La valeur

Cet article n’est pas un de nos articles habituels. Il fait plutôt partie d’une nouvelle série d’articles provenant de notre syndicat des travailleurs et travailleuses autonomes, qui évaluera les différents enjeux vécus par ces travailleurs et travailleuses dont le domaine est, par nature, imprévisible. Et, d’une manière plus importante, elle évaluera ce que nous pouvons faire à propos de ces enjeux.

 

Est-ce que la critique de film a encore de la valeur? J’ai vu de plus en plus de grondements à cet effet ces derniers temps, mais comme pour toutes choses, cela aussi passera. C’est une passe transitoire; j’ai à peine la trentaine et le cinéma est mort et a été sauvé une douzaine de fois durant ma vie. Les critiques sont des penseurs et penseuses; ils et elles contextualisent l’art du monde. Mais je ne suis pas ici pour débattre du rôle de critique. Ce que je suis ici pour faire est de décomposer le travail qui va dans une critique de film assez standard. Parce que, naturellement, la critique est un travail.

Peu de choses sont aussi tenues pour acquises que l’écrit publié en ligne. Il y a eu une dévaluation constante de l’écriture à nature culturelle sur internet en tant que service payé, depuis plus d’une décennie maintenant. Les légendes de ce domaine ne peuvent maintenir un contrat. Les éditeurs et éditrices mènent un concours de médiocrité pour voir la quantité de contenu qu’ils et elles peuvent presser de leur écurie avec un financement presque inexistant. Tout ce que vous voyez en ligne a été écrit par quelqu’un-e et une choquante partie de ces écrits a été faite pour des peanuts.

Alors combien vaut une critique de film? Détaillons le tout.

Avant d’aller plus loin, précisons que ceci est à 100% une estimation. Les taux que je vais utiliser sont basés sur de solides intuitions et un peu de math de cinquième année. Là où j’essaie d’en venir ici est une figure approximative qui est plus grande que, bien, zéro.

Maintenant, avant même que vous preniez papier et crayon pour écrire cette vicieuse ligne ou cette notice scintillante, vous devez regarder ce maudit film. Il est donc évident que cela fasse partie du boulot, et donc vous devriez être payé-es pour cela. Considérez-le comme une formation; c’est la partie du boulot où vous apprenez ce à quoi vous avez à faire. Sans cela, vous ne pouvez pas faire le boulot. Les critiques devraient absolument être payé-es pour le temps qu’ils et elles passent à regarder le film. Maintenant, je sais que les critiques sont souvent invité-es aux diffusions,obtiennent des liens ou reçoivent d’une façon ou d’une autre une copie de film. Mais vous ne regardez pas le film pour le plaisir! Si nous allons exister dans un système capitaliste, et si quelqu’un va extraire de la valeur de notre travail (dans ce cas, une critique de film), un salaire équitable devrait être attendu. Ce temps durant lequel vous êtes coincé-es sur le siège du cinéma est une partie de cette valeur qui est extraite parce que c’est une partie inextricable du travail que vous faites. Pas de film, pas de critique, c’est aussi simple que ça.

« Mais attendez » dira sans aucun doute quelqu’un-e dans les coulisses,  « est-ce que ça veut dire qu’un-e critique de jeu vidéo devrait être payé-e pour les nombreuses heures qu’il ou elle place dans un jeu pour pouvoir écrire à son propos? » Absolument. À 100%. “Mais “Breath of the Wild” est un jeu de 45 heures?!” Vous voulez que je joue le jeu complet et que j’écrive à son propos? Payez!

Donc, si nous tenons pour acquis un taux horaire de 15$ de l’heure (et sérieusement, pourquoi ne le ferais-je pas?) et qu’un film dure en moyenne deux heures, ça devrait faire 30$ dans vos poches dès le début. Nous n’avons même pas encore commencé à mettre des mots ensemble. Encore une fois, en utilisant des maths bien élémentaires, présupposant un ratio 1:1 de temps de visionnement – temps d’écriture, un salaire à 15$ de l’heure, et un texte de 700 mots, nous en arrivons à un taux d’environ quatre cents le mot (ce qui est dans le bas de la bracket de prix des travailleur-euse-s autonomes). Donc le taux minimum pour ce texte de 700 mots serait 60$. Une courte capsule de 200 mots revient à 38$. Un texte de 1000 mots vaudrait 70$. Ce taux de quatre cents le mot en plus d’un salaire décent pour le visionnement du film est un plancher absolu de ce que votre travail vaut.

