Travailleur du communautaire : Pourquoi je manifeste le 1er mai

Je travaille comme intervenant dans le milieu communautaire depuis quelques années. Avant ça, j’ai eu un tas de jobs différentes dans plusieurs industries. Plongeur, sondeur téléphonique, caissier, aide-cuisinier, manutentionnaire, peintre en bâtiment, concierge, commis, préposé au service à la clientèle, name it.

Le mal a peut-être changé de place, mais la situation change pas tant : j’ai toujours un employeur qui profite de moi. Sauf que cette fois-ci, l’employeur, il a une mission « humaniste » derrière laquelle se cacher. Et si ce n’est pas l’employeur directement qui en veut plus de moi pour le moins possible, ce sont les bailleurs de fonds, privés ou étatiques.

Je ne suis pas seul. Les travailleuses (et travailleurs) du communautaire ne l’ont pas facile. Des raisons de manifester et d’être écoeuré-es, il ne nous en manque pas.

Nos conditions ne s’améliorent pas. Nos salaires stagnent. Beaucoup sont en mode survie d’une paie à l’autre. Et pourtant, on nous en demande de plus en plus. L’État se déresponsabilise : les services publics et le filet social mangent la volée, les personnes avec qui l’on travaille aussi par le fait même, nous devons donc compenser avec les moyens du bord.

Le mode de financement des organismes nous garde systématiquement en précarité. Nos postes sont subventionnés au « projet », souvent pour un an, sans aucune garantie d’être renouvelés. On bosse donc à tisser des liens avec des personnes qu’on aide et accompagne (parce qu’on travaille avec des êtres humains, souvent maganés), sans trop savoir si dans six mois, un an, nous pourrons continuer. C’est aussi inquiétant pour nous que malsain pour les relations que nous tentons de maintenir avec les gens qui fréquentent nos ressources.

On se brûle. Comme dans le système de santé, les cas de burn out sont monnaie courante. Dans quasiment tous les organismes avec lesquels je collabore dans le cadre de mon travail, il y a au moins une personne ayant été en arrêt de travail maladie dans la dernière année. Et quand une personne quitte, avec nos charges de travail qui augmentent, ce sont d’autres travailleuses ou travailleurs qui se magasinent un épuisement professionnel. C’est le burn out musical…

Heureusement, nous ne sommes pas seul-e-s. Il y a de quoi s’inspirer du mouvement des infirmières et des employé-e-s de la santé. Des voix s’élèvent. On s’organise petit à petit. Il n’en tient qu’à nous à se mobiliser. Notre meilleure arme demeure notre solidarité, qu’importe où nous travaillons. Organisation communautaire, intervention, animation, on travaille toutes et tous en collaboration et nous sommes dans le même bateau (qui fuit…). C’est pourquoi, que vous travaillez dans le communautaire, en santé, en restauration, en construction, etc., le 1er mai, je marche avec vous.

 

Solidarité,

Un membre du comité communautaire du Syndicat Industriel des Travailleurs et Travailleuses (SITT-IWW Montréal)

Do treeplanters suffer from Stockholm syndrome?

A portrait of the industry of treeplanting

While it used to be a dignified and respectable way to earn your life, treeplanting is now nothing but a way to live counter-culture for wanderers and students who seek an alternative to the minimum wage. Nowadays, the possibility of escaping the threshold of poverty is only attainable for the best of us, who endure a very long season from west to east of the country. There is no mistaken it, wages have not risen for a long time. When we ask why, we are always met with the same answer: there is not enough money, or we are told to shut up.

The ultra-competitive practices of the industry are to blame. For all these years, companies have ferociously maintained their market share, at the expense of our wages. They often leave thousands of dollars to win their submission. This represents the amount of money that separates the lowest submission of their closest competitor. And if the other companies that pay up to the standard of the industry find themselves incapable of offering lower costs, then where did they cut? In our safety? In our kitchen budget? In our wages?

In all of this, we don’t have a word to say. Of course we musn’t voice our opinions on the practices of the industry or on those of our company. Production must continue, but production for whom? “If you’re not happy, find yourself another job”… A reality that manifests itself through the figure of the foreman, who systematically demands job candidates with a “good attitude”.

The bosses really don’t want to hear us complaining about our extraordinarily low wages for an extraordinarily difficult job. They don’t want to hear our complaints, but they do nothing for us. And will do nothing! And yet, who will pay the price of their irresponsibility and their endless greed? It’s us, because our wages are their biggest exploitation cost. Lower wages mean more contracts and more money for them. Although, more insecurity for us; more injuries because we always feel the pressure to out-perform if we want to be able to pay our rent, our food, our tuition, our leisure… Whose prices keep climbing year after year! But it doesn’t stop there. They sometimes “forget” to include our transportation hours in our total working time, intimidate us when we want to get our WCB (CSST), make us work for free when it’s time to dismantle and reassemble the camp, abandon the maintenance of the showers, provide insufficient funds for food… On top of all this, we also have to pay 25$ to shit in the shitters that we dug ourselves.

Stockholm syndrome

But we are also to blame. Because, with each passing day, we continue to dance without ever setting our foot down. We prefer to stay silent as we watch our comrades plant trees with tendinitis in their wrist. Sometimes, at the point where it’s in both wrists. We don’t want to see them as our reflection, but rather as competitors. When someone is forced to work with an injury, because they are intimidated or because they are denied any form of compensation, it’s all of us who pay the price. Have you ever gotten through a season without at least one case of tendinitis in your camp? It will be your turn soon and you most likely won’t have access to any aid or compensation. If it hasn’t already been the case. It is the most frequent injury, but there are also infections due to the showers not being functional. There’s the lumbar sprains and the sprained ankle. Finally, when it is time to take a bow and retire, there’s the chronic tendinitis and the damaged knee. Sometimes even, it’s a case of pneumonia that spreads, or who knows what kind of viruses and food poisoning. That’s without mentioning the harassment and the assaults, done by the bosses as well as amongst ourselves, of which we never talk about but that nevertheless happen every summer.

In spite of all that, we are not even content with merely observing our collective agony with indifference. We have completely assimilated our bosses’ line of thought, convincing us to always work harder. We compete with each other. We put pressure on each other. No more need for policing on the camp, we are our own police. This reality finds itself best represented through the emblematic figure of the highballer. The one who attains the highest degree of accomplishment in social scale of treeplanting. Sometimes, legends even form around these figures. And yet, the value of these people is only measured through their production, never through their individuality. Antagonistically towards ourselves, we only perceive ourselves through the prism of productivity. Such a reality can only favor our bosses.

All this, and we have nor problem drinking with our bosses. We assure them they are our friends. That the experience of treeplanting would not be the same without them. Indeed, it would be far better! I cannot help but feel the bitterness of it all… friends? How can we reconcile friendship and abuse, unless we have no respect for ourselves? We who share the same conditions, the same problems. Our bosses are hypocrites. The love-hate relationship that we develop towards our job, it isn’t hard to understand. We love the camp life, the unforgettable evenings, the friendships we nurture, the stars in the sky, the afternoons by the beach… We hate the unpaid labor, the insults, the injuries, the psychological problems, the pressure, the days and the weeks without ends… It is not them that make the seasons unforgettable, but us. How many of you have already daydreamed, for hours, a thousand and one ways to torture your foreman? They do nothing but force us to experience pain and indignity. Experiences that help us workers bond, but that aren’t a pleasure by any measure.

