,

2018: Le plus grand syndicat d’Allemagne annonce une escalade des moyens de pression pour la semaine de 28 heures.

Alors qu’en Amérique du Nord, la majorité des syndicats mènent une campagne de relations publiques et de lobbyisme pour un salaire minimum à 15$ de l’heure, si possible avant que le coût de la vie ne dépasse les 20$ de l’heure, en Allemagne le syndicat des métallos annonce une escalade des moyens de pression pour la semaine de 28 heures.

En négociation depuis quelques mois avec le patronat, l’IG Metall Union s’était engagé à ne déclencher aucune grève jusqu’au 31 décembre. La date limite ayant maintenant été dépassée et le patronat n’ayant démontré aucun signe d’ouverture concret, le Syndicat s’apprête à durcir le ton et à passer à l’attaque.

« Les employeurs sont mieux de se préparer à des grèves annoncées à la toute dernière minute s’ils ne changent pas d’attitude. Si à la fin du mois janvier ils n’ont toujours pas modifié leur position, nous allons considérer des grèves de 24 heures et appeler au vote pour une grève générale » – dit Joerg Hofmann, président de la IG Metall Union.

Le syndicat industriel demande non seulement une hausse des salaires de 6%, mais, en plus, une réduction de la semaine de travail de 7 heures et ce sans réduction de salaire majeur. Rappelons que si le recours à la grève est chose rare en Allemagne, l’IG Metall Union, qui représente 3.1 millions d’adhérent.es compte parmis ses grandes victoires la semaine de 5 jours (1959) et la réduction du temps de travail à 40 heures (1967), puis à 35 heures (1995).

Alors que les économistes sortent leur baratin habituel en se portant soudainement à la défense des petites et moyennes entreprises et en parlant d’une économie européenne qui n’est pas à son mieux, le syndicat répond qu’il est plus que temps que la flexibilité des heures de travail cesse de ne servir que le patronat et commence à être utilisé pour améliorer la vie des travailleurs et des travailleuses. Un plus grand contrôle sur l’horaire, une plus grande autodétermination et un plus grand contrôle sur leur vie, voila ce que demande les syndiqué.es de la IG Metall Union.

 

Mathieu Stakh

 

 

Crédit photo: http://www.industryweek.com
, ,

Les hippies ont raison sur un point

Un cri d’agonie.

Les pleurs de l’enfant.

Le silence lourd.

Les camarades de la guérilla se regardent successivement, sept autres personnes avec qui combattre dans le paroxysme d’un conflit armé, ce génocide contre les Mayas au Guatemala. Après le colonialisme espagnol, l’acculturation et l’ethnocide contre les populations indigènes, une culture qui est déjà enseignée comme éteinte, respire fièrement. Les droits humains ne s’applique pas pour les rebelles ; le gouvernement militaire placé au pouvoir par les États-Unis lors de la Guerre froide ne considère même pas les Mayas comme des êtres humains, de toute façon. En 1981, c’est la 27e année de guerre entre le front du peuple, composé de 15% de gens éduqués et de 85% de rebelles des campagnes, majoritairement des indigènes, contre l’autoritarisme raciste et capitaliste.

Un autre cillement assourdissant, acouphène.

Le tank militaire ayant tiré se profile derrière le nuage de poussière en suspension.

La bataille continue.

Elle est réelle.

Partout, la peur, le sang, les corps, le feu, les bombes, les balles, les cris, la douleur, la souffrance, les camarades qui tombent, les proches qui s’affaissent, la famille, l’amour de leur vie, un regard qui perd sa lumière d’existence, le viol, la torture, les enveloppes charnelles dépouillées de leurs membres, de leur dignité, tout orifice violé, massacré, des ventres ouverts dont la tête d’un parent vivant était plongée dans les viscères encore chaudes, le béton qui éclate. « Les gargouillis du sang résonnent au rythme de mes propres battements de cœur. Je suis dans la guérilla. Je m’appelle Maria. Mon mari est porté disparu depuis quelques mois déjà, mais mon inconscient sait que jamais je ne le reverrai. Mes yeux brûlent, à cause de la poussière, des larmes, du sang, un éclat d’obus, pas le temps de savoir, je dois combattre et dans ma tête, une seule phrase, une seule idée ; la lutte pour le peuple, la lutte pour la liberté, pour l’égalité. Une idée plus forte que toute l’horreur de la guerre, qui m’oblige à avancer encore et encore, des valeurs passées et comprises à travers l’enseignement et l’entraînement que j’ai reçu dans les montagnes, je souffre, avec les autres camarades parce que je crois en l’humanisme, j’aime l’humanité. »

