Renvois déguisés au Collège Lionel-Groulx

Sainte-Thérèse, le 18 avril 2018 – Hier matin, un employé de l’Association Générale des Étudiantes et des Étudiants du Collège Lionel-Groulx (AGEECLG) a appris que son poste était aboli, que son collègue était suspendu et sous enquête, et qu’ils n’étaient plus les bienvenus sur le terrain de l’établissement d’enseignement. Le Syndicat des travailleuses et travailleurs des milieux associatifs en éducation (STTMAE) accueille très froidement cette nouvelle qui a toutes les apparences d’un renvoi déguisé, orchestré par l’administration du Collège en collaboration avec une poignée d’étudiants et d’étudiantes.

 

C’est en effet en arrivant sur son lieu de travail, le 17 avril dernier, que l’un des employés a constaté que le code d’accès du local de l’Association avait été changé. C’est ensuite en allant demander à la sécurité du Collège d’ouvrir la porte de l’association que l’employé s’est plutôt vu remettre une lettre lui soulignant que la décision avait été prise de mettre un terme à son emploi. La missive, signée par le Directeur général du Collège, stipulait également qu’il lui était désormais interdit de mettre les pieds sur le terrain et dans l’établissement. Aucune raison ou explication subséquente n’accompagnait la lettre. «Cette façon de faire rappelle celle des multinationales privées n’ayant aucun respect pour la vie de leurs employé.e.s, pas celle d’une organisation de type syndical comme prétend l’être l’AGEECLG» s’insurge Jasmine Léger, porte-parole du STTMAE, qui soutient l’employé licencié.

 

Ce renvoi serait le fruit d’une décision prise par le Conseil de représentation des étudiantes et étudiants (CREE), l’instance décisionnelle de l’AGEECLG. Par contre, il semble que la réunion comme telle ne respectait même pas les Statuts et règlements de l’association étudiante puisque les délais pour la convocation n’étaient pas respectés et que l’ensemble des représentant.e.s n’ont pas été averti.e.s de la tenue de celle-ci. «En plus d’être abjecte comme façon de faire, c’est antidémocratique. Comment l’administration du Collège fait-elle pour appuyer et même faciliter cette décision qui ne respecte ni la loi ni les règlements de l’association», indique Félix Lefrançois-Sabourin, lui aussi porte-parole du STTMAE.

 

Depuis l’application de ces nouvelles mesures, les employés n’ont toujours pas pu accéder au local de l’association pour récupérer leurs effets personnels. Les représentant.e.s de l’AGEECLG refusent de répondre aux questions du STTMAE sur les raisons qui ont menées à ces congédiements. L’association étudiante semble plutôt faire équipe avec l’administration du Collège et son service de sécurité pour faire taire toute personne qui essaie d’en savoir plus, y compris des membres de l’AGEECLG. Jasmine Léger affirme: «Il est intolérable que des employés, dont l’un a plus de 20 ans d’ancienneté, soient jetés à la porte sans explication et sans même pouvoir récupérer leurs effets personnels, le tout avec la bénédiction du Collège Lionel-Groulx.» L’association étudiante aurait, depuis, fait appel aux services d’un avocat.

 

Le Syndicat des travailleuses et travailleurs des milieux associatifs en éducation (STTMAE) regroupe des employé-e-s d’associations étudiantes, de cafés étudiants, de coopératives d’établissements scolaires et de syndicats du milieu de l’éducation. Le STTMAE est affilié au Syndicat industriel des travailleuses et travailleurs (SITT-IWW).

 

-32-

 

Jasmine Léger Syndicat des Travailleuses et Travailleurs des Milieux Associatifs en Éducation (STTMAE) Contact : 1-450-821-2195
Félix Lefrançois-Sabourin Syndicat des Travailleuses et Travailleurs des Milieux Associatifs en Éducation (STTMAE) 438-888-9807

 

0 réponses

Répondre

Want to join the discussion?
Feel free to contribute!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *