Articles

S’organiser, puis combattre

Comme tout le monde le sait, le G7 se tenait cette année chez nous, au Québec. Ce grotesque «Party de bourges», à 600 millions de dollars pigés des fonds publics, visait à ce que nos élites puissent comploter en paix selon LEURS intérêts (qui sont contraires aux nôtres). Étant l’un des symboles occidentaux suprêmes de leur mépris envers nous, nul-le ne fut surpris-e qu’une partie de la gauche se lance à son assaut et tente de le perturber autant que possible.

La réponse de l’état à cet «assaut» fut foudroyante : Près de 8000 policiers déployés, des hélicoptères survolant la ville de Québec, des sous-marins déployés dans le fleuve, l’armée en renfort, des prisons temporaires érigées, une zone de non-droit où la police procédait à des arrestations et des fouilles illégales, le tout précédé d’une longue campagne de peur visant à dissuader quiconque de venir s’opposer (même pacifiquement) au G7 et à légitimer toute la répression qui aurait lieu lors de cette fin de semaine.

Quelques personnes (dont moi-même) s’y sont tout de même présentées par principe, mais quelle victoire avaient-elles réellement à espérer obtenir devant une aussi lourde démonstration de puissance de l’état? Aucune, si ce n’est que celle d’en tirer cette leçon: nous ne pouvons actuellement pas changer les choses en prenant la rue. Cette lubie que certains et certaines d’entre-nous ont de croire que nous pouvons arriver à obtenir quoi que ce soit en manifestant dans les conditions actuelles (c’est-à-dire en bien trop petit nombre) doit cesser. Le constat est que nous en sommes au stade où devons consacrer notre énergie à agrandir nos rangs et à nous organiser!

Ce texte aura donc pour but remettre à l’ordre du jour quelques bases de l’organisation, et plus précisément du syndicalisme radical.

 

1. Qui rejoindre?

Lorsque l’on prend le temps de créer des liens d’amitié sincère avec les gens qui nous entourent, qu’il s’agisse de notre famille, de nos collègues de travail, des membres de notre équipe sportive, etc., il devient rapidement clair que la très grande majorité des travailleurs et travailleuses ou personnes opprimées d’autres manières (patriarcat, racisme, etc) souffrent et en sont pleinement conscientes. Ils et elles ne comprennent pas toujours en quoi ces systèmes d’oppression consistent, et encore moins comment lutter contre et qu’est-ce que pourrait être une société débarrassée de ceux-ci, mais ils et elles savent cependant qu’ils et elles sont affecté-es par de criantes injustices.

À cette question de «qui rejoindre», je répondrais donc : pratiquement toute personne subissant une quelconque forme d’oppression peut être rejointe par rapport à celle-ci. Inutile, donc, de se concentrer uniquement sur les personnes qui sont «déjà de gauche». Au contraire, prêcher aux converti-es nous empêche de développer notre influence.

 

2. Comment les rejoindre?

Les idéaux de justice sociale sont charmants et constituent des objectifs à atteindre pour les personnes qui subissent des injustices, cela va de soit. Cependant, pour la plupart des gens, ces idéaux sont si lointains qu’il est pratiquement impossible d’envisager de les atteindre un jour et il semble plus pragmatique de consacrer leur énergie à régler des problèmes qu’il est possible de régler maintenant. La bonne chose, c’est que ces deux pensées ne sont pas en contradiction puisque c’est effectivement en remportant de petites luttes, une à une, qu’on finit par en remporter de plus grandes et qu’on finira par tout remporter.

En partant de cette idée, la meilleure manière pour rejoindre les gens qui ne militent pas déjà est donc de discuter sincèrement avec elles et eux des choses qui les dérangent aujourd’hui même et de travailler avec elles et eux afin que ces situations changent. Inutile, voire immensément contre-productif, de débuter en parlant de grands idéaux socialistes-libertaires.

Il demeure cependant impératif de toujours garder en trame de fond que toutes nos luttes ne seront que palliatives tant et aussi longtemps qu’on ne remportera pas «la» grande victoire; c’est ce qui poussera les gens qu’on mobilise à comprendre qu’il faut toujours continuer, et à bien repérer quelles concessions il ne faut pas faire et dans quels pièges politiques il ne faut pas tomber.