Maria est une femme ayant participé à la guerre contre le génocide maya. Étant elle-même Maya, sa mission est de conscientiser les gens aux horreurs cachées au Guatemala. Malgré son âge avancé, elle milite encore dans un groupe de conscientisation contre la violence sexuelle, cultive une terre de café avec son second mari et agit en tant que porte-parole avec d’autres personnes de sa communauté pour dénoncer les crimes contre l’humanité perpétrés entre 1960 et 1996.

Quand on fait partie d’un milieu militant, on se retrouve face à des idées, des valeurs, des méthodes que l’on doit comprendre, puis assimiler, faire progresser ou rejeter. Ce qui nous  pousse à joindre, c’est en majorité, je crois, parce que l’on se reconnait dans les fondements de base d’un groupe et que nous avons un désir d’avoir un impact sur notre monde, ou encore sur le monde. Par contre, qu’est-ce qui nous pousse à rester ? Au niveau de la gauche active, l’un des premiers chocs auxquels on fait face, c’est la violence à notre égard, tant au niveau des jugements que dans les attitudes ou la façon de nous aborder. Second choc, c’est la violence à l’égard des personnes qui ne possèdent pas nos privilèges qui frappe. En ce qui me concerne, même ayant fait intervention dans des plusieurs situations de harcèlement contre des personnes opprimées, jamais je n’aurais pu conceptualiser la violence dans son entièreté, même quand la police me frappait par plaisir de me faire souffrir, si ce n’avait été de par les témoignages que j’ai entendus au Guatemala, tous plus horrifiants les uns que les autres, peignant un portrait glauque tout droit sorti des caves de Sade… Malgré tout cela, mon moment de choc le plus fort fut lorsque me promenant dans la capitale avec des camarades, l’une des personnes me pointa un vieil édifice en briques de béton et me dit : « Regarde, ce sont des impacts qui datent de la guerre », puis, de voir les dizaines de trous de balles, qui avaient visé et ou tué il y a 20 ans, imaginant toutes ces histoires en un flash.

Tout cela ramène aux raisons de devenir et rester dans le militantisme actif : le point commun de tous les récits entendus portait sur la façon d’aborder la violence, qui se basait sur l’acceptation de la situation et sur un désir, dès lors, de la changer, au prix de sa sécurité et de sa vie. L’amour de l’humanité, la solidarité du peuple et une empathie des souffrances étaient ce à quoi se raccrochaient les camarades pour continuer à lutter, pour passer par-dessus la peur, le froid, la faim, l’agonie. Gavino, un rebelle de la communauté, me dit d’ailleurs, vers la fin de mon séjour, que ce qui a fait perdre l’organisation militaire, c’est que leur combat était basé sur la haine, ce qui nuisait grandement à la solidarité entre les unités, donc les rendait vulnérables. Au final, Gavino m’a sommé de combattre, pas par la haine, mais par philanthropie, communautarisme, désir d’égalité et compréhension, et c’est là que les hippies ont raison, mais aussi de ne jamais cesser au profit d’une émancipation personnelle, parce que le danger réel et le point fondamental de notre lutte est d’éduquer et de prendre action avant que la situation ne dégénère au point de nous rendre à un point critique, donc de faire la révolution et non pas l’insurrection.

Emma Parsons

, , , , , ,

Un restaurant chantant de New-York s’organise avec les IWW

C’est une nouvelle campagne du SITT-IWW, et des plus excitante, qui a été lancée à New York dernièrement. Les travailleurs et travailleuses du Ellen’s Stardust Diner à Time Square sont sortis publiquement vers la fin aout 2016. C’est sous le nom de Stardust Family United que ces travailleurs et travailleuses se sont réuni.es pour répondre aux conditions de travail dangereuses, aux congédiements arbitraires et au harcèlement au travail.

