Articles

Twenty Thousand Bucks of Solidarity

Someone had heard about the IWW from a friend, got in touch with the union through the Internet and arranged to meet and discuss ways to claim a stolen salary. That’s actually how many of our Claim Your Pay campaigns begin, but our most recent one was a bit out of the ordinary. This is the story of a victorious campaign, the biggest in the history of our branch thus far.

In her first message sent to the IWW at the end of January, a worker tells us about a chic restaurant that had closed its doors, and workers having their paychecks bouncing back and worked hours not being paid. We decided to call her to hear more about the situation, to then find out that there were 11 workers from that restaurant who unpaid hours and/or bounced paychecks! The information is passed on to the union volunteers taking care of Claim Your Pay campaigns. Considering the magnitude of the situation, a team of 3 Wobblies is formed. Quickly, we organized a meeting with as many workers as possible. 5 of the 11 workers attended this first meeting, where we added up every salary that was to be claimed through the campaign, and came to realize that more than $20 000 were at stake! We also noted down all relevant information about the restaurant’s boss : in addition to the closed restaurant, he co-owns a chain of coffee shops in Montreal and a coffee distribution company. He also has a bad habit of not paying his employees; the workers at the meeting had heard stories similar to their own spanning the last 10 years. That meant that the boss wouldn’t be easily impressed. This time however, the claims were organized and supported by a union. Not wasting any time, we established a calendar with the direct actions that were to be undertaken in the upcoming weeks.

All the IWW campaigns to claim stolen wages rely on direct action. The workers at our meeting had all made a complaint to CNESST, except for one who was getting paid under the table. But these complaints can take up to a year or more before a worker can gain their claim, and for many workers, a year is way too long to wait when the amount due is three to four work-weeks. Direct action puts pressure on the employers by convincing them that they have more to lose if they do not pay their employees, all without going through the legal system. The workers are always the ones democratically choosing the actions that will be taken to win their claim, even though the supporting union members can always suggest some.

The first step was to send letters of demands to their boss asking for each of the stolen salaries, informing him of the precise amounts that he needed to pay and that a union was now on the case. While the letters were on their way to his mailbox, the boss contacted one of the workers, with the intention to pay her after she had just complained publicly. Members of the union accompanied the worker to that meeting, seizing the opportunity to hand him the letters of demands. He took them without any reaction, and we did not hear from him. No message, no phone call… Time to take action !

We started by sending emails denouncing the situation to many of his work partners, without any result. We continued our actions with a phone zap, during which many people called the owner’s business to block telephone lines for two hours, followed by a negative comments blitz on the business’ social media (Facebook, Google, Yelp, etc). To add public pressure, we published on the union’s blog an article exposing him and all the unpaid salaries. At this point, 3 weeks have gone by and some workers started receiving messages from the boss threatening them with a lawsuit and claiming that he wasn’t scared of a union. Still mounting the pressure, the next action began in early March, by showing up in front of the coffee shops he co-owns and flyering. The managers freaked out a little bit, but we managed to flyer for three days in a row and in front of 3 different coffee shops without much trouble.

It is during that week that the union finally gets contacted by the boss to arrange a meeting, which took place on March 14th. During this meeting, he served us the usual platitudes : ‘’It’s only a misunderstanding, I’m the real victim here, we could have just talked this out, no need to attack me’’ and etc. Nevertheless, we still got out of that meeting with about $12 000 in checks! Six out of the 11 workers were now fully paid, but there were still 5 workers with unpaid wages.

The rest of the campaign scales over 4 months, during which we discussed and negotiated with the boss to get the rest of the stolen salaries. At some point, it seemed to us that the boss was ignoring us, so we organized another small flyering action at two of his coffee shops, to get his attention once more. The campaign was fully victorious last June 19th, when the remaining paychecks were finally delivered by their employer. One worker did not receive all of her wages, because she decided to stop the direct action campaign and to throw all of weight behind her complaint to the CNESST. We care to mention that the worker that was working under the table has had her full salary paid, and without any particular difficulty.

In total, the efforts from these 11 workers and the union have helped claim $20 995 in unpaid work hours and indemnities. Without any doubt, a direct action campaign means more work than simply filing a complaint, but this victory shows us once more that armed with solidarity, we can overcome any obstacle and build a better world for tomorrow.

Solidarity has no price,

X377266

X377638

X385004

Version française ici.

Réclame ta paie victorieux dans un fast-food de Québec

Lundi 18 Mars dernier, deux anciennes employées d’un établissement de restauration rapide nous ont contactées pour des salaires impayés d’une valeur de plus de 1000$ et des documents légaux qui ne leurs avaient pas été remis. Nous les avons rencontré le lendemain matin afin de les aider à les obtenir et avons pris la décision d’entamer un processus de réclame ta paie avec elles.

Le jour suivant (Mercredi), trois de nos membres ont rencontrés le propriétaire du restaurant pour lui remettre une lettre expliquant la situation et notre engagement à ce que ses anciennes employées soient payées. Bien que nous exigions le règlement immédiat du conflit, il s’est montré très peu (voir aucunement) coopératif et n’a pas voulu lire la lettre que nous lui avons remis ni donner à ses anciennes employées ce qu’il leur devait. Nous avons donc quittés les lieux en nous préparant aux étapes suivantes du processus.

