, ,

Grèce: la version européenne de la doctrine du choc

Kostas Svolis, OCL

L’aube d’une nouvelle ère obscure

Toutes les mesures d’austérité imposées au peuple grec depuis 2010 constituent un petit hors d’oeuvre par rapport au tsunami de la pauvreté et de la misère sociale qui s’annonce et que le capital, le gouvernement grec, le FMI et la direction de l’UE lui serviront comme plat principal.

Le pourcentage du chômage “officiel” a dépassé les 16%, tandis que le chiffre réel est estimé à plus de 20%. La situation est vraiment dramatique pour les jeunes car le pourcentage de chômage réel concernant cette tranche d’âge atteint 40%, alors qu’il est estimé que, d’ici la fin de 2011, le nombre de chômeurs devrait dépasser 1 million. Les salaires des travailleurs sont constamment en train de baisser et on estime qu’entre 2010 et 2012 la baisse totale aura atteint 30%.

Lire la suite

, , ,

Chart of the Day: The Most Depressing Pay Gap Statistic You’ve Seen Today

This is from the most recent report [PDF] from Georgetown University’s Center on Education and the Workforce, “The College Payoff: Education, Opportunity, Lifetime Earnings.” Just in case you missed that red text on the chart, here it is for you in black and white: “Women have to have a PhD to make as much as men with a BA.”

The study also starts off by noting, “The findings are stark: Women earn less at all degree levels, even when they work as much as men. On average, women who work full-time, full-year earn 25 percent less than men, even at similar education levels. At all levels of educational attainment, African Americans and Latinos earn less than Whites.”

Oh, and in case you were wondering if getting a college degree is worth it, “Having some postsecondary education, even without earning a degree, adds nearly onequarter of a million dollars to lifetime earnings,” the study says.

Originalement tiré du site http://kaysteiger.com Redirigé par la page Facebook de l‘IRIS

, ,

26 travailleuses domestiques accusent une agence de recrutement de trafic humain

Evelyn Calugay, militante de PINAY

PINAY, une organisation militante de travailleuses domestiques Phillipines de Montréal dénonce des abus et des violations de droits humains perpétrés par une agence de placement ainsi que l’inefficacité des autorités et des agences gouvernementales à protéger les droits des travailleuses domestiques flouées.

Super Nanny, une agence de placement dirigée par John Aurora(qui a fait l’objet d’un reportage de Radio-Canada sur les “Escrocs de l’immigration” en 2003) , charge des femmes en provenance des Phillipines jusqu’à 4500$ US pour qu’elles puissent immigrer au Canada sous le programme des aides domestiques résidentes, mais lorsque ces femmes arrivent au Canada, elles se retrouvent avec aucun employeur et avec aucun autre choix que de payer un loyer à l’agence de placement pour un lit partagé dans un logement sordide loué par l’agence.

Sylvia Cordova, une des 26 travailleuses à porter plainte à la commission des droits de la personne contre John Aurora témoigne: “Quand je suis arrivée ici, j’ai été emmenée dans la maison de John Aurora et nous couchions toutes dans le même lit. Je ne connaissais pas les femmes, mais plusieurs d’entre nous devaient habiter dans la même chambre. Elles n’avaient pas d’autres choix que d’habiter là. Ils m’ont demandé de signer un bail. Ils m’ont dit de ne pas le lire, de seulement le signer. J’ai payé 4500$ avec comme promesse d’avoir un employeur et une meilleure vie au Canada. Mais quand je suis arrivée, ils m’ont dit qu’ils n’avaient pas d’employeur pour moi.»

Lire la suite

, ,

En 2011, la lutte pour l’équité salariale continue!

Les petites et moyennes entreprises d’au moins 10 employés-ées ainsi que les grandes entreprises du Québec avaient jusqu’à hier soir (31 décembre) minuit pour se conformer à la Loi sur l’équité salariale votée en 1996.

Des compensations rétroactives
À partir d’aujourd’hui, 1er janvier, si une entreprise n’est pas conforme, ses employées pourront porter plainte. Les entreprises fautives
devront ajouter une pénalité qui peut aller jusqu’à 8 %, à la dette qu’ils doivent à leurs employés, elle-même rétroactive à 2001.