Foremen are not our allies. They are agents at the service of the companies. The wage system based on the treeplanters’ production and the necessity of meeting production quotas only act as an incentive for our exploitation. The widespread myth that the foremen take better care of us when they are paid more is one that is constantly repeated to us. But, is it really how that works? The unfair distribution of lands, the abusive warnings when production is too low, the pressure to go beyond our mental and physical limits, all seem to indicate the contrary. If it isn’t a downright botched job, while we work to pay their salaries. Let’s not forget that the foremen don’t work for us, but it is us who work them.

Now what?

We must stop complaining all on our own. That only serves to comfort each other as we constantly descend further into hell.

The two solutions most often mentioned will lead us nowhere. The first would have the companies meet at a negotiation table to agree to a minimal price for the industry, under which they would not compete with each other. In that case, we might as well do nothing and wait for money to grow on our trees. The other solution would be to form a cooperative. With this model, we would effectively have control over our working conditions, but we would still have to submit to the law of the market. The cost of the tree would have to remain competitive in order to have contracts. These cooperatives would remain very small since they could not carve a bigger spot in the market. What would become then of the vast majority of the workers, still trapped in the rookie mills?

Organization is key

There is only one solution: solidarity unionism. The only way to improve our working conditions is to shape the balance of power in our favor. To do this, we have to stand in solidarity in the face of exploitation. The major objection to signing on with a union is that they do not understand the reality of our work and our needs. We would only be paying dues to a union that doesn’t really represent us. Our relationship with unionism has been corrupted by the trade unions that today seem to be more of a weapon for the owning class than a weapon for the working class. And yet, unionism is a way of struggling for better. A struggle that can be horizontal and with no other representation than ourselves. We can lead this fight and make gains that we will collectively choose: the IWW is the union for that. Workers that have chosen to join forces, no matter their trade, to organize their workplace with union model that would not escape their control. We will be the union, and no one else.

Our insecurity grows each year, we have to act now! This text will not invoke unanimous approval, like all the posts on the group King Kong Re-forestation that denounce our working conditions. Some would like to regurgitate their cult of the highballer. But isn’t that the sign of a deep discomfort and uneasiness? Let’s join forces now to organize our fight back! Those of you who wish to organize, contact us!

 

In solidarity,

X377547

 

En français.

 

Cover photo credit: http://www.macleans.ca/news/canada/into-the-wild/

Source image 1 : http://www.replant.ca/phpBB3/viewtopic.phpf=27&t=66036&p=86600&hilit=graphic#p86600

Source image 2 : http://www.replant.ca/phpBB3/viewtopic.php?f=27&t=66856

Est-ce que les planteurs et planteuses d’arbres ont le syndrome de Stockholm?

Portrait de l’industrie du treeplanting

Autrefois un moyen de vivre une vie respectable et digne, le treeplanting n’est plus qu’un lieu pour vivre un lifestyle contre-culturel entre vagabondes et vagabonds et entre étudiantes et étudiants cherchant une alternative au salaire minimum. Aujourd’hui, la possibilité de dépasser le seuil de la pauvreté n’est réservée qu’aux meilleur-es d’entre nous qui feront une très longue saison d’ouest en est du pays. Il n’y a pas de confusion possible. Les salaires n’ont pas augmenté depuis belle lurette. Lorsqu’on demande pourquoi, la réponse est toujours la même : il n’y a pas suffisamment d’argent, ou bien on se fait simplement dire de la fermer.

Les pratiques ultras compétitives de l’industrie sont à blâmer. Toutes ces années, les compagnies ont férocement maintenu leur part du marché au détriment de nos salaires. Elles laissent souvent sur la table plusieurs milliers de dollars pour gagner leur soumission. C’est-à-dire le montant d’argent qui sépare la soumission la plus basse de son plus proche compétiteur. Et si les autres compagnies qui paient au standard de l’industrie n’ont pas jugé possible de soumissionner aussi bas, alors où ont-ils coupé? Dans notre sécurité? Dans le budget de la cuisine? Dans nos salaires?

Dans tout cela, nous n’avons pas notre mot à dire. Il ne faut surtout pas donner notre opinion sur les pratiques de l’industrie ou celle de notre compagnie. La production doit continuer, mais la production pour qui? « Si t’es pas content, si t’es pas contente, trouve une autre job »… Une réalité qui se cristallise dans la figure du contremaître qui systématiquement demande des candidatures ayant « bonne attitude ».

Ils et elles ne veulent surtout plus nous entendre nous plaindre des salaires démesurément trop bas pour un travail démesurément trop difficile. Ils et elles ne veulent plus écouter nos plaintes, alors qu’ils et elles ne font rien pour nous. Et ne feront rien! Pourtant, qui paie le prix de leur irresponsabilité et de leur avarice sans fin? C’est nous, car nos salaires constituent les plus grands frais d’exploitation. Des salaires plus bas ça se traduit par plus de contrats et plus d’argent pour eux et elles. Mais, aussi par plus de précarité pour nous; plus de blessures parce que nous ressentons toujours plus de pression à performer pour nous assurer de payer notre loyer, notre nourriture, notre scolarité, nos loisirs… Dont les prix ne cessent d’augmenter chaque année! Mais le bal ne s’arrête pas là. Ils et elles « oublient » parfois d’inscrire nos heures de transport dans nos heures totales travaillées, nous intimident lorsqu’on veut prendre notre CSST (WCB), nous font travailler gratuitement lorsqu’il faut démonter et remonter le campement, laissent les douches à l’abandon, ne fournissent pas un budget suffisant à la cuisine… Et le comble, nous devons payer 25$ par jour pour chier dans les toilettes que nous avons, nous-mêmes, creusées.

Le syndrome de Stockholm

Mais, nous sommes aussi à blâmer. Car, pour chaque jour qui passe, nous continuons de danser sans jamais oser mettre notre pied à terr. Nous préférons regarder toute la journée nos camarades planter des arbres lorsqu’ils et elles ont une tendinite. Parfois même au point d’en avoir aux deux poignets. Nous ne voulons pas voir notre reflet en eux et elles, mais plutôt des compétiteurs et compétitrices. Lorsqu’une personne est forcée de travailler blessée, parce qu’intimidée ou parce qu’on lui refuse une forme de compensation, c’est nous tous et toutes qui payons le prix. Avez-vous déjà survécu une saison sans qu’il y ait de tendinites sur votre campement? Ça sera votre tour bientôt et vous n’aurez vraisemblablement aucune aide ou compensation. Si ça n’a pas déjà été le cas. C’est la blessure la plus fréquente, mais il y a aussi les infections par manque d’hygiène puisque les douches ne fonctionnent pas. Il y a les entorses lombaires et les chevilles foulées. Puis finalement, quand vient le temps de tirer notre révérence, il y a les tendinites chroniques et le genou défoncés. Parfois, c’est aussi les pneumonies qui se propagent ou on ne sait quel virus et les empoisonnements alimentaires. Sans compter le harcèlement et les agressions, entre nous et par le patronat, dont on ne parle jamais et qui pourtant sévissent chaque été.

Malgré tout cela, nous ne nous contentons pas d’observer avec indifférence notre agonie collective. Nous avons complètement adopté le discours de nos boss qui nous disent de toujours travailler plus fort. On se fait la compétition entre nous. On se met la pression entre nous. Plus besoins de police sur le campement, nous sommes notre propre police. Cette réalité, elle se retrouve dans la figure emblématique du highballer. Celui ou celle qui représente le plus haut degré de l’accomplissement de l’échelle sociale au treeplanting. Parfois, même des légendes se forment autour de ces figures. Et pourtant, la valeur de ces personnes ne se mesure que dans leur production et jamais dans leur individualité. Par effet antagonique, nous ne nous percevons qu’au travers du prisme de la production. Une réalité dont se réjouit le patronat.