Ceci est pour un seul film. Ces chiffres ne sont pas transposables pour une semaine complète; ceux et celles qui gardent le score à la maison se rendront compte que notre texte moyen de 700 mots a coûté quatre heures de travail: deux pour le regarder, deux pour l’écrire. Il n’y a absolument aucune chance qu’une personne regarde dix films en une semaine et écrive à propos de chacun. C’est une façon assurée d’annihiler votre équilibre travail-vie. De plus, la quantité la plus élevée de sorties de films en une semaine est de quatre, avec une moyenne plus près de trois. Mais assumons que la section films d’une publication engage une personne sur les nouvelles sorties, et disons qu’il y a une grosse fin de semaine de quatre films qui s’en vient. Prenons par exemple les 6-8 avril 2018. Cette semaine a vu les sorties de :

  • A Quiet Place
  • Blockers
  • The Miracle Season
  • Chappaquiddick

Ces quatre films ont été couverts dans le New York Times donc utilisons les chiffres établis plus haut avec la longueur respective de leurs revues dans le Times comme base, décomposons ces films en termes de coûts de travail (15$ de l’heure pour le visionnement, quatre cents le mot).

  • A Quiet Place: (651 mots*$0.04) + (91’*($15/60’)) = $48.79
  • Blockers: (674 mots*$0.04) + (91’*($15/60’)) = $52.46
  • The Miracle Season: (252 mots*$0.04) + (99’*($15/60’)) = $34.83
  • Chappaquiddick: (881 mots*$0.04) + (101’*$15/60’)) = $60.49

Donc si une personne couvre toute la fin de semaine, cela revient à une paye de 196,57$. Ces films sont relativement courts et une de ces revues est grosso modo une capsule; si nous gardons notre exemple de deux heures, 700 mots, une fin de semaine à quatre films reviendrait à une paye de 232$, ce qui n’est toujours pas un salaire permettant de vivre. Mais il y a des précédents pour ce qui est d’être capable de vivre sur un salaire de critique de nouvelles sorties. Laissez-moi vous ramener aux temps lointains, pré-récession de 2008, et au taux horaire de Mike D’Angelo, présentement un des nombreux et nombreuses critiques de films qui travaillent à contrat. D’après ce tweet, il était payé 400$ par revue quand il travaillait pour le Las Vegas Weekly. C’est quatre zéro zéro. C’est un taux qu’il a négocié du 200$ la revue qu’on lui offrait parce que, selon lui, il n’avait “pas besoin du travail”. M. D’Angelo, et présumément d’autres critiques à temps plein autour de la même époque, gagnaient assez d’argent en écrivant pour avoir un salaire permettant de vivre avec deux ou trois revues, ou environ 2100 mots, par semaine, et avaient assez de poids pour négocier un taux deux fois plus élevé qui ce qui leur était offert au début. C’est ahurissant.

Plus déprimant encore: prenons le taux horaire que D’Angelo recevait en 2008 selon son tweet (400$ par revue, 600-800 mots par revue) et analysons-le. Gardons le même taux horaire de 15$ pour le temps passé à regarder le film et assumons une fin de semaine moyenne de trois sorties de films, à deux heures le film. Six heures, 90$. Cela laisse 310$ pour l’acte d’écrire, et si on présuppose une critique moyenne de 700 mots, cela nous donne un taux par mots juste au-dessus de 44 cents.

Tout ceci est une autre façon de dire quelque chose que vous saviez déjà. Le capitalisme a détruit le filet de secours que les critiques avaient il y a une décennie et depuis s’est hâté de couper le plus de coins ronds. Mais vous devriez être compensé-es équitablement pour votre travail, sans exception. En se tenant ensemble, les taux équitables peuvent devenir une réalité plutôt qu’une rareté.

Solidarité,

Yancy Richardson

In english

0 réponses

Répondre

Want to join the discussion?
Feel free to contribute!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *