, , , , ,

Angleterre: Grève Générale de 24h le 30 Novembre

En Angleterre, plus de 2,6 millions de travailleurs et travailleuse seront en grève le 30 novembre prochain.

Une mobilisation sans précédant…                                                                                … pour contrer une attaque sans précédant
Avec son projet drastique de réforme des fonds de retraites des employé-e-s du système publique, le gouvernement a poussé les paramédics, les auxiliaires d’enseignement, les travailleuses de comptoirs alimentaires et les travailleurs sociaux à passer à l’action. Les deux tiers des écoles (20,000) seront fermées et des perturbations sont aussi prévues dans les ports, les aéroports et les hôpitaux. On dit déjà que ce sera la plus grandes grève que l’Angleterre aura connue depuis des lustres.

Pour un professeur, la réforme mise de l’avant par le gouvernement amènerait les changements suivants:

• La contribution mensuelles augmenterait de 50%, en passant de 6.4% à 9.6% d’ici 2014.

• Les enseignants gagnant plus de £40,000 verraient leur contribution augmenter de 64%.

• La pension de retraite d’un enseignant serait calculée à partir de la moyenne des revenues au cours de sa carrière plutôt qu’à partir du salaire à la fin de sa carrière.

• Les enseignants ne pourront plus prendre leur retraite à 60 ans, mais devront attendre de le faire à l’âge déterminé par l’état soit 65 ans prochainement, 66 ans en 2020 et par la suite, 68 ans.

La tension monte
Du côté des douanes, un ministre a annoncé que l’armée prendra la tâche de vérifier les passeports à la place des travailleurs habituels tout en annonçant que l’offre de réforme des fonds de retraites actuel sera retirée si les syndicats ne l’acceptent pas d’ici la fin de l’année. De son côté, la secrétaire générale du National Union of Teachers,  a dit que les syndiqué-e-s prévoient des grèves régionales si jamais le gouvernement ne flanchait pas après la manifestation de jeudi.

L’extrême-droite menace les grévistes et le mouvement Occupy
Il est a noter qu’une scission du groupe d’extrême-droite English Defence League (EDL), appelée The Infidels, a déclaré vouloir s’en prendre physiquement aux grévistes. Les dirigeants syndicaux de Unite, disent se préoccuper sérieusement de ces menaces puisqu’un de leur quartier général a été la cible d’une attaque le 10 novembre dernier. Des évènements récents laissent comprendre que cette scission d’EDL souhaite s’en prendre plus largement aux groupes de gauche, tandis que EDL ciblait uniquement les musulmans.  Des membres de ce groupe seraient responsables d’attaques contre des manifestants anti-racistes et des manifestants contre les mesures d’austérité ainsi qu’une tentative d’assaut contre le campement Occupy StPaul et de l’assaut du campement d’Occupy Newcastle où un Indigné a été hospitalisé et d’autres blessés.

, , , ,

CHINE: Grève de 7000 travailleurs d’une fabrique Nike, Adidas, New Balance


Le blogue Le Chat Noir Émeutier souligne la nouvelle tirée d’un journal belge

(Belga) Plus de 7 000 salariés d’une fabrique de chaussures Adidas, Nike et New Balance du sud de la Chine ont fait grève contre des licenciements et des réductions de salaires et des heurts avec la police ont fait plusieurs blessés, a annoncé un groupe de défense des droits de l’homme.

Des dizaines d’ouvriers ont été blessés jeudi lorsque la police a tenté de démanteler un barrage installé par les grévistes sur la rue principale de la ville située près de Dongguan, dans la province de Guangdong, a indiqué vendredi soir dans un communiqué le China Labor Watch (CNW), organisation spécialisée dans la défense des droits de l’homme.

Les salariés de l’usine de Yucheng, près de Huangjiang, se sont mis en grève après le licenciement le mois dernier de 18 de leurs cadres, interprété par les ouvriers comme un signe de prochaine délocalisation, a ajouté CNW dont le siège est à New York. L’un des cadres licenciés a déclaré au China Business News que son départ faisait partie d’un projet de déménagement de la production dans la province de Jiangxi afin de réduire les coûts qui sont plus élevés dans le vaste pôle manufacturier de Dongguan. Cette grève est la dernière d’une série d’incidents et de mouvements sociaux qui ont éclaté dans le Guangdong, région connue comme le grand atelier du monde qui attirent des dizaines de millions de travailleurs migrants.

Presse bourgeoise – Le Vif (avec Belga), 19/11/2011 à 11h

, ,

Grève contre un concessionnaire privé à l’hôpital Sainte-Justine

CSN

Hier, à 11 h, les 35 salarié-es du casse-croûte au CHU Sainte-Justine, géré par le groupe Compass, ont déclenché une grève générale illimitée en réponse à leur employeur qui souhaite faire reculer leurs conditions de travail sur plusieurs aspects.

Pour le président du Syndicat national des employé-es du CHU Sainte-Justine, représentant quelque 1950 travailleuses et travailleurs de l’établissement, Gilles Charrois, cette bataille devenait inévitable face au peu de flexibilité dont fait preuve l’employeur à la table de négociation. « Nous portons, somme toute, peu de demandes d’amélioration. L’essentiel pour nous est de préserver nos conditions de travail, notre convention collective, fruit du travail que nous avons abattu au fil des 40 dernières années. »

Lire la suite

, ,

Grève à l’université McGill

AFPC

Le personnel non enseignant réclame un contrat équitable

Les membres de la McGill University Non-Academic Certified Association (MUNACA) ont dressé des lignes de piquetage jeudi matin pour inciter l’Université à leur accorder des conditions de travail justes et raisonnables.