 

3. Quelles actions entreprendre pour faire changer les choses?

Si la grève étudiante de 2012 nous a appris quelque chose si on la compare avec une grève du secteur des transports publics, par exemple, c’est qu’une masse de personnes qui prennent la rue, même très grande, et même sur une période de temps étendue, n’a hélas que très peu de pouvoir de perturbation comparé à une masse de travailleurs et travailleuses qui décident de faire la grève dans un secteur névralgique de l’économie (et cela qu’elle aie l’appui ou non du reste de la population!). Les gains immédiats, tout comme ceux à long terme, existent, mais demeurent limités.

Une autre chose que les luttes sociales nous apprennent rapidement lorsqu’on s’y attarde (et qui nous ramène au point précédent) est qu’il est bien plus facile de concentrer nos efforts pour faire campagne auprès des gens qui nous entourent contre une «petite forme de pouvoir» (par exemple, le patron de notre mileu de travail ou l’administration locale de notre école) que d’essayer de rallier toute la population à se soulever via un appel à la solidarité auquel elle répondrait par un fantasmatique et illusoire élan révolutionnaire.

Le jour où la plupart d’entre nous auront lutté-es, gagné-es, et auront acquis-es une conscience de classe collective, nous pourrons rêver et même accomplir de tels actes! Mais ce jour n’est PAS aujourd’hui. Aujourd’hui, si nous sortons de nos cercles militants déjà convaincus et allons vraiment organiser la lutte, nous savons que nous en sommes encore aux étapes de :

⁃ Faire réaliser aux personnes qui nous entourent en quoi consistent vraiment les injustices qu’ils et elles subissent au quotidien.

⁃ Leur faire réaliser qu’ils et elles ont un pouvoir concret pour faire changer les injustices dont ils et elles sont directement victimes au quotidien.

⁃ Les engager dans ces luttes, formant du même coup leur compréhension de la gauche organisée (démocratie, codes de procédures, comités, principe de non-mixité, etc.) et leur permettant d’à la fois devenir des gauchistes et de «s’empowerer».

 

Conclusion

Le passage à la société de demain est un processus qui se fera par étapes. Bien qu’elles ne s’opèreront pas une seule à la fois (on peut très bien à la fois faire du syndicalisme et des manifestations révolutionnaires du 1er mai, par exemple), il demeure important de comprendre où nous en sommes et d’investir notre énergie aux bons endroits en évitant de fantasmer sur un soudain élan révolutionnaire, ou bien que l’état cédera quoi que ce soit face à 200 manifestantes et manifestants enragé-es qui prennent la rue.

Si nous voulons réellement avancer, commençons par la base et suivons les étapes du processus. S’organiser d’abord, puis combattre!

 

Max K.

 

(L’écriture de ce texte est genrée binaire pour en faciliter la lecture, et uniquement pour cette raison. Merci d’en prendre note)

,

Les origines du Syndicalisme de solidarité. Première Partie: Une Bibliographie

 

Le syndicalisme de solidarité est un terme qui fut principalement amené par Alice et Staughon Lynd, inspiré par le modèle d’organisation des premières campagnes de l’IWW qui arriva à obtenir des gains sans unité de négociation légale ou même sans être reconnu par la partie patronale (les conventions collectives ne sont juridiquement contraignantes aux États-Unis que depuis la signature du National Labor Relation Act en 1935, l’équivalent canadien pourrait être l’application de la formule Rand datant de 1946). Si le principe fut aussi inspiré par les travaux de Martin Glaberman, C.L.R. James et Stan Weird, l’usage du Syndicalisme de solidarité tel qu’il est compris aujourd’hui au SITT-IWW apparaît pour la première fois en juin 2002 dans un article du magazine The Nation intitulé Open Source Unionism: A proposal to American Labor, par Joel Rogers et Richard B. Freeman.

L’idée fut ensuite développée en grande partie par les efforts d’Alexis Buss, qui servit comme Secrétaire-trésorier général du Syndicat industriel des travailleurs et travailleuses (SITT-IWW) de 2000 à 2005. C’est en lui donnant le nom de Syndicalisme de minorité, qu’il expliqua le concept dans une colonne publiée par l’Industrial Worker intitulée Rapport Minoritaire.