Tout cela et nous trinquons sans problème avec nos boss. Nous leur assurons qu’ils et elles sont nos ami-es. Que l’expérience du treeplanting ne pourrait pas être la même sans eux et elles. Effectivement, elle serait bien mieux! Mais, je ne peux m’empêcher de ressentir un goût amer… ami-es? Comment pouvons-nous réconcilier amitié et maltraitance, si ce n’est que nous n’avons aucun respect pour nous même? Nous qui partageons les mêmes conditions, les mêmes problèmes. Nos boss ce sont des hypocrites. Cette relation d’amour-haine que nous développons avec notre emploi, elle n’est pas bien difficile à comprendre. Nous aimons la vie de camp, les soirées inoubliables, les amitiés tissées, les étoiles dans le ciel, les après-midis sur la plage… Nous détestons le travail gratuit, les insultes, les blessures, les crises psychologiques, la pression, les journées et les semaines qui ne terminent plus… Ce n’est pas eux et elles qui rendent nos saisons inoubliables, mais vous. Combien parmi vous avez déjà fantasmé, plusieurs heures durant, mille et une façons de torturer votre contremaître? Ils et elles ne font rien d’autre que nous contraindre à l’expérience de la souffrance et de l’indignité. Des choses qui contribuent à nous souder davantage, mais qui n’est pas notre plaisir en soi.

Les contremaîtres ne sont pas nos allié-es. Ils et elles sont des agents à la solde des compagnies. Le système de rémunération basé sur la production des planteurs et le respect des objectifs de production ne fait qu’agir en tant qu’incitatif à notre exploitation. Le mythe très répandu que les contremaîtres prennent davantage soin de nous lorsqu’ils et elles sont rémunéré-es ainsi est une chose qu’on ne cesse de se répéter. Mais, est-ce vraiment la réalité? La distribution inéquitable des terrains, les avertissements abusifs lorsque la production est trop basse, la pression à dépasser nos limites physiques et mentales semblent démontrer le contraire. Si ce n’est tout simplement pas un travail bâclé pendant que nous payons leurs salaires. N’oublions pas que les contremaîtres ne travaillent pas pour nous, mais c’est nous qui travaillons pour eux et elles.

Et maintenant quoi?

Nous devons cesser de nous plaindre chacun et chacune de notre côté. Cela ne nous permet que de nous réconforter alors que nous chutons toujours vers l’enfer.

Les deux solutions les plus souvent apporter ne nous mèneront nulle part. La première voudrait que les compagnies se rejoignent à une table de discussion pour s’accorder sur prix minimum pour l’industrie en deçà duquel elles ne se feraient pas la compétition. Aussi bien rester dans la passivité et prier que l’argent pousse de nos arbres. L’autre solution serait de former une coopérative. Dans ce modèle, nous aurions effectivement le contrôle de nos conditions de travail, mais nous serions toujours soumis à la dynamique du marché. Le prix de l’arbre devra rester compétitif pour nous permettre d’obtenir les contrats. Ces coopératives demeureront très petites puisqu’elles ne pourront pas se tailler une place dans le marché. Alors qu’en est-il de l’immense majorité de la main d’œuvre qui demeure prisonnière des rookie mills?

L’organisation est la clé

Il nous reste encore une solution : le syndicalisme de solidarité. La seule façon d’améliorer nos conditions de travail, c’est en bâtissant un rapport de force en notre faveur. Pour cela, il faut être solidaire face aux abus patronaux. La plus grande objection faite à l’arrivée d’un syndicat est qu’il ne comprendrait pas la réalité de notre travail et nos besoins. Nous ne ferions que payer des cotisations pour un syndicat qui ne nous représenterait pas. Notre rapport au syndicalisme a été perverti par des centrales syndicales qui aujourd’hui semblent agir plus en tant qu’arme du patronat que comme l’arme de la classe ouvrière. Et pourtant, le syndicalisme est une forme de lutte. Une pratique qui peut être horizontale et sans représentation autre que nous même. Nous pouvons mener cette lutte et faire les gains que nous choisirons collectivement: l’IWW, c’est ce syndicat-là. Des travailleurs et travailleuses qui ont choisi de se réunir, peu importe l’industrie pour organiser leur milieu de travail avec un modèle de syndicalisme qui n’échapperait pas à leur contrôle. Nous serons notre syndicat et personne d’autre.

Notre précarité est plus grande de saison en saison, il faut agir maintenant! Ce texte ne fera pas l’unanimité dans la communauté, comme toutes les publications sur le groupe King Kong Re-forestation dénonçant nos conditions. Certains et certaines voudront nous régurgiter leur culte du highballer. Pourtant cela n’est-il pas le signe d’un malaise profond? Réunissons-nous dès maintenant pour organiser la riposte. Ceux et celles qui souhaitent s’organiser, prenez contact avec nous!

 

Solidairement,

X377547

 

In english.

 

Crédit photo de couverture: http://www.macleans.ca/news/canada/into-the-wild/

Source image 1 : http://www.replant.ca/phpBB3/viewtopic.phpf=27&t=66036&p=86600&hilit=graphic#p86600

Source image 2 : http://www.replant.ca/phpBB3/viewtopic.php?f=27&t=66856

Las Huertas que no pagan a lxs cosechadores

La cosecha de frutos en Columbia Britanica: un empleo precario

Ya sea en el Vallé del Okanagan o en otro lugar, el mundo de la recoleccion de frutas es único y particularmente difícil a gestionar por los trabajadores y trabajadoras. Ya sea en auto, de aventón, en avión o en autobús, cada año centenas de quebences y otras personas de otros paises recorren una distancia asombrosa para hacer este trabajo precario.
Pagado a la cantidad de producción, la recolección (o picking) es un trabajo difícil que se compone de diferentes aspectos y que afecta nuestro salario.

Como nuestro salario depende únicamente de nuestra rapidez en el trabajo, nosotros somos dependientes a la calidad del trabajo, del mantenimiento de los árboles, los caprichos de la madre naturaleza o de nuevo a la calidad de la organización del trabajo en la huerta (desafortunadamente muchas veces deficientes ).
Además de tener que someternos al acoso del patrón con respecto a nuestro estatus legal, nuestra nacionalidad, sexo, y orientación sexual pasando por nuestra apariencia o nuestros hábitos de vida, nos agotamos de trabajar sin parar por bastantes días (o noches) consecutivos, salvó en caso de lluvia, sin descansos en la temporada de la cosecha.

Como la mayoría de lxs cosechadores vienen de otros lados, nuestra calidad de vida mientras trabajamos es determinado por la voluntad de nuestros empleadores, que son responsables de proporcionarnos las instalaciones y los campamentos decentes por tanto es muy frecuente que decenas (a veces centenas) de trabajadores tienen que compartir una pequeña cocina, baños químicos a punto de desbordar, duchas asquerosas y condiciones generalmente desagradables.

En fin, al final de nuestro contrato de trabajo hay la posibilidad de que nuestro empleador decida no pagar la dura labor hecha.

Condiciones de trabajo horibles

Me presento: mi nombre es Luciano y como cada año por alrededor de diez años, viaje al oeste canadiense en el verano pasado. No por un viaje de verano ni por hacer fiesta, más bien para comenzar a trabajar lo más pronto posible y intentar de ganar mi vida. En el mes de agosto regrese a trabajar a una huerta donde en el pasado ya había trabajado. No había tenido problemas, todo iba bien. Me sentí privilegiado de poder trabajar en esta granja en lugar de otra huerta más precária como las granjas: Dhaliwal, Smagh, OPL (Orchard Pro Logistic ) donde lxs empleadxs son maltratadxs.

