Action de perturbation à Poste Canada, 16 février

To read this text in English, click here.

Ce matin, le Syndicat industriel des travailleurs et des travailleuses – Montréal (IWW / SITT), le Syndicat des étudiant.e.s employé.e.s de l’UQAM, ainsi que des usagers et usagères ont perturbé le centre de tri de poste Canada à Laval.
Cette action en solidarité aux postiers et postières s’inscrit dans le mouvement de lutte aux mesures d’austérité et dans la campagne pour une journée de grève sociale le 1er mai 2015.
De nombreux-ses travailleurs et travailleuses sont aujourd’hui confrontés-ées aux coupures : ceux-celles du secteur de la santé, les employé-es municipaux, les pompiers, les postier-eres, les etudiant-es, les travailleur-es du privé…
Mais partout la résistance s’organise. Nous ne laisserons pas les différents gouvernements (qu’ils soient conservateur ou libéraux) et le patronat nous imposer leurs mesures anti-sociales. Il est fini le temps où une minorité s’enrichit sur le dos d’une majorité de plus en plus pauvre.
Notre unité nous permet une riposte radicale face à la logique patronale. Elle doit aller en s’amplifiant.
Les différentes coupures budgétaires du gouvernement auront un impact sur les services et la qualité des services publics. Ainsi, c’est la population qui en subira les effets et ce, dans son quotidien. L’abolition du service de distribution du courrier a domicile n’y fait pas exception puisque cela affectera l’accessibilité pour les personnes âgées, monoparentales, vivant avec un handicap, etc.
Cela a également des conséquences autant pour les travailleuses et travailleurs de Poste Canada, puisque leur emploi est dorénavant en jeu, que pour les usagers et usagères.Nous, avons donc tenu à démontrer notre solidarité et signifier notre colère face à la détérioration des services publics.
Face aux mesures patronales: Riposte syndicale : Gréve générale!
C’est dans ce contexte d’austérité que le Syndicat industriel des travailleurs et travailleuses section de Montréal lance un appel à la mobilisation pour une journée de grève générale nationale le 1er mai 2015.

15$ de l’heure minimum pour arriver !

To read this article in English, click here

L’État et son allié le patronat veulent garder les travailleurs et travailleuses dans la pauvreté en les maintenant au salaire minimum. Le nombre de ménages utilisant plus de 80% de leurs revenus pour le loyer a augmenté de 26% en 5 ans seulement, et plus de 220 000 ménages doivent consacrer au moins 50% de leur revenu pour se loger. Seulement à Montréal, c’est plus de 365 300 personnes, dont 208 800 femmes, qui travaillent au salaire minimum. Et, comble de l’insulte, lorsque ces travailleurs et travailleuses se retrouvent sur le chômage, quand ils et elles y ont droit, c’est à un maigre 55% de leur dernier revenu.

On pousse de plus en plus les travailleurs et travailleuses vers le salaire minimum, et, de ce fait, même, vers l’endettement. Le patronat veut amener les gens à travailler toujours plus, parfois à deux jobs, tout en payant les plus bas salaires possibles dans le but de maximiser ses profits.

De plus, cela a pour effet d’épuiser et d’isoler les travailleuses et travailleurs, tout en limitant leurs possibilités de se rebeller, tant ils et elles sont occupé-e-s à survivre et à joindre les deux bouts.

Les travailleurs et travailleuses au salaire minimum sont les plus vulnérables de la classe ouvrière.

Améliorer leurs conditions de vie immédiate, c’est aller contre les intérêts du patronat, et ainsi, faire un pas vers une société plus juste, une société anticapitaliste. Cela démontre aux travailleurs et travailleuses que des avancées peuvent être réalisées par la force de leur solidarité, de leur union. Car il ne faut pas oublier que « l’histoire de toute société jusqu’à nos jours, n’a été que l’histoire des lutte de classes » (Karl Marx).

Empêchons les travailleuses et travailleurs de crouler sous le poids du capitalisme, exigeons et luttons pour le salaire minimum à 15.00$ de l’heure pour tous et toutes!