La littérature francophone est encore mince sur le sujet, mais pour ceux et celles d’entre vous ayant la chance de comprendre l’anglais, différents livres publiés, entre autre, par la Charles H. Kerr Company et Labor Notes sont aujourd’hui encore considérés comme des ouvrages clés. Le Quartier Général du SITT-IWW en a répertorié 9 parmis les plus importants:

  1. Punching Out & Other Writings – Martin Glaberman; édité par Staughton Lynd; Charles Kerr, 2002. 250 pages. 
  2. The New Rank & File -Édité par Staughton Lynd and Alice Lynd, ILR Press, © 2000. 288 pages. 
  3. Solidarity Unionism: Rebuilding the Labor Movement from Below – Staughton Lynd; Charles Kerr, 1993. 128 pages. 
  4. Democracy is Power: Rebuilding Unions from the Bottom Up – Mike Parker et Martha Gruelle, Labor Notes, © 1999. 262 pages.
  5. Class War Lessons; From Direct Action on the Job to the ’46 Oakland General Strike (Unions With Leaders Who Stay on the Job) – Stan Weir; Insane Dialectical Editions, 2006. 48 pages. 
  6. Singlejack Solidarity – Stan Weir; Université du Minnesota, © 2004. 408 pages. 
  7. A Troublemaker’s Handbook, How to Fight Back Where You Work–And Win! – Edité par Dan LaBotz, Labor Notes, 1991. 262 pages. 
  8. A Troublemaker’s Handbook 2, How To Fight Back Where You Work and Win! — Edité par Jane Slaughter, Labor Notes, 2004. 372 pages. 
  9. The Politics of Nonviolent Action – Gene Sharp, par Gene Sharp, Porter Sarg. © 1973. 913 pages.

Inébranlé par l’élection syndicale presqu’ex aequo, le syndicat de Jimmy John’s jure de continuer la lutte.

Piquet devant une succursale de la franchise étatsunienne JimmyJohn's

Les travailleurs-travailleuses dénoncent l’activité illégale répandue de la compagnie.

MINNEAPOLIS, E.-U. – Les travailleurs-travailleuses de 10 restaurants franchisés Jimmy John’s à Minneapolis crient à l’injustice après une élection d’accréditation syndicale presqu’ex aequo entachée de comportements douteux de la part du propriétaire de l’entreprise Miklin. 85 prolétaires ont voté en faveur de la syndicalisation et 87 contre, avec deux bulletins contestés inconnus. Selon le National Labor Relations Act, l’égalité revient à l’employeur.

Les ouvriers-ouvrières ont rendus compte de plusieurs preuves évidentes de violation de la loi de la National Labor Relations Act et ce avant que le jour du scrutin. Ces violations comprennent des tentatives de pots de vin à des travailleurs-travailleuse, demander aux employés-ées de porter des broches anti-syndicales, des menaces de licenciements massives, et des licenciements ciblés pour briser le syndicat. L’entreprise MikLin est actuellement accusée de 22 présumées violations de la National Labor Relations Act.

“Nous sommes extrêmement déçus de la conduite de l’entreprise dans cette affaire; plutôt que de simplement nous laisser voter, la direction a choisi d’enfreindre la loi à plusieurs reprises au cours des six dernières semaines. Ils ont dépensé plus de 84 500 $ sur une campagne de dénigrement anti-syndicale vicieuse, c’est plus de 1000 $ par vote pour le «non». Nous ne reconnaissons pas ces résultats de l’élection comme légitime et continuerons à nous battre pour nos revendications “, a déclaré Erik Forman, un travailleur au Jimmy John’s et membre du syndicat.

Ayo Collins, un livreur, a déclaré le syndicat «n’a pas mis tous ses oeufs dans le même panier» et a encore plusieurs pistes d’action devant eux. Il dit que le syndicat envisage d’engager une poursuite judicière contre la compagnie au sujet de son inconduite au court de la période pré-électorale.

“Dans une entreprise avec un roulement d’employé proche de 50% par mois, une majorité à un instant donné signifie beaucoup. Nous avons un mandat, plus de 85 d’entre nous se concacrent à la poursuite de la lutte pour des salaires décents, une planification d’horaire cohérente, des jours de maladie, et pour le respect et la dignité de base que tous les travailleurs-travailleuses méritent. Ce n’est que le début de la lutte “, a déclaré Collins.