Llegué a Creston alrededor del 20 de julio 2017 para trabajar en el contrato de Shukin Orchard la huerta en cuestión, trabaje 18 días consecutivos antes de seguír mi ruta de trabajo. Al final de nuestro último día de trabajo, la secretaria del patrón (Ken Shukin) entrego cheques posdatados a algunxs de nosotrxs que deberíamos partir forzosamente el mismo dia. Fui por el mío sin ni siquiera preocuparme por nada (porque confiaba en ellxs) y me fui el mismo día rumbo Kelowna para llegar a mi próximo contrato que comenzaba al otro día por la mañana.

Pasaron algunos días antes de que yo depositará mis cheques en mi cuenta bancaria. Fue hasta después de una semana que me di cuenta que el cheque había sido devuelto porque le faltaban de fondos. Al principio no le tome mucha importancia: me dije seguro fue un error en el banco, y que todo se iba a estar en orden pronto. Pero una segunda semana y una tercera pasaron sin que nada hubiera cambiado. A partir de este momento empeze a llamar al patrón (Ken Shukin) para ver cuándo iba a ser posible tener mi pagá. No sé cuántos mensajes de voz, mensajes de texto y correos electrónicos le dejé, pero a la fecha no he recibido ninguna llamada de vuelta o algún mensaje. Nisiquiera un hola o un perdón por la situación!!!

Salario no pagado

El verano llegó a su fin y yo regrese a Quebec. A mi regreso a Quebec quise hacer mi aplicación para mí seguro de desempleo y me di cuenta que me faltaron horas en mi recibo de pago. Entonces me quise contactar con la contadora de Shukin orchad, pero una vez más, me estrelle contra un muro, ninguna respuesta. Gracias a una amiga que fue responsable del equipo de trabajo donde trabaje por la compañía, pude reclamar una parte de las horas que me faltaron, pero hasta hoy las demás me siguen faltando. Evidentemente ninguna ayuda por parte de la oficina del seguro de desempleo. Dónde se pusieron muy contentxs de repetirme que es mi ,responsabilidad ver qué mis horas de trabajo fueron declaradas y que ellxs no podían hacer nada por mi.

Hoy estamos el 3 de febrero, a más de 5 meses que termine el contrato con Shukin orchad, sigo en espera de mi dinero. Él me sigue debiendo varios Miles de dólares.

Por causa de este aprovechado-explotador mis planes cambiaron drásticamente. Tuve que dejar de lado mis proyectos para encontrar una solución financiera. Esto no solamente me ha puesto en un estado de estrés y anciedad difíciles, no saber si veré mi dinero, también a roto mis sueños para salir de este empleo precario.

Sabiendo que mi estado es ‘legal’ ( porque tengo la ciudadanía canadiense) no me atrevo a imaginar lo que todxs mis hermanos y hermanas, inmigrantes, indocumentadxs que sufren estás injusticias a diario y tienen menos recursos que los mios.Así es tratado el trabajador agrícola, explotado y luego arrojado cuando termina. Se produce un rabia y furia en mi cuando escucho las palabras jefes, trabajo y paga. ¡Supongo es un trauma!

Si decidi difundir esta historia, no es para obtener la lástima de nadie, pero si para hacer salir la información y que está circule. Si hay otrxs camaradas que se encuentran en una situación así de repugnante, espero hagan lo mismo. ¡Debemos hablar de ellxs y denunciar a lxs empleadores explotadores de las huertas de British Columbia especialmente por qué Shukin Orchard es una granja muy popular frecuentada por muchas personas. Comparte esta carta en tus redes!

Solidaricémonos con todxs lxs camaradas que enfrentan estos abusos por parte del poder del patrón. Juntos, alcemos la voz, dejemos de ser explotados ¡Hagamos presión, reaccionemos! No dejes que nada continue pasar en silencio.
Sólo un sindicalismo de combate puede cambiar nuestra situación y poner al patrón en su lugar.

Rabia y solidaridad,

Luciano.

 

En français, In english.

Crédito de la foto: www.publicdomainpictures.net

Orchads that don’t pay their pickers

Fruit picking in British-Columbia : a precarious job

Whether in Okanagan’s valley or elsewhere, the world of fruit picking is a unique one and particularly difficult to deal with as workers. Be it by car, hitchiking, by plane or by bus, every year hundreds of Quebecers and other people from different places travel from coast to coast to do this precarious work.

Paid by yield, fruit picking is hard work, demanding of us that we deal with so many aspects that have a direct impact on our salary.

Since our pay depends only on how fast we work, we are dependent on the quality of the trees’ maintenance, on weather conditions and on the quality of the orchard’s management (sadly often mediocre).

In addition for having to subjugate ourselves to the boss’ harassment regarding our legal status, nationality, gender and sexual orientation or our looks and life habits, we drain ourselves by working many days (or nights) in a row. Unless it rains, there are no holidays during picking season.

Since a majority of pickers come from elsewhere, our quality of life during the work period is determined by the goodwill of our employers, who are responsible of accommodating us with decent camping installations. However, there are frequently dozens (even hundreds) of pickers that need to share an absurdly small kitchen, overflowing chemical toilets, disgusting showers and, generally speaking, degrading conditions.

Finally, at the end of our contract, it is still possible for our employer to downright decide not to pay us for our hard work.

Difficult working conditions

Let me introduce myself: my name is Luciano and, like every summer for the past 10 years, I traveled to Western Canada. Not for a vacation, or practice rumba, but to work and try to earn a living. During the month of August, I went back to an orchard I’ve already worked at in the past. I had never had any problem with my employers before. Everything was all right. I felt privileged to be able to work at this orchard instead of a more ”hardcore” one like Dhaliwal, Smagh or OPL (Orchard Pros Logistic Inc), where it is well known that employees are treated badly.

I arrived at Creston in British-Colombia around the 20th of July to work for Shukin, the orchard in question. I worked there for 18 consecutive days before being on my way. At the end of our last work day, the boss’ secretary gave postdated checks to some of us who absolutely needed to leave the same day. I took mine without any worries at all (since I trusted them) and left the same day to make my way toward Kelowna for another contract starting the next morning.

A few days had passed before I deposited my check in my bank account. It was only a week afterwards that I became aware that my check had bounced back because of missing funds. At that moment, I didn’t worry too much : I told myself that it was just a bank error and that everything would return to normal. But then a second and a third week passed and nothing changed. At that point, I started calling my old boss to know when it would be possible to get paid. I can’t count how many vocal messages, text messages and emails I sent him. To this day, I still have not received any word back. Not even a little something saying ”hi” or ”we’re sorry about the situation”.

Unpaid wages

The summer had come to an end and I came back to Quebec. At my arrival, I wanted to do an unemployment claim, but then I learned that I was missing hours on my employment record. So, I wanted to contact my boss’ accountant, but again I hit a wall. No answer. Thanks to a friend of mine who was a crewboss when I was working for Shukin, I could now claim some of my missing hours. But there are still many hours missing today. Obviously, I didn’t get any help from the employment insurance bureau. All they did was repeating to me that it was my responsibility to make sure that all my hours were declared and that they can’t do anything for me.

Today, as of the 2th of February, more than 5 months later after the end of my contract at Shukin, and I am still running after my paycheck. They owe me over a few thousand dollars.

Because of those profiteers/exploiters, my life plans have drastically changed. I had to put all my projects on hold to find a financial solution. Not only does it put me in a stressed and anxious state to not know if I’ll ever see my money, but it also crushes the hopes I had of finally be able to find my way out of this precarious job.