Le syndicat représente plus de 1 700 employées et employés de l’Université McGill offrant des services de soutien aux étudiants : affaires étudiantes, inscription, laboratoires et gestion des résidences. La semaine dernière, les travailleuses et les travailleurs ont donné à leur syndicat un solide mandat de grève, devant le refus de l’Université de négocier un contrat de travail décent.

Lire la suite

,

Grève générale de 72 heures des employés de soutien de l’Université de Sherbrooke

SCFP

Sherbrooke, le vendredi 26 août 2011 – Exaspérés d’une négociation qui avance à pas de tortue, les employés de soutien de l’Université de Sherbrooke déclencheront à 17 h ce vendredi une grève générale de 72 heures. Le retour au travail est donc prévu pour 17 h lundi. Par contre, les représentants syndicaux préviennent que les moyens de pression se poursuivront si la séance de négociation prévue lundi ne permet pas d’avancées significatives.

Lire la suite

, , , , ,

Une syndicaliste sud-coréenne vit en haut d’une grue depuis près de 200 jours

 

La syndicaliste Kim Jin-suk sur sa grue, à Pusan. Photo prise le 27 juin 2011. Reuters/Lee Jae-Won

La syndicaliste Kim Jin-suk sur sa grue, à Pusan. Photo prise le 27 juin 2011. Reuters/Lee Jae-Won

Celle-ci s’appelle Kim Jin-suk, elle a 51 ans. Lorsqu’elle a commencé sa lutte, Kim Jin-suk protestait contre des licenciements dans son entreprise, les chantiers navals de Hanjin. Mais le mouvement s’est essoufflé, certains grévistes ont gagné des indemnités de licenciement et ont cessé leur action.

Son combat a maintenant dépassé le cadre des seuls licenciements de l’entreprise Hanjin: des travailleurs précaires, des artistes, des politiciens se sont joints au mouvement. Il cristallise en fait le mécontentement d’une population qui accuse le gouvernement de protéger les grandes entreprises du pays au dépend des plus démunis.

Selon un manifestant « Kim Jin-suk est devenue le symbole du combat entre la démocratie et la violence du capitalisme »

Lire la suite

, , , ,

Etats-Unis : l’expérience des IWW contre Starbucks

«Comment fait-on pour souffler sur les braises du mécontentement et les transformer en un feu assez vivace pour résister à la répression syndicale, au renouvellement incessant de personnel, et aux techniques de manipulation psychologiques propres au commerce ? Le syndicat a adopté une approche dite de “syndicalisme de solidarité”.» www.starbucksunion.org

Lorsqu’on conduit le long des grandes villes américaines, on croise d’innombrables enseignes lumineuses à la gloire des chaînes de restaurants et de supermarchés.

D’un bout à l’autre du pays, Mc Donald’s succèdent à Starbucks, qui succèdent à Burger King, qui laissent la place à Taco Bell, et encore, et encore, ad nauseam.

Perdu dans cette forêt de consumérisme fluorescent, la révolution sociale est sans doute la dernière chose qui vient à l’esprit. C’est tellement vrai que nombre de militant-es, en rejetant ces entreprises qui monopolisent nos paysages, excluent aussi le potentiel radical de ceux qui y triment. La conclusion en est problématique : la révolution ne commencera pas à Starbucks.

En tant que membre du Starbucks Workers Union [syndicat des travailleurs de Starbucks,] nous croyons que le besoin de s’organiser sur le lieu de travail est plus grand que jamais. Derrière chaque logo brillant sommeille une lutte. Depuis le milieu des années 1970, les patrons sont à l’offensive  : ils rouent les travailleurs de coups : inflation, répression des syndicats, délocalisations, restructurations industrielles, et détricotage de ce qui reste de sécurité sociale. Lire la suite

, , , ,

Lutte des classes au Wisconsin

La ville de la solidarité
Elizabeth Schulte et Lee Sustar
(Traduit par, et republié avec, l’accord de M. Bonhomme)

100 000 personnes du Wisconsin et d’ailleurs ont convergé à Madison samedi le 26 février pour une manifestation contre la loi du gouverneur républicain Scott Walker qui ferait disparaître les droits à la négociation collective des travailleurs du secteur public.
Dimanche soir [27 février], la police menaçait d’évacuer le bâtiment du Capitole [occupé depuis deux semaines par les travailleurs et les étudiants].  Mais les manifestants ont maintenu l’occupation grâce à des centaines de militants qui ont refusé de tenir compte des appels de certains leaders du mouvement d’abandonner.  La police a renoncé à ses menaces d’arrestations.

Mais le gouverneur Walker a fait monter la pression en menaçant de mises à pied dès le premier mars si les Démocrates du Sénat ne revenaient pas au Wisconsin pour voter sur sa proposition.  Quatorze sénateurs ont fui l’état plus tôt ce mois-ci empêchant un quorum permettant un vote.

La position pro-syndicale du syndicat de la police n’avait pas beaucoup d’importance le dimanche 27 février lorsque des centaines de flics se sont déployés pour tenter d’intimider les manifestants pour qu’ils abandonnent leur occupation.  La menace d’arrestations massives a suscité des débats sur la façon — et même la pertinence — de maintenir l’occupation.

Lire la suite

, ,

La grève qui touche Honda en Chine pourrait faire tache d’huile

DNDF

ZHONGSHAN Chine, 14 juin (Reuters) – Le mouvement social qui touche un fournisseur du groupe japonais Honda (7267.T: Cotation) en Chine pourrait s’étendre à d’autres entreprises du secteur manufacturier chinois dans lequel les ouvriers réclament un meilleur partage de la croissance économique.Lundi, une centaine d’employés se sont rassemblés dans l’usine Honda Lock, qui produit des serrures pour Honda à Zhongshan, touchée par des arrêts de travail depuis mercredi.

Lire la suite