27stardust1-master768
Lire la suite

, , , ,

Grève victorieuse chez les IWW, TTX Maryland vire son patron!

Des travailleurs et travailleuses de l’industrie des technologies informatique du Maryland lancent une grève avec le SITT-IWW et congédient leur patron!

FREDERICK, MD- Les travailleurs et travailleuses de True Technical Experts LLC (TTX) un sous-contractant en Technologie Informatique pour des détaillants majeurs, ne pouvaient savoir jusqu’où les emmènerait leur aventure lorsque le 26 mai dernier ils entrèrent en grève une bonne fois pour toutes. Les travailleuses et travailleurs ont alors soumis une liste de demandes qui incluaient un ajustement de leurs salaires au standard industriel, des heures régulières, la fin du harcèlement et des vols de salaires et la reconnaissance du SITT-IWW.

Lire la suite

, , , , , ,

Solidaire des arrêté-e-s de la Loi Travail

En solidarité avec celles et ceux qui ont lutté et qui luttent encore contre la Loi Travail et « son monde », le SITT-IWW Montréal a organisé une soirée de financement afin d’aider le groupe de Défense Collective (DefCol) de Paris, et ce en offrant un soutient moral et financier aux personnes arrêté.e.s et/ou incarcéré.e.s en lien avec le mouvement qui a débuté ce printemps. Ce montant est bien entendu symbolique, mais il représente une solidarité internationale qui doit être maintenue afin de combattre le système qui nous affame et qui nous plonge dans la précarité.

Lire la suite

, , , , , , , ,

Exploitation carcérale, riposte syndicale!

Les prisonniers et prisonnières forment depuis de nombreuses décennies déjà la ligne de
front d’un système de production basé sur l’esclavage. Coincé.es entre quatre murs pour
la durée de leur peine, ils et elles sont souvent forcé.e.s de travailler pour des salaires
dérisoires et dans des conditions inhumaines. Sous le couvert du mensonge voulant qu’ils et elles rendent à la société ce qu’ils et elles lui auraient pris ou à tout le moins qu’ils et elles contribuent à rembourser ce qu’il coûte de les maintenir en détention, le complexe carcéral américain offre de plus en plus régulièrement les services de cette main d’œuvre à faible coût à des compagnies privées.

Considérant que la majorité des gens ayant passé par le système carcéral y retourneront,
qu’ils et elles sont majoritairement issu.e.s de communautés racisées et que vue l’expansion qu’a pris le système carcéral aux États-Unis (70 millions d’états-uniens et états-uniennes ont un casier judiciaire et près d’un pour cent de la population totale est actuellement derrière les barreaux) il ne fait plus aucun doute qu’il s’agit non seulement d’une manière de mettre les sans-emplois au travail forcé, mais aussi de s’assurer que les plus démuni.e.s de la société ne puissent pas exprimer leur mécontentement. C’est pourquoi dès le début de l’année 2014, des membres de l’IWW contactés par des prisonnier.es ont aidé à former l’Incarcerated Workers Organizing Committee iwoc(IWW-IWOC). L’objectif était clair, il fallait faciliter la liaison des prisonniers et prisonnières voulant s’organiser selon les bases du syndicalisme afin d’améliorer leurs conditions de vie. En quelques mois à peine, plus de 700 cartes étaient signées, faisant de l’IWOC l’un des plus gros syndicats de  l’IWW moderne aux États-Unis.

Au début du mois d’avril dernier, la mobilisation a atteint un sommet sans précédent lorsque des grèves ont éclaté dans sept prisons de l’État du Texas. Prenant le slogan «Nous sommes en dedans pour vous, vous êtes en dehors pour nous» au pied de la lettre, les membres des sections locales de l’IWW des quatre coins du monde ont saisi leurs téléphones pour appeler les autorités concernées afin de souligner leur soutien à l’IWOC et leur mécontentement face aux conditions dans lequel ces derniers et dernières sont obligé.e.s de travailler, occasionnant ainsi un blocage complet des communications du Département de la justice criminelle du Texas. De nombreuses grèves continuèrent de manière spontanée jusqu’au 27 avril ou refusant de travailler en plein orage, les travailleurs incarcérées de la prison d’Estelle, toujours au Texas, laissèrent savoir qu’ils pourraient bien devenir la 8e prison de l’État à tomber en grève générale. Face à cette menace, les autorités répondirent en tirant de force les prisonniers de leurs cellules, usant gaz lacrymogène et matraques avant d’en placer plusieurs en cellules de confinement et de leur interdire tout contact avec l’extérieur.