Knowing that I have a ”legal” status (since I have my Canadian citizenship), I can’t even begin to imagine what my immigrant brothers and sisters have to endure, having to deal with the same daily injustices and with access to even less recourse. This is the way that we treat agricultural labor. They are exploited and thrown away when the job is done. I feel an instant rage rise within me when I hear the words boss, work, pay… I suppose it’s trauma!

If I’ve decided to share my story, it is not so that you can pity me, but instead to make this information available to everyone. If there are other comrades who find themselves in such a horrendous situation, I hope they will do the same. We need to talk about it and denounce these employers who exploit us in BC’s orchards, especially knowing that Shukin orchard is a popular one and attended by a lot of Quebecers. Share this letter in your networks!

Lets unite together in solidary for all of our comrades that are abused by their bosses on a daily basis. Together, let’s make our voices heard. Let’s put a stop to our exploitation, put pressure on them. Let’s react! Let’s not keep anything quiet.

Only solidarity unionism can change our work conditions and put our bosses in their place.

Rage and solidarity!

Luciano

 

En françaisEn español.

Photo credit: www.publicdomainpictures.net

Des vergers qui ne payent pas les pickers

La cueillette des fruits en Colombie-Britannique : un emploi précaire

Que ce soit dans la vallée d’Okanagan ou ailleurs, le monde de la cueillette des fruits en est un unique et particulièrement difficile à gérer pour les travailleurs et travailleuses. Que ce soit en char, sur le pouce, en avion ou en bus, chaque année des centaines de Québécois-es parcourent une distance faramineuse pour faire ce travail précaire.

Payé au rendement, le picking (ou la cueillette) est un travail difficile qui exige de composer avec plein d’aspects qui affectent notre salaire.

Comme notre paye dépend uniquement de notre rapidité de travail, nous sommes donc dépendant-es de la qualité du travail d’entretien des arbres, des caprices de mère Nature ou encore de la qualité de l’organisation de travail du verger (malheureusement souvent médiocre).

En plus de devoir nous soumettre au harcèlement patronal par rapport à notre statut légal, notre nationalité, genre, ou orientation sexuelle, en passant par notre look ou nos habitudes de vie, on s’épuise à travailler sans cesse pendant plusieurs jours (ou nuits) d’affilée : sauf en cas de pluie, pas de congé pendant la saison de picking.

Comme la majorité des pickers viennent d’ailleurs, notre qualité de vie pendant la période de travail est également déterminée par le bon vouloir de nos employeurs, qui sont responsables de nous fournir des installations de camping décentes. Pourtant il est fréquent que des dizaines (ou même des centaines) de pickers doivent se partager une minuscule cuisine, des toilettes chimiques débordantes, des douches dégueulasses et des conditions généralement dégradantes.

Enfin, à la fin de notre contrat de travail, il reste tout à fait possible que notre employeur décide de carrément ne pas nous payer pour le dur labeur effectué.

Conditions de travail difficiles

Je me présente, mon nom est Luciano et comme chaque été depuis environ dix ans, je suis parti dans l’Ouest canadien l’été passé. Pas pour un trip de voyage ou faire la rumba mais plutôt pour aller travailler, essayer de gagner ma vie. Au mois d’août, je suis retourné à un verger où j’avais déjà travaillé par le passé. Je n’avais jamais eu de problèmes avec mes employeurs. Tout allait bien. Je me sentais d’ailleurs privilégié de pouvoir bosser à cette ferme-là plutôt que dans un autre verger plus « hardcore », comme dans les vergers Dhaliwal, Smagh  ou OPL (Orchard Pros Logistics Inc)  où les employé-es sont très mal traité-es.

Je  suis arrivé à Creston en Colombie-Britannique autour du 20 juillet 2017 pour travailler chez Shukin, le verger en question.  J’y ai travaillé 18 jours consécutifs avant de continuer ma route. À la fin de notre dernière journée de travail, la secrétaire du patron a remis des chèques postdatés à certain-es d’entre nous qui devaient absolument quitter le jour même. J’ai récupéré les miens sans même me soucier de quoi que ce soit (puisque je leur faisais confiance) et je suis parti le jour même vers Kelowna pour me rendre à un prochain contrat qui commençait le lendemain matin.

Quelques jours ont passé avant que je dépose mes chèques dans mon compte bancaire. Ce n’est qu’après une semaine que je me suis rendu compte que mon chèque avait rebondi par manque de fonds. Au début, je ne me suis pas trop inquiété : je me disais que c’était certainement une erreur bancaire et que tout allait rentrer dans l’ordre. Mais une deuxième et puis une troisième semaine ont passé et rien n’avait changé.  À partir de ce moment-là, j’ai commencé à téléphoner à mon ancien patron pour savoir quand il allait être possible de recevoir ma paye. Je ne sais pas combien de messages vocaux, de textos, de courriels je lui ai laissés, mais à ce jour je n’ai reçu aucun retour d’appel. Aucun message, ne serait-ce qu’un «bonjour» ou, on «est désolé de la situation».

Salaires impayés

L’été a tiré à sa fin et je suis revenu au Québec. À mon retour, j’ai voulu faire une demande de chômage, mais je me suis rendu compte qu’il me manquait des heures sur mon relevé d’emploi. J’ai donc voulu entrer en contact avec la comptable du patron, mais une fois de plus j’ai frappé un mur : aucune réponse. Grâce à une amie qui était responsable d’équipe pendant que je travaillais chez Shukin, j’ai pu réclamer une partie de mes heures manquantes, mais à l’heure actuelle il en manque toujours. Évidemment, aucune aide du côté du bureau d’assurance-emploi, où on se contente de me répéter qu’il est de ma responsabilité de voir à ce que mes heures de travail soient déclarées et qu’ils et elles ne peuvent rien faire pour moi.

Aujourd’hui, nous sommes le 16 janvier et plus de cinq mois après la fin de mon contrat chez Shukin, je cours toujours après mon argent. Ils me doivent plusieurs milliers de dollars.

À cause de ces profiteurs-exploiteurs, mes plans ont drastiquement changé. J’ai dû mettre de côté tous mes projets pour trouver une solution financière. Non seulement tout cela me mets dans des états de stress et d’angoisse importants, à ne pas trop savoir si je verrai la couleur de mon argent, mais ça brise aussi des rêves que j’avais pour me sortir de cet emploi précaire.

Sachant que j’ai un statut «légal» (puisque j’ai ma citoyenneté canadienne), je n’ose pas imaginer ce qu’endurent toutes mes sœurs et  tous mes frères immigrant-es, sans papiers, qui subissent ces injustices quotidiennement et ont accès à encore moins de recours que moi. C’est ainsi qu’on traite la main-d’œuvre agricole, on les exploite et on les jette quand c’est fini. Une rage survient en moi quand j’entends les mots patrons, travail, paye… j’imagine que c’est un traumatisme!

Si j’ai décidé de diffuser cette histoire, ce n’est pas pour obtenir la pitié de personne mais plutôt pour faire en sorte que l’information circule. S’il y a d’autres camarades qui se retrouvent dans une situation aussi répugnante, j’espère qu’ils et elles feront de même : il faut en parler et dénoncer les employeurs exploiteurs des vergers du BC, sachant notamment que Shukin Orchard est une ferme très populaire et fréquentée par beaucoup de Québécois-es. Partagez cette lettre dans vos réseaux !

Soyons solidaire envers toutes et tous les camarades qui font quotidiennement face à ces abus de pouvoir patronal. Ensemble, haussons la voix, arrêtons de nous faire exploiter, faisons pression, réagissons! Ne laissons rien passer sous silence !

Seul un syndicalisme de combat peut changer nos conditions et remettre les patrons à leur place.

Rage et Solidarité,

Luciano.