Le congrès contre l’austérité et vers la grève générale du 1er mai 2015 a eu lieu les 15 et 16 novembre derniers. L’objectif de ce congrès était de créer une coalition large regroupant différents groupes et syndicats de divers horizons politiques afin qu’ils s’unissent pour une journée de perturbation et/ou de grève générale le 1er mai 2015.16418_478768425597432_605857773974586701_n

Le Syndicat industriel des Travailleurs et des Travailleuses (SITT-IWW) souhaite réaffirmer son appui à la Coalition du 1er mai 2015 et rappeler qu’il n’est pas au centre du processus décisionnel. Tel que statué lors du congrès de fondation de la Coalition, les membres gardent leur autonomie de base, ce qui veut dire qu’ils et elles sont libres d’agir dans leurs champs respectifs lors de la grande mobilisation qui aura lieu le 1er mai 2015.

Le SITT-IWW est membre de cette coalition afin de faire valoir ses luttes particulières tel que l’abolition du salariat et du patronat dans une perspective autogestionnaire, voire révolutionnaire. Le SITT-IWW est d’avis qu’il faut s’unir et être tous et toutes solidaires afin de résister contre l’État pilleur, mais surtout pour faire des gains afin d’améliorer nos conditions de vie en tant que travailleurs et travailleuses. La solidarité est d’autant plus importante par temps d’austérité. Il faut mettre nos efforts en commun et passer de la parole à la pratique. Les coups se font sur tous les fronts, ripostons sur tous les fronts!

En tant que SITT-IWW, nous pensons qu’il est grand temps de mettre en causele patronat, l’État et ses subordonnés! Le droit de grève au Québec et au Canada ont été écrit par cette même classe dirigeante et possédante à notre détriment. Comme si c’était à eux de déterminer la façon qu’on les abolira. Le SITT-IWW est d’avis que tant qu’il y aura des classes et des patrons, la grève sera toujours légitime! Reprenons-nous en main, le 1er mai 2015, bloquons nos milieux de travail, ralentissons nos moyens de production, prenons la rue, grevons! Dans la solidarité, on ne pourra nous réprimer. La classe ouvrière et la classe dirigeante n’ont rien en commun!

Le 1er mai 2015, je ne travaille pas, je n’achète pas, je ne chôme pas, je combats par la grève générale!

, , , , ,

10 jours qui ébranlèrent le Québec et ce n’est qu’un début!

Le vendredi 31 octobre, c’est sous le thème de l’austérité, une histoire d’horreur, que des manifestations eurent lieu dans les villes de Sherbrooke, Rimouski, Jonquière, Baie-Comeau, La Tuque, les îles de La Madeleine et Montréal. Les manifestant-e-s de cette dernière se comptèrent au nombre de 50 000 si l’on en croit les chiffres officiels. Cet exploit fut permis grâce aux autobus en provenance de près de 10 régions du Québec qui convergèrent vers la métropole, grâce à la mobilisation, non seulement des étudiant-e-s qui comptaient tout de même dans leurs rangs plus de 82 000 grévistes, mais aussi de différentes centrales syndicales et de l’ensemble des groupes communautaires sur le pas de guerre contre les mesures d’austérité décrétées par les trois paliers gouvernementaux et auxquelles aucun parti politique de l’opposition ne semble pouvoir faire le poids. Cette journée d’une mobilisation sans précédent depuis 2012 doit être vue sous deux angles. D’abord, comme l’aboutissement de plusieurs semaines d’escalade et ensuite comme le point de départ d’une montée encore plus grande. Lire la suite

,

Des nouvelles de l’IWW!

Si au court des derniers mois nous n’avons malheureusement pas donné à notre blogue toute l’attention qu’il mérite, cela n’est certainement pas parce que nous chômions! Ce petit article se veut un récapitulatif (non exhaustif) des activités du Syndicat pour Tous et pour Toutes des derniers mois.

Formations internes

Deux formations furent données dernièrement au local de la section montréalaise de l’IWW. La première, sous forme d’atelier de discussion, animé par un diplômé du barreau et membre de l’Association des Juristes Progressistes du Québec, amena les participant.es à réfléchir aux limites du légalisme comme mode d’action syndicale. La deuxième qui eu lieu en septembre fut en quelque sorte le ballant de la première, il s’agit de la Formation d’Organisation 101, formation interactive donnée sur deux jours amenant les participant.es à comprendre et intégrer les étapes amenant à la création d’un Comité d’Organisation sur son lieu de travail afin d’y implanter le syndicalisme de solidarité de l’IWW.