Ne reculant pas devant la menace, le 10 juin, 7 prisonnier.es du Waupun Correctional Institution et du Columbia Correctional Institution entamèrent une grève de la faim afin d’attirer l’attention sur le caractère inhumain des cellules de confinement. En date de publication, les 7 prisonnier.es en seraient à leur 3e journée sans manger et l’IWOC ne compte pas s’arrêter là ayant déjà annoncé une Grève générale nationale le 9 septembre prochain.

Pour plus d’informations, visitez le site de l’IWOC ou consultez son journa bi-annuel l’Incarcerated Worker

 

 

, , , , , , , , ,

Solidarité avec les coursiers et coursières à vélo de San Francisco

Il y a quelques jours à peine, alors qu’une première rencontre des membres du Comité d’organisation pour un Syndicat des coursiers et coursières à vélo chez Sprig.Inc à San Francisco était organisée, l’employeur décréta l’équivalent d’un lock-out d’une semaine suivi d’un retour au travail avec un horaire coupé de moitié.

Les coursiers et coursières à vélo qui ne faisait déjà que 13,50 de l’heure, soumis à une politique de la compagnie leur interdisant de recevoir un pourboire, ont ainsi vue leur horaire passer d’une trentaine d’heure par semaine à de 3h à 15h seulement. Alors que les organismes qui se sont penchés sur la question évaluent le salaire décent à 14,37 pour la région de San Francisco, rappelons que les coursiers et coursières font un métier aussi exigeant physiquement que dangereux. On exige notamment qu’ils et elles soient capable de franchir des distances de 3 à 5km en zone urbaine en moins de 15minutes.

Les membres du syndicat se sont déjà entretenu à de nombreuses reprises avec la direction de Sprig.Inc afin de demander une compensation pour les heures et les journées de travaillent qui furent coupé, de même que des augmentations de salaire et de meilleures conditions de travail, mais la partie patronale semble déterminer à laisser trainer l’affaire aussi longtemps que possible. Les coursiers et coursières à vélo de San Francisco, regroupé sous le Syndicat Industriel 540, en appellent donc à la solidarité des individus, des communautés et des organisations concernées à les appuyer dans leur démarche.

Pour support les coursiers et coursières à vélo en négociation:
https://rally.org/couriersunion?utm_source=leader_banner

Solidarité!

540logoredblack

, , , , , , , ,

Les Wobblies à travers le monde, Chronique de Mars.

En date du 1er janvier 2016, Randall Jamrok, secrétaire-trésorier général de l’IWW, finissait de faire les comptes et nous annonçait que l’IWW compte désormais plus de 3500 membres. Majoritairement répartie entre l’Amérique du Nord et l’Angleterre on les retrouve aussi en Norgève, en Allemagne, en Lithuanie, en Austrie, en Suisse, en Grèce, en Australie et en Chine. Si cette chronique mensuelle ne ce veut pas une liste exhaustive des activités de chacune des 50 et quelques sections locales qui constituent actuellement le Syndicat pour Tous et pour Toutes, elle tentera tout de même, tant ben que mal, de mettre un peu de lumière sur les activités des wobblies de partout à travers le monde.

Le 1er mars, le fellow worker James, de la branche de Balti10569076_720396931330843_5408464749728183823_nmore se faisait finalement versé rétroactivement les 7500$ de salaire que les magasins Jimmy Johns lui devaient après l’avoir congédié illégalement pour activité syndicale. Un jugement similaire fut rendu par le National Labor Relation Bord quelques semaines plus tard, au sujet des employé.es congédiés.es des les franchises de Minneapolis. Rappelons que la campagne d’organisation des restaurants « Jimmy John » avait été lancée à Minneapolis en 2007 pour sortir publiquement dès 2010 avec l’organisation des 10 succursales rapidement rejointes par les fellow workers de Baltimore.