 

In english, En español.

Crédit photo: www.publicdomainpictures.net

, ,

L’absurdité du monde: L’usage de la technologie

Dans le cadre de cette chronique d’Action en Direct j’ai décidé de vous parler de progrès technologique. C’est un peu lié à tout ce qu’on entend par rapport aux bienfaits qu’amène la fameuse économie participative. En tout cas, bienfaits pour le patronat et l’élite qui nous gouverne. J’ai décidé d’y aller avec un questionnement philosophique aujourd’hui et de vous poser la question suivante : « Est-ce que notre société progresse ? Est-ce que l’humanité progresse ? ». À première vue, on a tous et toutes envie de répondre « Bien oui, on est maintenant capable d’aller sur la lune, de soigner le cancer, on a des véhicules hybrides ». Mais si on gratte un peu et qu’on décide d’aller un peu plus loin, est-ce que le progrès technologique est nécessairement un progrès pour l’humanité dans son ensemble ? Parce qu’on ne va pas se mentir, qui, dans notre société, possède la technologie ? Avant qu’elle se rende sur les tablettes des Wal-Mart comme produit de consommation, à qui elle profite cette technologie ? La réponse est bien simple, elle appartient à la classe possédante, celle qui nous envoie des mémos sur nos lieux de travail pour dire qu’il va y avoir moins de services aux employé-e-s, celle qui aime mieux avoir une machine pour remplacer des caissières ou caissiers dans votre épicerie ou au McDo du coin. Évidemment que pour eux, le progrès technologique est utile : On trouve des façons de couper les coûts de production. Bref, la technologie va toujours profiter d’abord et avant tout aux riches et aux bourgeois de notre société. On pourrait appeler ça le progrès de classe.

Offrir un service utile ou s’enrichir?

Si on repart de la base, selon vous, quel est le but d’un bon capitaliste ? Offrir un service ou un produit de qualité et utile à l’humanité ? Offrir des emplois de qualités à ses employé-e-s ? Non… Le but premier d’un capitaliste est de s’enrichir, de devenir riche, de s’en mettre plein les poches. Partant de ce principe, évidemment, son but premier va être de couper dans les dépenses de son entreprise. Par un drôle de hasard, l’une des principales dépenses de toute entreprise est la main-d’œuvre ou si vous préférez la novlangue : Les ressources humaines. Si on peut couper des employé-e-s et les remplacer par des robots, des ordinateurs ou autres machines moins coûteuses, que pensez-vous que le capitaliste va vouloir faire ? Poser la question, c’est un peu y répondre… Donc, à qui profite la technologie dans notre merveilleux système ? Au patron qui sauve des coûts de production ou à l’employé-e qui sera mis au chômage, parce que remplacé par un robot ? C’est le même principe que quand un patron vous paye un téléphone cellulaire, n’allez surtout pas penser qu’il le fait pour votre bien-être : il sait très bien que comme ça, vous allez être joignable 24h sur 24 et ça, ça l’arrange pas mal plus. C’est encore la même chose avec l’économie dite participative comme Uber et AirBnB. Si on peut contourner les lois en vigueur et sauver de l’argent en disant que c’est participatif, n’importe quel capitaliste va sauter sur l’occasion. À qui tout ça va profiter ? Aux chauffeurs de taxi qui paient leur licence pour faire la même job qu’un Uber ? Aux voisins d’AirBnB qui vont voir leur loyer augmenter parce que son bloc est presque devenu un hôtel ? Évidemment, non, seulement aux gens qui vont s’enrichir avec ces nouvelles technologies. Évidemment, si toutes ces technologies appartenaient à la classe ouvrière, on pourrait dire que l’humanité progresse, que c’est un progrès pour tout le monde de remplacer une tâche ultra répétitive par des robots et qu’ainsi, tout le monde a moins besoin de travailler. Mais malheureusement, ce n’est pas comme ça que notre société fonctionne.

Consommation et environnement

Un bon capitaliste, pour s’enrichir toujours plus, doit toujours produire plus et étendre son marché. Comme ça adonne bien, les études et les recherches financées par l’élite cherchent constamment à essayer de produire plus et à moindre coût. C’est de là que nous vient le phénomène de surproduction. Depuis que je suis jeune, on nous apprend vertueusement qu’il ne faut pas surconsommer pour le bien de la planète. Mais quelle est la cause de cette surconsommation ? Évidemment, c’est la surproduction des capitalistes. Ils produisent toutes sortes de gogosses qui ne valent rien et qui n’ont aucune utilité dans le but toujours de s’enrichir plus. Pensez-vous que le propriétaire de Dollarama a en tête le bien-être de la planète quand il remplit ses étagères de cochonneries bon marché dont il sait très bien que la durée de vie ne dépasse pas les 6 mois ? Bien sûr que non, il ne pense qu’aux juteux profits qu’il va pouvoir se mettre dans les poches et celles des autres actionnaires et c’est tout. Pendant ce temps, on blâme le consommateur, mais jamais on ne blâme le producteur, le capitaliste derrière des objets inutiles comme les fidget spinners. C’est toujours l’acheteur (donc généralement la classe ouvrière) le problème et non celui qui vend et met en marché des produits de merde. La technologie nous permet de produire plus au détriment des ressources, produire plus de produits de mauvaise qualité, dans un seul but : celui d’enrichir le patronat. Donc je repose la question, à qui profite la technologie ?

Une question de Marketing

Pour vendre toutes ces gogosses complètement inutiles, le capitaliste a inventé une nouvelle science : Le marketing. Aujourd’hui, les universités débordent de chaires de recherche dont le but est d’approfondir cette pseudoscience qu’on pourrait définir par cette expression : « L’art de créer un besoin artificiel dans la tête du consommateur afin de lui faire acheter quelque chose ». Par conséquent, ça fait en sorte que notre société regorge de publicité un peu partout pour nous vendre quelque chose : à la télé, dans les journaux, à la radio, dans les rues, aux toilettes, sur nos téléphones, sur internet, à l’école, au boulot, etc. On crée des images de marque pour dire que telle compagnie est éthique parce qu’elle donne de l’argent à la cause des enfants malades ou à celles de la santé mentale. Bell cause pour la cause, ça vous dit de quoi ? Tsé la compagnie qui a crissé à la porte plein de téléphonistes à Montréal pour délocaliser ses services à moindre coût. Quelle belle compagnie éthique. Tout ça grâce au marketing. Toute cette énergie dépensée à essayer de vendre de la cochonnerie comme un vulgaire peddler. Imaginez si ces recherches visaient plutôt à engendrer de meilleurs comportements chez les humains. On pourrait notamment enligner les recherches sur des enjeux comme l’élimination de la culture du viol ou du racisme. Mais non, on préfère vous vendre une assurance automobile ou un REER, c’est plus payant pour le capitaliste. Ça m’amène à reposer une question : À qui profite le progrès dans le domaine du marketing ?