Lire la suite

,

Le tour du Syndicat: Mises-à-jour du New Jersey et de Seattle

par FNB

Pour plus d’information et de détails, et comment leur prêter main forte, veuillez consulter l’article original dans l’édition #1767 du Industrial Worker.

English version follows

New Jersey – Il y a eu du succès dans l’organisation de restaurants dans l’aire métropolitaine de Philadelphie. Des réunions on été tenues pour organiser des actions directes contre les problèmes de sécurité de lieu de travail dans un restaurant en particulier. De plus, les travailleurs du coin mènent une campagne de passage de tracts dans les usines de caoutchouc de la région, en espérant les aider à s’organiser contre des conditions de travail particulièrement miséreuses.

Seattle – Des travailleurs et travailleuses à Central Co-op, une coopérative d’alimentation organique possédée par ses consommateurs, sont activement engagé-e-s à faire réembaucher un camarade viré pour ne pas avoir payé un sachet de chips de $1,99, malgré son service impeccable depuis 10 ans. Le personnel syndiqué, consistant de 11 Wobblies, et de plusieurs United Food and Commercial Workers (UFCW), a livré une pétition soulignant les politiques de travail « incohérentes et inhumaines » à la direction de la coopérative. Les travailleurs et travailleuses ont également organisé une séance d’appels communautaires afin d’informer les consommateurs-propriétaires de la coopérative des politiques de travail courantes.

“Around the Union: NJ & Seattle Updates” – FNB

For more information and details, and how to help out, please read the original article in Industrial Worker, #1767.

New Jersey – There has been major success in organizing restaurants in the Philadelphia metro area. Meetings for direct actions against chronic workplace safety issues at one restaurant are taking place. Additionally, workers in the area are leafleting a chain of rubber factories in hopes of helping them organize against near-sweatshop conditions.

Seattle – Workers at Central Co-op, a consumer-owned natural foods cooperative, are actively fighting to reinstate a Fellow Worker who was fired over an unpaid $1.99 bag of chips, despite 10 years of impeccable service. The unionized staff, consisting of 11 Wobblies, and a number of United Food and Commercial Workers (UFCW), delivered a petition outlining the “inconsistency and inhumanity” of the co-op’s labor policies to management. They also organized a well-attended community call-in for the co-op’s owners to voice their concerns.

,

Les Wobblies de Boston en défense des travailleurs à Harvard et des chauffeurs de bus scolaires

Par George Carens

Pour plus de détails et d’informations, veuillez consulter l’article original, publié dans l’édition #1767 du Industrial Worker.

(English version follows)

Le 29 mai – Des Wobblies du Harvard Union of Clerical & Technical Workers (HUCTW) ont coordonné une action de visibilité avec le Student Labor Action Movement à l’Université de Harvard. Les participants ont souligné les discriminations chroniques à l’encontre des travailleurs et travailleuses de la prestigieuse Université, allant du racisme au sexisme, et aux discriminations contre les travailleurs et travailleuses handicapées.

Ceux et celles présent-e-s ont également attire l’attention vers l’attitude anti-syndicale de l’Université, illustrée par le licenciement de Judy Rouse, une déléguée syndicale active et efficace du Local 26 de UNITE HERE.

Plusieurs membres de la communauté et d’organisations diverses se sont joints à l’action. La Lantern Collective, un collectif anarchiste du coin, a amené de grandes marionnettes pour attirer l’attention des passants, ce qui a permis la distribution d’encore plus de tracts. De plus, le Local 8751 de United Steelworkers, le syndicat des chauffeurs de bus scolaires à Boston, était présent, dont deux de ses membres récemment licenciés qui ont aidé à passer des tracts aux passants.

En échange de cette solidarité du Local 8751 de USW, des Wobblies se sont mobilisé-e-s en soutien aux chauffeurs de bus scolaires au sein d’un meeting du Comité des écoles de Boston, une organisation non élue. Cette organisation tente d’ôter l’accès aux bus scolaires à 4500 écoliers, pour les rediriger vers le transport en commun municipal, souvent surchargé. Cette réforme menace non seulement les chauffeurs, mais également la sécurité des enfants et leur accès à l’école, surtout lorsqu’ils proviennent de milieux défavorisés. A la réunion, les Wobblies ont brandit des pancartes en protestation, et un membre du GMB de Boston a parlé avec force contre les politiques racistes et discriminatoires du Comité des écoles de Boston.