En discutant de tout cela avec les deux ex-travailleuses à la sortie du restaurant, nous avons appris qu’une troisième personne était dans cette même situation. Nous l’avons alors contacté pour lui demander si elle désirait être impliquée dans le processus et elle a acceptée. Aussitôt notre appel téléphonique terminé avec elle, nous avons reçu la confirmation que le patron avait décidé de changer d’idée et qu’il payerait ses anciennes employées. Le tout s’est réglé dans la journée même.

En conclusion : alors qu’on nous encourage trop souvent à passer uniquement par les normes du travail pour ce genre de litige et que ce processus peut prendre des mois, nous avons une fois de plus la preuve que la solidarité et l’action directe nous permettent d’y arriver en quelques jours, voir en quelques heures seulement!

Parce qu’uni.es, nous sommes invulnérables!

Max K
IWW Québec

 

, , , ,

Explosion de solidarité pour l’ancienne employée d’Antidote

Après deux ans à m’impliquer bénévolement au Comité communication des IWW, je n’avais jamais vu cela. La petite histoire de Sarah, congédiée du comptoir végane Antidote à quelques jours de Noël, et ce après avoir vécu de l’intimidation et des abus de pouvoir, est devenue virale.

En moins de 24 heures, les mots d’espoir et les gestes de solidarité ont afflué de toute part. Une dizaine de milliers de views sur notre blog, j’avais presque l’impression de travailler pour Vice ou Ton Petit Look, à la différence près que dans la section commentaire, c’était un amour à couper le souffle que Sarah recevait au lieu des traditionnels hate mails.

On assiste à une version moderne du Drôle de  Noël de Scrooge. En 2017, à quelques jours du réveillon, une jeune entrepreneure aussi dynamique que imbue d’elle-même, propriétaire d’un restaurant branché dans un quartier en plein processus de gentrification, congédie son employée.

Mentionnons-le avant d’aller plus loin : congédier un-e employé-e de restauration en plein mois de décembre, outre que de lui souhaiter un Noël sans cadeau à offrir ou petit plats à apporter au réveillon, c’est lui souhaiter un joyeux trois ou quatre mois de chômage, pas de chômage, le temps que les bassins de l’industrie rouvrent à l’arrivée du printemps.

Par le biais d’une amie, Sarah est entrée en contact avec le fantôme du Syndicalisme de Combat qui a accepté de partager son histoire. Vous connaissez la suite, l’histoire est devenu virale et les médias sociaux se sont enflammés. Si nous étions dans un conte de Noël, au bout du troisième acte, la patronne se serait repentie, mais la réalité des relations patrons-employé-e-s étant ce qu’elle est, elle publia plus tôt un texte larmoyant pour expliquer que du fin fond de sa réussite professionnelle, c’est un peu elle la victime en fait.

Tout y était, elle est jeune et a tellement à apprendre, elle ne savait pas qu’on ne pouvait pas  moralement congédier quelqu’un-e par texto. Elle était obligée de la congédier maintenant, en cheap shot par texto, parce que l’avertir deux semaines d’avance et laisser le temps à l’employée de se préparer (comme les boss nous le demandent), ça fitait pas dans ses priorités. On aurait dit une caricature  tout droit sortie du Module sur les réactions patronales dans le Formation d’Organisation 101 de l’IWW.

En parallèle des larmes de crocodile de la patronne qui, à en croire ce qu’on peut voir sur Facebook, n’ont pas ému personne d’autres que deux ou trois propriétaires dans des situations similaires ou des amis proches, ce sont d’ancien-nes employé-es qui nous ont contacté pour nous faire part d’expériences similaires, l’histoire d’un petit producteur de la Gaspésie qui avait de la difficulté à se faire payer est remonté, et de nombreux et nombreuses autres travailleurs et travailleuses de la restauration expliquant se reconnaître dans cette situation tellement trop fréquente. Mais peut-être plus important encore, des gens de partout à Montréal nous ont écrit pour faire part de leur sympathie et offrir leur solidarité à Sarah.

Entre les mots d’encouragement, une telle a une chambre de libre, celui-là a un divan disponible si nécessaire, celle-là a de la nourriture pour le chien, un autre a entendu parler d’une offre d’emploi et ceux-là ont des contrats temporaires, voir des offre d’emplois permanents à offrir. Conscience de classe, ras-le-bol des conditions de travail infernales de l’industrie de la restauration ou tout simplement l’esprit de Noël? Peu importe pour le moment, la solidarité dépasse toute nos attentes et pour cela, de la part de Sarah, mais aussi de tous et toutes les membres de l’IWW, nous vous offrons nos plus sincères remerciements et vous souhaitons un excellent temps des fêtes.

X374166

 

 

Crédit Photo: Katerine-Lune Rollet, février 2015.
,

Nouvelle idée patronale pour les précaires: le salaire minimum au 2/3

Île-du-Prince-Édouard – Le débat autour d’une idée patronale ultra-réactionnaire d’un salaire minimum modulable selon l’expérience fait rage à l’Île-du-Prince-Édouard, où la ministre conservatrice a lancé l’idée cet automne. Vaguement comparable aux fameux CPE (contrats de première embauche) qui avaient embrasés la France en 2006, l’idée est présentée comme étant une correction de “l’injustice” qui fait qu’un travailleur au salaire minimum qui a 5 ans d’expérience gagne le même salaire qu’un travailleur nouvellement en poste, comme si les travailleurs les moins payés et les plus précaires devaient payer parce que les patrons sont trop cheap pour donner des augmentations à leurs employés les plus fidèles.

Lire la suite