Toujours à Baltimore, le 2 mars dernier, le café-libraire Red Emma, anciennement accrédité au SITT-IWW, org10405585_751876278193930_2607770610963710947_nanisait le lancement de la dernière édition du livre du défunt Franklin Rosemont  Joe Hill et la création d’une contre-culture ouvrière révolutionnaire. Pour l’occasion David Roediger et Kate Khatib, des ami-es, collaborateur et collaboratrice de Rosemont furent invité-es à prendre la parole.

Le 15 mars, la section-locale de Montréal organisait un BBQ pour souligner la journée internationale contre la Brutalité Policière. La manifestation qui suivit attira plus de 200 personnes qui pour la première fois depuis de nombreuses années réussirent à prendre la rue et à terminer la manifestation sans arrestation de masse ni violence policière.

Le 19 mars, l’IWW Sheffield organisait une journée de formation axée sur les rapports d’oppressions reliés au genre, au sexe et à la sexualité sur les lieux de travail.

Des Formations d’Organisation 101, formation expliquant comment lancer un syndicat IWW sur son lieu de travail, furent organisé à Hartford, Détroit, Mineapolis, Milwaukee et Edmonton.

Deux émeutes secouèrent les prisons de l’État de l’Alabama, ctexaslockedin-300x288teau fort du Comité d’Organisation des Travailleurs et Travailleuses Incarcéré-es de l’IWW (IWOC-IWW), Au cours des dernières semaines. Pendant ce temps, les membres de l’IWOC au Texas se préparent à lancer une série d’arrêts et de ralentissement de travail afin d’obtenir des réformes dans les dossiers de la libération sur parole, de l’accès aux soins de santé et du système carcéral en général afin que les travailleurs et travailleuses incarcérées soient traités humainement.

Des membres de la branche de Portland se joignirent le 26 mars au Portland Solidarity Network pour tenir une ligne de piquetage devant LKQ Foster Auto Parts en solidarité avec le fellow worker Andrew congédié, alors qu’il tentait de s’organiser avec ses collègues contre la stagnation des salaires, la dangerosité de leur environnement de travail, le manque de transparence de la direction et le harcèlement au travail.

Déjà à sa sixième grève de la saison, Familias Unidas por la Justiciale organisait le 31 mars une manif-action au siège social de Driscoll à Watsonville en Californie afin de combattre les conditions de travail inhumaines des travailleurs et travailleuses migrant.es employé.es par la compagnie.

Notons pour terminer que l’été promet une modification géographique et démographique majeure pour l’IWW, majoritairement situé dans le Nord des États-Unis et en Angleterre! Alors que d’un côté les officiers et membres du Comité d’Organisation Régional Canadien, fier-es d’avoir assisté à la création des branches de Sherbrooke et Québec travaillent d’arrache-pied à la mise sur pied d’un projet visant une augmentation de 50% de leur membership et la création de 3 nouvelles branches en sol canadien (Drummondville, Kitchener-Waterloo et Saskatoon). Du côté du Sud des États-Unis, de nombreux membres se sont réunis pour organiser une tournée de conférences visant à faire la promotion du Syndicalisme de Solidarité dans leurs régions en plus de soutenir les efforts du Comité d’Organisation des Travailleurs et Travailleuses Incarcéré.es (IWOC-IWW) qui prévoit de nombreuses grèves et actions qui culmineront lors d’une grève nationale le 9 septembre prochain!

, , , , , , , , ,

Les Wobblies à travers le monde

Des États-Unis, au Canada, à la Grande-Bretagne et à l’Irlande, en passant par la Norvège, l’Allemagne, la Lituanie, l’Autriche, la Suisse, la Grèce, l’Australie et la Chine, les Industrial Workers of the World sont plus que jamais un syndicat présent à l’échelle mondiale. Mais que font nos organisateurs et nos organisatrices réparties aux quatre vents? Quels sont leurs plans? Quelles sont leurs luttes? C’est à ces questions que tentera tant bien que mal de répondre cette nouvelle colonne, qui chaque mois mettra le feu des projecteurs sur les activités des wobblies de partout à travers le monde!