“Boston Wobblies Defend Harvard Workers and Local Bus Drivers”
By Geoff Carens

For more details and information, please read the original article in the Industrial Worker, Issue #1767.

May 29 – Wobblies from the Harvard Union of Clerical & Technical Workers (HUCTW) coordinate a visibility action with the Student Labor Action Movement, at Harvard University. Participants underlined the repeated discrimination undergone by workers at the prestigious American university, who have been subject to racism, sexism and ableism on the job. They also called attention to the union-busting attitude of Harvard University, illustrated by the firing of Judy Rouse, an active and effective shop steward of UNITE HERE Local 26.

Several community members and organizations attended or lent a hand in solidarity. The local anarchist Lantern Collective provided large puppets that drew attention from passers-by and enabled the passing out of flyers. United Steelworkers (USW) Local 8751, the Boston school bus drivers’ union, was also present, and two members recently fired for union activity joined in the show of solidarity and the handing out of flyers.

In return for the solidarity by USW Local 8751, Wobblies mobilized in support of the school bus drivers at a meeting of the unelected Boston School Committee. This organization is “trying to throw 4500 middle school students off school buses and onto the often overcrowded buses and subway trains.” This threatens not only bus drivers’ jobs, but the safety and school-access of many working-class and poor children in Boston. At the meeting, Wobblies displayed placards in protest, and a member of the Boston GMB spoke forcefully against the racist policies of the Boston School Committee.

, , , ,

Manifestation du 2 octobre 2013

Ce mercredi midi, la Coalition montréalaise contre la réforme de l’assurance-emploi, composée de plusieurs syndicats et groupes communautaires appelait à un rassemblement devant les locaux où se tenaient les audiences publiques de la Commission nationale d’examen sur l’assurance-emploi, présidée par Gilles Duceppes et  Rita Dionnes-Marsellais. Lire la suite

, , ,

Action autonome à Saguenay pour les lock-outé-e-s

Voici le communiqué de presse d’une action autonome ayant eu lieu hier à Saguenay en soutient à plus de 300 travailleuses et travailleurs en lock-out dans les différents concessionnaires automobiles et garages du Saguenay/Lac-St-Jean. Le lock-out dure depuis février 2013.

lock-outSAGUENAY, 22 juillet 2013 // En début d’après-midi, des citoyens et citoyennes de Saguenay ont réalisé une action en solidarité avec les travailleurs et travailleuses mis en lock-out dans les concessionnaires de la région, il y a de cela plus de 4 mois. Après être entré-e-s à l’intérieur pour passer le message aux clients de retarder leurs achats, les manifestantes et manifestants ont bloqué l’entrée d’un des concessionnaires jusqu’à l’arrivée de la police. Par ce lock-out, le patronat tente d’imposer une coupure de près de 100 emplois, une diminution des conditions de travail et de plus en plus de sous-traitance – soit une baisse de la qualité du service. Dans ce conflit qui s’enlise avec la judiciarisation, nous ne resterons pas les bras croisés contre l’injustice qui les frappe.

Alors que 450 familles sont jetées au trottoir, les concessionnaires continuent de faire du profit. Les lock-outé-e-s ont les mains liées par des dizaines d’injonctions, d’outrages au tribunal et de tickets – la balance du pouvoir est clairement du côté des patrons. Chaque client qui franchit une ligne de piquetage est complice de la mauvaise foi de cette partie qui refuse toute négociation. Comme le disait notre bannière : Nos vies valent plus que leurs profits!

Nous sommes déterminé-e-s à rester à leurs côtés, coûte que coûte, jusqu’à la victoire. Parallèlement, à Laval, ce matin, un groupe autonome de plusieurs dizaines de personne a réalisé un blocage dur en solidarité avec les travailleurs et travailleuses de Mapei en grève depuis plus d’un an. Contre toutes ces attaques sur les conditions de notre classe sociale, nous serons des bêtes d’espoir!

Une action autonome