De plus, à partir du 1er mars prochain, les entreprises devront, par l’entremise d’un registre géré par le ministère du Revenu, faire une déclaration pour attester qu’elles ont fait l’exercice de vérifier l’équité salariale. Le gouvernement aura donc des données précises pour savoir qui l’a fait et qui ne l’a pas fait.

Le retard des entreprises
Le date du 31 décembre 2010 constitue en fait une extension du délais donné aux entreprises pour se conformer. Adoptée en 1996, la loi sur l’équité salariale était au départ supposée être appliquée en 2001. Malgré cela, en mai 2009 à peine 50 % des entreprises québécoises avaient fait l’exercice de vérification d’équité salariale. Pour sa part, la
Commission -gouvernementale- de l’équité salariale (constituée par la même Loi en 1996) fut abolie lors des mesures d’austérité du dernier budget provincial. Le gouvernement avait pourtant vanté ses mérites et augmenté substantiellement son budget et son personnel l’année précédente.

Abolition de la Commission pour l’équité salariale
Les membres de la Coalition (féministe populaire) en faveur de l’équité salariale interpellaient le gouvernement en juin 2010 afin qu’il n’abolisse pas la Commission de l’équité salariale (CES) et ne transfère pas son personnel à la Commission des droits de la personne et de la jeunesse (CDPJ). Elles défendaient que « depuis sa création en 1996, la CES a reçu plus de 4000 plaintes et a pris près de 7000 décisions de différents ordres. Au cours de l’année 2009-2010 seulement, elle a traité près de 9000 demandes de renseignements et fourni 38 000 documents d’information, en plus d’avoir participé à presque 6000 séances d’information et de formation. » Deux députée de l’opposition affirmèrent aussi que « l’abolition […] provoque un recul important, soit un retour avant l’adoption de la Loi sur l’équité salariale de 1996. En effet, le fonctionnement de la Commission des droits de la personne et des droits de la jeunesse est basé sur le dépôt de plaintes par un individu. La mission de la Commission de l’équité salariale avait été élaborée afin de répondre à plusieurs personnes à la fois. Ce qui ne sera plus possible dans l’avenir. Pour les femmes qui devront reprendre le combat de façon individuelle, le gouvernement crée un recul important en matière de droit à l’équité. »

Cet article est largement inspiré de radio canada et de communiqués de presse de députées et de groupes féministes populaire et syndicaux

,

Les 1% les plus riches n’ont jamais gagné autant

Les 1% des canadiens les plus riches s’approprient plus que jamais dans l’histoire les fruits de la croissance économique, nous apprends un rapport du Centre canadien de politiques alternatives.

La montée des 1% les plus riches au Canada se penche sur l’évolution historique des revenus durant les 90 dernières années et révèle que les 246 000 privilégiés qui constituent les 1% les plus riches du pays se sont appropriés près du tiers (32%) de toute la croissance des revenus entre 1997 et 2007.

Lire la suite

, ,

Sexisme et racisme sont des facteurs de discrimination au travail

On le savait déjà, mais c’est encore confirmé par une récente étude publiée par le Centre canadien de politiques alternatives: l’origine ethnique et le genre sont des facteurs de discrimination importants sur le marché du travail. L’étude est basée sur des données ontariennes, mais aucune raison ne permet de croire que le Québec puisse faire meilleure figure à cet égard.

Lire la suite

, ,

Travail des enfants, empoisonnements et suicides en série: Apple sur la sellette

Le célèbre logo de Pomme de la compagnie Apple pourrait bien s’avérer être un fruit empoisonné pour les travailleuses et les travailleurs qui peinent à produire à rabais les marchandises qu’Apple revend ensuite à prix d’or. Travail des enfants, suicides en série, salaires de famine, conditions de travail misérables, accidents de travail et empoissonnement des travailleurs, il semble bien que Steve Jobs, le gourou-président de la compagnie, ait construit sa fortune sur le sang et la sueur des travailleurs.

Lire la suite