Le 9 janvier 2016, le Comité de Défense Générale Local 14 de Minneapolis a rejoint la famille Quinn, Native Lives Matter, Idle No More, AIM, Black Lives Matter et bien d’autres pour aller manifester dans le froid afin de réclamer justice pour Phil Quinn, assassiné par la police de Minneapolis en décembre 2015. La ligne verte du système de métro et l’Avenue Université ont été bloquées tandis que des actions de perturbations avaient lieu dans un Target, un Walmart et un Club Food. (Industrial Workers Hiver 2016) Un mois plus tard le CDG Local 14 participait à une nouvelle action, cette fois pour Jam12744270_1729009820645471_1093583573150809589_nar Clarck, lui aussi assassiné par la police de Minneapolis. Le lendemain le CDG, le IWW African People Caucus et les membres de la branche de Minneapolis se réunissent pour une journée de discutions et de formation, notamment au sujet de l’augmentation de la violence policière.

Le 28 janvier, les membres de la branche de Boston se présentent pour la 4e fois à la Cour du District de Quincy, en solidarité avec les arrêtés du blocage de l’autoroute 93 lors de la Martin Luther King Day. Nombre d’entre eux et elles participeront également de manière hebdomadaire aux journées de tractage des fellow workers de la Museum Independant Security Union, qui se voient imposer des horaires pas possible suite à un gel des embauches.

Dès les premiers jours de février, des wobblies de la Pennsylvanie participent à des piquets pour protéger plus de 10 000 arbres qu’on menace de couper pour favoriser la construction d’un pipeline.

Le 1er février la branche de Portland marche au coté des travailleurs et travailleuses du Graduate Student Union de l’Université d’État de Portland alors qu’il-les rendent leur campagne publique en allant déposer leurs demande au bureau du président de l’Université.

Le 4 février les wobblies de la Grèce participaient à une grève générale qui paralyse les transports publics, les avions, les navires, les taxis, les écoles et ne laissa qu’un minimum vital d’employé dans les hôpitaux, le tout afin de contrer les réformes touchant la pension de vieillesse.

10660124_1017657351624548_3033580278153241779_n

Le 15 février la Branche de Washington et le 27 février la branche de Whatcom-Skagit participent à des blocages en solidarité avec Familias Unidas por la Justicia farm workers union qui appelle actuellement à un boycott des fruits Driscoll. Boycott que l’IWW accepta d’endosser lors de sa dernière convention internationale.

Le même jour, de nombreux prisonniers regroupés sous la bannière du Free Virginia Movement, faisant ainsi écho au Free Alabama Movement, rejoignent les IWWs afin de lancer des campagnes pour lutter contre le traitement des travailleurs et travailleuses incarcéré.es.

Le 17 février, les membres de la Branche de Milwaukee participent à un piquetage de solidarité avec les enseignant.es du Wisconsin.

Le 18 février, la branche de Madison participe à une grève sauvage généralisée dans l’État qui réunie plusieurs dizaines de milliers de travailleurs et de travailleuses immigrant.es dans la rue afin de contester un projet de lois anti-immigrant. Le soir même le Madison Infoshop (Syndicat Industriel 620 IWW ) et la Branche de Madison, en collaboration avec le Lakeside Press Printing Coop (IWW) organisent une conférence sur les soulèvement populaires que connut le Wisconsin en 2011.

Le 19 février, le Irish Center for Histories of Labour and Class, situé à Galway en Irlande, a lancé un appelle aux contributions afin de dresser un portait du legs de l’IWW en Irlande et au sein de la diaspora Irlandaise.

Le 21 février, les wobblies de Pittsburgh participent au Malcom X Legacy Brunch en compagnie du New Afrikan Independance Party.

Le 24 février avait lieu une manifestation de 300 personnes devant la cours de Londres en solidarité avec 13 militant.es écologistes, incluant 4 membres de l’IWW, arrêté.es pour des actions menées contre l’extension de l’Aéroport d’Heatrow.

