Articles

Être délégué-e, ce n’est pas que ramasser des cotisations!

To read this article in english, click here.

Un article par DJ Alperovitz sur le rôle des délégué-e-s du SITT-IWW, paru originellement dans l’édition de décembre 2012 de l’Industrial Worker sous le titre Not just dues collectors.

Traduction libre par x 374166 de l’IWW Montréal 19/11/2014.

Au cours des derniers mois, différentes discussions ont eu lieu sur Facebook à propos de délégué-e-s de l’IWW qui auraient pris des décisions arbitraires, dépassant largement le cadre de leur mandat (par exemple en refusant à des étudiant-e-s le droit d’entrer dans le syndicat ou en faisant littéralement couler une campagne d’organisation). À de nombreuses reprises, il a ainsi été rappelé que les délégué-e-s ne sont que des «volontaires devant ramasser les cotisations». En tant que délégué qui a essayé de vivre chacun de ses mandats selon des standards des plus élevés, je trouve ces deux déclarations extrêmement troublantes. D’un coté, nous trouvons des délégué-e-s qui n’ont clairement pas reçu une formation correcte (voir une formation tout court) et qui n’ont pas lu leur manuel de délégué-e-s et de l’autre il semble qu’il y ait une incompréhension au sujet de la position de délégué-e par les membres de l’IWW. Lire la suite

, , , , , ,

10 jours qui ébranlèrent le Québec et ce n’est qu’un début!

Le vendredi 31 octobre, c’est sous le thème de l’austérité, une histoire d’horreur, que des manifestations eurent lieu dans les villes de Sherbrooke, Rimouski, Jonquière, Baie-Comeau, La Tuque, les îles de La Madeleine et Montréal. Les manifestant-e-s de cette dernière se comptèrent au nombre de 50 000 si l’on en croit les chiffres officiels. Cet exploit fut permis grâce aux autobus en provenance de près de 10 régions du Québec qui convergèrent vers la métropole, grâce à la mobilisation, non seulement des étudiant-e-s qui comptaient tout de même dans leurs rangs plus de 82 000 grévistes, mais aussi de différentes centrales syndicales et de l’ensemble des groupes communautaires sur le pas de guerre contre les mesures d’austérité décrétées par les trois paliers gouvernementaux et auxquelles aucun parti politique de l’opposition ne semble pouvoir faire le poids. Cette journée d’une mobilisation sans précédent depuis 2012 doit être vue sous deux angles. D’abord, comme l’aboutissement de plusieurs semaines d’escalade et ensuite comme le point de départ d’une montée encore plus grande. Lire la suite

Arrondissement de LaSalle: Les cols bleus réclament la démission de Manon Barbe

Surprise et consternation à la ville de Montréal: après avoir baissé les taxes, surpayé les services des entrepreneurs en construction et haussé le financement de la police, la ville est à sec ! La bulle immobilière terminée, les factures d’entretien d’infrastructures désuètes et pas entretenues pendant des décennies s’empilent, et le copinage et la corruption avec les amis du régime ont évidemment un coût que les patrons et les riches ne voudront pas payer. Alors devinez qui va passer à la caisse ?

Lire la suite

,

Les cols bleus de Montréal veulent agir contre la sous-traitance

Les cols bleus de Montréal haussent le ton et montent d’un cran leurs moyens de pression. Sans contrat de travail depuis plus de deux ans et demi, ils en ont plus qu’assez de l’immobilisme de la Ville à la table de négociations.

Aujourd’hui, leur syndicat fera parvenir au ministère du Travail un avis de grève rotative, qui débutera le 25 janvier prochain pour se terminer le 5 mars. Le principe de cette grève est simple, mais il s’agit d’une première sur l’île de Montréal.

Lire la suite