Évidemment, surproduire et inventer de faux besoins, ce n’est pas encore assez pour enrichir suffisamment nos bons dirigeants capitalistes. Ils se sont donc servis de la technologie pour inventer un autre concept : celui de l’obsolescence programmée. Ça vous dit quelque chose ? L’obsolescence programmée, c’est quand un capitaliste conçoit un produit de consommation afin de s’assurer qu’il brise au bout d’un certain moment. Comme ça, et bien, pas le choix d’en racheter un autre. Sinon, comment on explique que mes parents ont un frigidaire qui date de 40 ans et que je n’ai jamais pu en garder un neuf plus de cinq ans ? Ça doit être ça le progrès technologique, right ? Sérieusement, la technologie n’a jamais été aussi avancée et on vient nous faire croire que nos frigos, nos voitures, nos ampoules et la plupart des produits que nous avons durent maintenant moins longtemps ? C’est pourtant ce que les capitalistes font. Mettons-nous dans la peau du propriétaire de la compagnie Frigidaire et pensons un instant. Ouais je sais, c’est pas ce qu’il y a de plus agréable n’est-ce pas… Donc, vous êtes actionnaires de la compagnie Frigidaire, qu’est-ce qui est le mieux pour vous : 1- Produire des réfrigérateurs de bonne qualité qui vont durer au minimum 20 ans ou 2- Produire un réfrigérateur de moins bonne qualité, qui va donc vous coûter moins cher à produire, et que celui-ci ait une durée de vie de 8 ans ? Selon vous, lequel va vous rapporter plus d’argent ? Le premier que vous allez vendre une seule fois en 20 ans ou celui que vous allez pouvoir vendre une fois et qu’au bout de huit ans, vous allez pouvoir en revendre un deuxième ? Est-ce une théorie du complot de penser que les capitalistes peuvent voir les choses comme le choix numéro 2 ? Ça m’amène à poser encore une fois la question : À qui profite le progrès technologique ?

Big Brother et la dérive sécuritaire

Ce qui m’amène à vous parler des technologies sécuritaires. Parce qu’en créant des inégalités sociales comme le font les capitalistes, ça les oblige à développer toutes sortes de technologies pour surveiller ses employé-e-s ou la plèbe en général ou encore contrôler les mouvements de révolte de ceux et celles qu’ils écrasent. C’est pourquoi d’ailleurs on assiste à l’essor technologique dans le milieu de la technologie de sécurité. Caméras de surveillance pour ne pas se faire voler, ou mieux encore, pour pouvoir surveiller ses employé-e-s à distance. Systèmes antivols dans les magasins. Systèmes d’alarmes un peu partout. Armes nucléaires pour protéger ses privilèges face aux intérêts des autres pays. Police paramilitaire pour intimider tout mouvement de révolte. Technologie informatique afin de traquer les habitudes de consommation des gens. Puces qu’on peut intégrer sous la peau des employé-e-s. La liste est extrêmement longue, mais la conclusion demeure la même. À qui profite toutes ces évolutions technologiques, si ce n’est qu’uniquement aux capitalistes, aux riches et aux bourgeois de notre société. Notre société progressera le jour où ces technologies appartiendront au peuple et serviront les intérêts de toutes et de tous et non seulement les intérêts d’une poignée de privilégiés. La technologie sera utile une fois entre les mains de la classe ouvrière, mais pour l’instant, elle ne fait que contribuer à augmenter le rapport de force de la classe dominante sur le bas de la pyramide.

Éric Sédition

 

Crédit photo: http://scifiaddicts.com
, , ,

17 mois de lock-out chez GMC Bérubé à Rivière-du-Loup

Ça fait déjà 17 mois que les employé.e.s de chez GMC Bérubé à Rivière-du-loup sont en lock-out et font du piquetage devant le garage à raison de vingt heure par semaine. Ils étaient 13 au début, mais depuis, 3 ont déposé leur démission face à l’arrogance du boss, le qualifiant de vieux bonhomme orgueilleux qui doit toujours avoir raison. Ce sont tous les mécanicien.nes, travailleurs et travailleuses à la carrosserie et préposé.e.s aux pièces qui sont maintenant sans emploi. Parmi ces employé.e.s, plusieurs ont de 30 à 35 ans de service pour ce garage et certain.e.s sont agé.es de plus de 60 ans. Mettre à la porte des personnes presque retraitées et ayant offert leur travail pendant toute ces années, sans jamais profiter de la plus-value bien sûr, c’est faire dans le sale et cupide. Il ne reste en ce moment que les gérant.e.s et les vendeur.se.s dans l’établissement. Pour les garanties, la compagnie envoie les client.e.s à Montmagny ou à Rimouski.

La convention collective est arrivée à échéance en février 2016. En juillet, le boss a laissé cinq jours aux employé.e.s pour décider s’il.elle.s voulaient ‘‘négocier’’; ou alors, c’était le lock-out. Pour commencer les négociations, le patron a dit: «va falloir que vous me consentiez une baisse de  5,5 % dans le fonds de pension et deux années de gel salarial, sinon, on perdra pas de temps à discuter.» Avec des prémisses de la sorte, on s’entend que le mot négociation vient de prendre une claque. En gros, il leur demande de laisser tomber leurs acquis. La raison de cette demande: il doit rester concurrentiel. Évidemment, l’option de baisser son propre salaire n’en était pas une mais en plus, la compagnie est déjà concurrentielle. À titre d’exemple, Volkswagon charge 99$/h alors que GMC Bérubé demande 94$/h actuellement. Au niveau l’aspect concurrentiel, on repassera.

En juillet dernier, les employé.e.s ont finalement consenti à un gel de salaire mais pas à la baisse de pension. Chose que le boss a refusé. Résultat: les négociations n’ont pas été reprises. Il est important de rappeler que le fond de pension a déjà été coupé de 5% en 2009. Après négociations, il.elle.s avaient finalement acceptés de couper leur salaire de 1% par années sur cinq ans et de garder le fond de retraite.

Un autre retour à la table des négociations était prévu le 28 septembre 2017. Le boss offrait deux scénarios (toujours AVANT de commencer les négociations):

1- Acceptation de la baisse de 5% du fond de pension.

2- On garde le 5% de fonds de pensions, mais on coupe de 4% sur le salaire indexé à l’année 2016.

 

On pourrait vite croire que c’est quatre 25 sous pour un dollar. Et bien non, c’est pire! Parce qu’en 2016, la CSN (qui représente tou.te.s les autres syndiqué.e.s des concessionnaires de la région) a obtenu un gain de 2,5% de salaire. Ce qui veut dire que les employé.e.s de GMC Bérubé devraient perdre 4% de leur salaire + le 2,5% qu’il.elle.s n’ont pas obtenu comparativement aux autres travailleur.se.s de la région. On parle donc plus d’une baisse de salaire de l’ordre de 6,5%. Encore un osti de boss pernicieux et malhonnête. Bien sûr, le syndicat et ses membres ont refusés et les négociations sont au point mort.

Comme il.elle.s sont en lock-out depuis 15 mois, les employé.e.s n’ont donc plus droit au chômage. En septembre, il.elle.s ont demandé au boss de les faire rentrer pour au moins faire leur timbres de chômage. Le boss a offert d’en reprendre 3 pour les besoins urgents. Cette offre a été refusé : C’est tout le monde ou personne. Un bel exemple de solidarité. Pour ce qui est des autres travailleur.se.s des concessionnaires automobile de la région, syndiqué chez CSN, il.elle.s ont appuyé les employé.e.s de chez GMC Bérubé par un dîner hot-dog et un piquetage d’une journée pour offrir plus de visibilité au cours de l’été.

Le problème de ce conflit est qu’avec la perte de la bannière GMC dans son autre garage à Trois-Pistole, le boss a reçu un gros montant d’argent compensatoire et il a les reins solides pour encaisser un long conflit de travail. Il n’est donc pas pressé de retourner à la table des négociations.