Le 25 février 2016, les travailleurs et travailleuses membres du Sister Camelot Canvass Union ont célébré le troisième anniversaire de leur Syndicat. La lutte menée par le SCCU ne représente pas seulement la première grève organisée par la branche de Minneapolis, elle est aussi, sans aucun doute, la plus longue que le Syndicat ait connue depuis son renouveau au début des années 2000, et a permis la création de la North Country Food Alliance, une coopérative de travail gérée démocratiquement par une douzaine de wobblies qui redistribue de la nourriture organique. (Industrial Workers Hiver 2016)
542813_139142969589110_749943001_n

, , , , ,

Pensez-y (Dernière partie)

Voici finalement la troisième et dernière partie de Pensez-y, Thin it Over, un pamphlet d’introduction écrit par un camarade travailleur membre de la section IWW de Portland, Oregon, Tim Acott. Text in English here.

Première Partie

Deuxième Partie

Le Droit du travail en un mot
Le Droit du travail est un sujet d’étude que l’on enseigne à l’université jusqu’au doctorat, et qui peut procurer une carrière très rentable. Vous pourriez acheter une voiture par an, vivre dans une grande et belle maison dans les bons quartiers, subvenir aux besoins d’une épouse ou d’un époux qui n’a jamais à quitter la maison pour se faire de l’argent, être membre d’un club de haute société, porter de magnifiques vêtements, et envoyer vos enfants dans les plus prestigieuses universités. Vous auriez tout. Bien sûr, vous n’auriez pas grand chose en commun avec les gens que vous passez vos journées à défendre. C’est le commun des avocat-e-s – d’une profession spécialisée et bien rémunérée. Comprenez-moi bien. Nous apprécions nos avocat-e-s, surtout quand la justice frappe à nos portes. Nous voulons qu’ils et elles soient vifs et vives, et qu’ils et elles comprennent intimement la complexité du Droit du travail. Mais ni vous ni moi n’avons le temps et l’argent pour étudier le Droit du travail dans une université prestigieuse. Cependant, nous devons comprendre les principes de base du Droit du travail et comment celui-ci touche notre vie quotidienne au travail.

Eh bien, le voici en un mot. Le Droit du travail est mis en place par les patrons et leur système de gouvernements et de tribunaux pour nous empêcher, travailleurs et travailleuses moyen-ne-s, de nous réunir et nous battre pour notre juste part, de peur que nous voudrions, et qu’un jour nous aurions, tout. C’est l’information essentielle. L’idée fondamentale, derrière les grandes lois régissant la syndicalisation, est qu’il est possible d’avoir un syndicat si vous le voulez vraiment, mais il ne peut que se battre pour certaines causes. Il ne peut que régler certains problèmes. Il doit être suffisamment alourdi et faible, et suivre un ensemble de règles sophistiqué qui ne s’applique pas, du moins en pratique, à votre patron et ses amis au club de golf. Vous êtes obligé-e-s d’attendre tandis que ces derniers obtiennent un service rapide devant les tribunaux. Vous devez limiter vos activités à certaines formes légales, mais ces gens peuvent faire quasiment ce que bon leur semble. Leurs avocat-e-s sont plus reconnu-e-s que les nôtres, car ils et elles coûtent plus cher. Vous devriez voir ne serait-ce que leurs voitures !

Cela vous surprend dans ce pays ? J’espère sincèrement que non. Voyez-vous, ce n’est pas vraiment une démocratie, les décisions économiques ne sont pas prises démocratiquement, et pourtant elles sous-tendent toutes les autres décisions qui y sont prises. La circulation de l’argent, la marchandise, les biens et services, la nourriture et le logement, la santé et les vacances, tout cela tombe sous cet autre système de prise de décisions. Vous pouvez le nommer capitalisme, règne corporatif, les affaires, ou ce que vous voulez, mais vous ne pouvez pas le nommer démocratie. Tout le monde en rira. La loi n’est pas celle du peuple, par le peuple, pour le peuple, peu importe ce que vos enseignants vous ont appris. Désolé, mais ça ne marche pas ainsi.

Le Droit du travail résulte de l’influence des intérêts corporatifs sur le gouvernement et la  magistrature, et implique que vous devez protéger votre tête et votre cul, et de bien faire attention à ce que vous dites et faites. Si vous voulez jouer leur jeu, suivez simplement le système en place : signez vos cartes, appelez à une élection d’accréditation, et patientez. Il est possible que par moment ce soit la bonne démarche à adopter. Mais ne laissez jamais le patron définir le champ de jeu et décider de tout.

C’est un combat de rue, une agression, un assaut froidement calculé, et vous devez vous défendre autant que faire se peut. Protégez votre tête et votre cul, utilisez votre créativité et surtout l’aide de vos camarades travailleurs et travailleuses, ainsi que chaque tactique, stratégie, et idée intéressante que vous trouvez. Si vous les laissez définir le terrain de jeu et façonner les règles, vous n’avez pas une seule chance de gagner. C’est aussi simple que ça le Droit du travail.

cardMais rappelez-vous que leur jeu n’est pas le seul qui existe. Ce n’est pas la seule manière de faire, la seule solution à nos problèmes com
muns. Prenez pour exemple le SITT-IWW. Pensez-y – rejoignez le syndicat de votre classe et luttez pour le plein-produit de votre travail, à la façon des Wobblies. Ne les laissez pas décider à votre place. C’est notre jeu : nous faisons le travail, nous fabriquons et trans
portons tout. Au final, nous contrôlons l’économie. Si nous nous organisons démocratiquement pour faire avancer nos propres intérêts, nous pouvons partager la richesse que nous produisons déjà et nous en aurions assez pour tous et toutes ceux et celles qui accomplissons le travail.

Aidez à avancer le travail
William D. Haywood, alias Big Bill, avait l’habitude de signer ses lettres et correspondances « Aidez à avancer le travail, William D. Haywood. » C’était un organisateur fondateur et un Trésorier-secrétaire général du SITT-IWW pendant de nombreuses années dans nos moments les plus turbulents, et ce fut une grande figure du syndicat. Cette formule de clôture vous en dira beaucoup sur ses méthodes de leadership et le syndicat à ce moment.

Aidez à avancer le travail. Nous nous sommes rejoints, aujourd’hui comme dans le passé, pour faire un travail, pour accomplir une tâche, pour nous-mêmes et les un-e-s pour les autres, pour notre classe et pour les générations à venir. Cette tâche, affirmée clairement dans le préambule, est l’abolition du salariat. Bâtir une société nouvelle à l’intérieur même de l’ancienne. En finissant, une fois pour toute, avec la tyrannie de l’argent, celle des patrons sur les travailleurs et travailleuses.

C’est un gros boulot. Bien trop gros pour s’accomplir par un-e seul-e personne ou une bande de formidables gens, peu importe combien puissant-e-s. Aidez à avancer le travail. C’est un gros travail qui prend autant de temps qu’il le faut, peu importe combien de batailles et combien d’heures de travail bénévole et de pensée nous devons y mettre. Peu importe le nombre de tâches, petites ou grandes, sont accomplies ; combien d’heures de route ; combien d’éditions de journaux ; combien de réunions, de discussions, de bulletins de votes envoyés et décomptés, de timbres vendus, léchés, et apposés dans combien de petits carnets rouges, et de combien d’argent compté et vérifié.

C’est un travail peu glorieux dans son ensemble. C’est du sérieux, et c’est souvent laborieux. Un boulot dur allégé par beaucoup de bras, et avançant à petits pas. Des fois c’est juste tenir la ligne contre des reculs. Des fois, c’est même pas ça. Et encore des fois, c’est de vastes bonds en avant.

« Chaque membre est organisateur/organisatrice, » « Nous sommes toutes et tous des chefs, » « Si chaque wobbly inscrit un-e nouveau ou nouvelle wobbly chaque semaine, on syndique le monde en quelques années. » Aidez à avancer le travail.

Le travail : Éduquer, Organiser, Émanciper. Ce sont les noms des trois étoiles sur l’emblème du SITT-IWW, inscrit dans chaque carte et macaron. L’éducation de soi et des camarades. L’organisation de soi et des camarades. L’émancipation d’une classe dans la lutte, la guerre, et de la Terre qui nous nourrit et nous berce toutes et tous.

Alors allez-vous nous rejoindre ? Allez-vous aider à avancer le travail ? Que nous reste-t-il d’autre à faire ?

IWW-SITT

Traduction et adaptation vers le français par
Comité Communication-Traduction, SITT-IWW Montréal
2015