Le syndicat des travailleurs-travailleuses du Jimmy John’s, ouvert à tous et toutes les employés-ées de cette compagnie au niveau nationale, est le premier syndicat de restauration rapide du pays, et est affilié au Syndicat Industriel des Travailleurs-Travailleuses.

Ayant gagné en renommée ces dernières années pour avoir organisé les travailleurs et les travailleuses des cafés Starbucks, le Syndicat Industriel des Travailleurs-Travailleuses est un syndicat international fondé il y a un siècle pour tous les gens qui travaillent.

## # #

JimmyJohnsWorkers.org               JimmyJohnsWorkers.org

ITALIE : La lutte ouvrière devient spectaculaire

Une dépêche de DNDF

Des ouvriers de la multinationale étasunienne Alcoa ont occupé hier la piste de l’aéroport de Cagliari. D’autres occupent les toits de l’usine Fiat.

Sur la photo on peut voir des ouvrier d’Acoa sur la piste de l’aéroport de Cagliari, en Sardaigne. Certains portent des cagoules et un ouvrier menace de lancer une bouteille contenant un liquide inflammable contre un avion. La direction de la multinationale leur a fait savoir qu’elle cesserait toute activité dans un délais de six mois.

Lire la suite

,

Un fort vent de changement souffle sur Téhéran

http://iranenlutte.wordpress.com

Article de Pierre Barbancey paru dans “L’Humanité” du 31 décembre 2009, intéressant même si certains éléments sont discutables comme le fait de parler de “jeunesse aisée” pour les premières manifestations de juin, ce qui est loin d’être une réalité, mais le fond de l’analyse n’en en pas moins valable :

Le président Mahmoud Ahmadinejad et le guide suprême Ali Khamenei sentent que la société est en train de basculer. 
Le refus de la corruption et de l’ordre moral islamique gagne toutes les couches de la population iranienne.

Lire la suite

,

Première victoire pour les IWW Montréal

PiquetLa section montréalaise des Industrial Workers of the World (IWW)a enregistré sa première victoire face au patron du Pizzédélic situé sur la rue Notre-Dame, dans le Vieux-Montréal.

Le Pizzédélic était reconnu dans les années1990 pour être un lieu de travail peu respectueux des normes minimales du travail, payant souvent ses employés sous le salaire minimum, ou refusant de payer les formations des travailleurs. Il semble bien que leurs mauvaises habitudes patronales ne soient pas disparues avec le nouveau millénaire, puisque le Pizzédélic en question refuse systématiquement à ses employés d’être payés en heures supplémentaires lorsque ceux-ci travaillent plus que les 41 heures hebdomadaires définies comme maximum dans la loi des normes du travail.

Contactés par un travailleur de l’endroit voulant avoir son dû, les IWW sont allés visiter le restaurant pour bien faire savoir au patron qu’il ne s’en sortirait pas ainsi.

Environ une dizaine de militantes et de militants sont venus faire un joyeux tapage à l’intérieur du restaurant, ainsi qu’une ligne de piquetage devant l’entrée du restaurant. Plusieurs clients ont choisis de rebrousser chemin en signe de solidarité avec notre camarade floué.

Utilisant plusieurs tactiques dilatoires pour empêcher notre camarade d’avoir son dû, entre autre en l’inscrivant sous deux numéros d’employés différents pour éviter que son système comptable ne le paie au taux supplémentaire, le patron a même réuni ses employé-es suite au départ de notre camarade pour tenter de leur faire signer une déclaration dans laquelle ceux-ci renonçaient par avance à se faire payer au taux légal. Suite à notre action, notre camarade a été entièrement payé, et ce rapidement.

Des abus du genre sont fréquents dans les domaines où le fort taux de roulement de la main-d’oeuvre empêchent les travailleurs et travailleuses de s’organiser efficacement contre les patrons. De plus, en cette période de crise économique, il est clair que les conditions de travail et salariales vont subir d’énormes pressions des employeurs pour être revue à la baisse, le maintien des taux de profits exigeant une dévaluation de la valeur du travail.