Parce que le monde de «crosseurs» est petit, imaginez vous que le malfrat propriétaire est très «chummy chummy» avec les propriétaires de concessionnaires automobile du Saguenay-Lac-Saint-Jean (Jean Dumas Multiconcessionnaires et Groupe Couture). Ces même salauds qui ont mis en lock-out plus de 450 employés pendant 35 mois. Apparemment une pratique coutumière

dans le milieu. Sans oublier l’utilisation de Scabs. Jean Dumas Multiconcessionnaires avait à l’époque racheté un garage indépendant pour y faire faire ses travaux en période de lock-out. Comme il s’agit d’un nouvel établissement, ce dernier était légal devant la loi. Dans le cas de GMC Bérubé, le pauvre patron n’a pas les moyens de se payer un autre garage (à Rivière-du-loup, parce que bien sûr, il en possède un autre à Trois-Pistole). Il a donc engagé son fils pour être le gérant aux pièces du garage et ainsi pouvoir continuer ses opérations. Il a heureusement perdu en court pour cause d’usage de briseurs de grève. Une belle histoire de famille tout ça : Le grand-père qui sert de capital, le père qui sert de main de fer et le fils qui sert de scab… comme quoi les pommes pourries tombent jamais bien loin de l’arbre.

Pour finir, il sera intéressant de suivre de près le groupe Couture qui vient d’acheter la compagnie ClicheAuto en Beauce et qui laisse à présager le même scénario de lock-out sous peu…

X277272

, ,

Noël au resto vegan Antidote: Abus de pouvoir et congédiement par textos.

Noël approche peut-être à grands pas, mais ça ne va pas dire pour autant que nos boss vont arrêter de nous traiter comme de la marde. Sarah nous a envoyé le texte suivant suite à son congédiement et c’est avec toute notre solidarité que nous le publions, car comme elle le dit : « On doit se serrer les coudes. »

Bonjour, mon nom est Sarah et je suis étudiante. On est une semaine avant Noël et au lieu de me réjouir pour le temps des fêtes, j’angoisse à l’idée de me retrouver à la rue pour l’hiver.

Jusqu’à mercredi dernier le 13 décembre 2017, je travaillais comme plongeuse au restaurant « Antidote Bouffe Végane» et j’adorais ça. Je faisais bien mon travail et je m’entendais très bien avec chacun-e- s des employé-e- s. Lorsque j’ai été engagée le 18 septembre 2017, j’étais juste tellement heureuse à l’idée de ne plus avoir à vivre dans ma voiture avec mon chien et enfin pouvoir me trouver un loyer, et ce même si j’étais payée au salaire minimum. Mon ancienne patronne, Élise Bellerose, dirige ce restaurant à l’aide de son bras droit, Arielle La Jardinière. Environ un mois avant mon congédiement, cette Arielle s’est faite donner comme mission par Élise de prendre le restaurant en charge lorsqu’elle est absente ou au spa. Je crois qu’elle a vu par là une façon d’acquérir un certain pouvoir ainsi qu’une
bonne réputation aux yeux de la patronne.

Tranquillement, Arielle s’est mise à installer un climat d’intimidation dans le restaurant, quasiment tou-te- s les employé-e- s ont commencé à recevoir des menaces de congédiement pour des raisons qui n’étaient pas valables ou même vraies. Tout ce qu’on faisait ou disait pouvait être retourné contre nous. Lorsqu’Élise venait nous parler, c’était pour nous reprocher des choses dont elle n’avait connaissance que par les ouï-dire d’Arielle. On marchait sur des œufs. Certain-e- s d’entre nous allaient même jusqu’à faire semblant de sympathiser avec Arielle par peur de perdre leur emploi, même si à plusieurs reprises des employées et moi-même (une fois) se sont faites traiter de « salope » par elle, sous prétexte que c’était une blague. Un autre plongeur adoré de tou-te- s a donné sa démission parce qu’il refusait de se faire parler comme un moins que rien. On a essayé d’en parler à Élise, mais elle n’a rien voulu savoir.

Environ une semaine avant mon congédiement, je suis sortie de la cuisine pour voir s’il y avait de la vaisselle sale en avant ainsi que pour aller remettre du papier de toilette dans la salle de bain, car c’est mon travail. Cette journée -là, Élise était absente, mais Arielle était là. En me dirigeant vers la salle de bain, elle m’a dit : « Viens ici Sarah. » . Déjà là,je savais que ça s’annonçait mal. Elle me dit ensuite d’un ton arrogant : « Vas donc laver ton petit coin en arrière!! T’as pas d’affaire en avant ! »

J’étais vraiment insultée et je lui ai répondu que ça n’avait pas rapport et je n’étais pas d’accord de la façon dont elle me parle; surtout qu’elle n’a aucune idée des taches que je dois faire. Environ deux heures plus tard dans la même soirée, j’ai trois amis qui sont venus manger au restaurant et en retournant en avant pour aller chercher des verres sales, je passe devant eux et ils me demandent ce qui est bon sur le menu. Je m’arrête une minute pour les conseiller et une serveuse vient directement me voir pour me dire de ne pas faire ça, que je dois faire attention, car Arielle lui a dit qu’elle m’avait à l’œil et qu’elle allait dire à Élise que je perdais mon temps.

Je suis donc retournée dans la cuisine, j’étais en colère et j’étais tannée de ce climat de peur dans le restaurant. J’ai décidé de texter ma boss. Une cuisinière m’a déconseillé de le faire pour ne pas perdre mon emploi. Mais je savais qu’Arielle allait dire à ma boss que je travaillais mal, alors il fallait que je défende mon point. Je lui ai écrit que je ne
comprenais pas pourquoi Arielle avait cette attitude avec moi et que s’ils n’aimaient pas mon travail à ce point, j’aimerais bien être au courant. Elle ne m’a jamais répondu, mais le lendemain matin, elle a accroché une note dans la salle des employés qui disait qu’Arielle avait autant de droits qu’elle sur ce qui se passait dans le restaurant lors de son
absence et qu’il fallait que nous, les employés, on « deal » avec ça. J’ai donc eu ma réponse…Jamais Élise, qui pourtant est la patronne, n’a demandé à me parler ou rien. Quand je la croisais, c’est comme si je ne lui avais jamais rien texté. Je me suis dite que ça allait juste rester comme ça.

Mais mercredi dernier, le 13 décembre 2017, à 13h14 juste avant mon shift de 17h00, je
reçois un message texte de la part d’Élise disant ce qui suit.

« Bonjour Sarah, désolé de t’apprendre ça par texto, mais Antidote n’aura plus besoin de
tes services. Je te remercie de ta compréhension, si tu as des questions, texte-moi. Bonne
chance pour la suite. Élise. »

Je n’en revenais pas que je venais de perdre ma job comme ça, d’un claquement de doigts. Je l’ai évidemment retexté pour comprendre son motif, mais elle ne m’a jamais réécrit. J’ai contacté les Normes du travail, pour savoir si j’avais droit au moins à un deux semaines d’avis ou une rémunération quelconque. Ils m’ont dit que non, parce que ça ne
faisait pas trois mois….Il me manquait seulement 5 jours avant que ça fasse trois mois. Les employé-e- s du restaurant Antidote se tiennent maintenant les fesses bien serrées et ont peur de perdre leur emploi comme moi. Arielle est toujours bien présente là-bas. Moi aussi j’ai peur qu’elle renvoie d’autres employé-e- s.

J’ai fait une demande de chômage, mais je sais déjà que je n’ai pas assez d’heures. J’ai vendu ma voiture à la scrap, ça va me permettre d’avoir au moins le mois de janvier d’assuré avec un toit sur la tête, à moi et mon fidèle chien. Pour la suite je ne sais pas et j’avouerai que ça me fait peur. J’espère vite me trouver un autre emploi. Merci de m’avoir lu et sil-vous- plaît partagez en grand nombre, en solidarité avec celles et ceux qui vivent de l’intimidation au travail.
On doit se serrer les coudes. Good Bye.

 

 

 

Crédit Photo: Le Huffington Post Québec.