne que le syndicat fait depuis plusieurs années, et à laquelle nous voulons davantage nous consacrer. Boss qui ne payez pas vos salarié-e-s : vous n’avez qu’à bien vous tenir!

Une heure de ménage et quelques piqûres plus tard, c’est ainsi que se concluait la troisième édition des wobblies dans le bois. Je n’en emporte que de bons souvenirs. Nous parlons souvent d’autogestion comme d’un idéal, et je lève mon chapeau aux membres qui ont mis la main à la pâte durant le weekend, et un gros bravo aux membres du comité qui nous ont offert ce précieux espace de discussions et formations.

À l’an prochain!

Manu, Comité Solidarité

0 réponses

Répondre

Want to join the discussion?
Feel free to contribute!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *