Articles

,

Le travail des enfants et les mauvaises conditions de travail restent la norme dans la fabrication des ballons de soccer

Alors que la coupe du Monde de soccer bat son plein, nous sommes allés voir derrière les rideaux de cet événement, là où se cachent généralement l’exploitation sans scrupules, le cheap labour, la répression, bref tout ce qui façonne le véritable visage de notre société mondialisée.

Treize ans après l’engagement solennel de l’industrie et des marques à mettre un terme au travail des enfants dans la couture des ballons de football, un nouveau rapport diffusé par la Campagne Vêtements Propres souligne que le travail des enfants et les mauvaises conditions de travail restent la norme dans le secteur.

Lire la suite

, ,

Travail des enfants, empoisonnements et suicides en série: Apple sur la sellette

Le célèbre logo de Pomme de la compagnie Apple pourrait bien s’avérer être un fruit empoisonné pour les travailleuses et les travailleurs qui peinent à produire à rabais les marchandises qu’Apple revend ensuite à prix d’or. Travail des enfants, suicides en série, salaires de famine, conditions de travail misérables, accidents de travail et empoissonnement des travailleurs, il semble bien que Steve Jobs, le gourou-président de la compagnie, ait construit sa fortune sur le sang et la sueur des travailleurs.

Lire la suite

,

Une ONG dénonce les « ateliers de la sueur » de Microsoft en Chine

Publication originale National Labor Committee, traductionContre Info

Le National Labor Committee dénonce les conditions de travail de l’usine chinoise KYE qui produit des périphériques informatiques pour Microsoft et plusieurs marques américaines. Les étudiants recrutés par l’usine travaillent plus de 80 heures par semaine pour 37 centimes d’euro de l’heure (0,5 dollar). Les cadences sont telles (130 souris par heure) que des salariés épuisés dorment parfois à même leur poste de travail durant les pauses. Les ouvriers sont hébergés dans des dortoirs collectifs plus que sommaires et ne disposent pas de douches.

Lire la suite

,

« Reconstruire Haïti » pour ses salaires de misère

Bill Van Auken, WSWS

« Parce que c’est un pays pauvre et que le marché du travail y est relativement peu réglementé, les coûts du travail sont en Haïti compétitifs avec ceux de la Chine, le pays avec lequel il faut se comparer mondialement »

Des ministres gouvernementaux, des banquiers internationaux et des organismes humanitaires se sont réunis à Montréal lundi pour discuter des plans de reconstruction d’Haïti, ravagé par un tremblement de terre. Au cœur de leurs propositions se trouve l’exploitation des travailleurs haïtiens à des salaires de misère.

Lire la suite

A l’Amour Inc., un sweatshop montréalais, on perd même sa Dignité…

amourDepuis quelques années, l’industrie du vêtement à Montréal connaît d’importantes mutations. Dans une optique de globalisation néolibérale, les compagnies empruntent de plus en plus la voie de la délocalisation : les usines d’ici sont fermées et les machines expédiées dans des pays du Sud où la main-d’œuvre, sous-payée, coûte moins cher. Les travailleurs et travailleuses licenciés, par contre, se retrouvent souvent sur le tapis… C’est arrivé à Peerless, Gildan, Main Knitting. À Golden Brand – où sont confectionnés les vêtements de Moores Inc. – les 540 travailleurs-euses mis à pied ont obtenu 3,5 millions de dollars de compensation grâce aux pressions de Unite Here, leur syndicat. À l’Amour Inc., en revanche, les ouvriers licenciés, en majorité des femmes immigrantes, n’ont pu bénéficier de l’appui du leur, un « syndicat de boutique » imposé par le patronat afin de tourner à son avantage les velléités d’organisation de ses employé-e-s. D’un autre côté, une organisation réellement dirigée par et pour ses membres aurait permis aux travailleurs-euses de sauver, à défaut de leur emploi, leur dignité et quelques meubles.

Lire la suite