Secrets of a Successful Organizer, le parfait guide de l’organisateur et de l’organisatrice syndicale!

Impossible de parler de Secret of a Succesful Organizer sans d’abord mentionner Labor Notes, l’organisation qui l’a publié. Labor Notes est un mouvement qui, depuis 1979, rassemble des militant.e.s syndicaux, dans le but de remettre le « mouvement » dans « mouvement ouvrier ». Publiant des manuels divers et organisant des conférences et des formations visant à renouveler le syndicalisme par une pratique axée sur le « rank and file ». On retrouve d’ailleurs tous leurs livres dans la section sur les origines du syndicalisme de solidarité sur le site de l’IWW

Secret of a Succesfull Organizer est d’ailleurs le petit dernier de Labor Notes. Il vise à créer une synthèse des livres et manuels précédents. Bien que faisant 265 pages, une importante proportion de l’espace est consacré à des images ou laissé « vide » entre deux leçons pour bien séparer les idées et ainsi en simplifier la lecture.

Il se compose de 47 « secrets » répartis en 8 grandes « leçons». La formule est claire : le « secret » d’une page à une page et demi, puis un exemple tiré d’une lutte pendant une ou deux page et finalement un exercice. L’exercice peut inclure des pense-bêtes, des questions ou une activité, comme un questionnaire ou un document nous aidant à faire une cartographie sociale ou physique de notre lieu de travail par exemple.

Lance-vous dans ce passage du Secret #21 en Cliquant ici!  Puis pourquoi ne pas continuez en faisant votre cartographie physique et sociale?

Même si le livre peut être lu rapidement, ce n’est pas la meilleure façon de l’aborder : l’action collective ne s’étudie pas seul.e. S’en procurer deux exemplaires afin de le lire avec un.e collègue est, des aveux du collectif d’auteur.e.s, la meilleure façon d’en tirer quelque chose : lire une leçon, et la pratiquer avec des jeux de rôles ou des exercices, poser des questions et les appliquer à la situation reste la meilleure approche. On nous donne concepts et conseils, mais leur application et leur pratique restent les grands défis. S’organiser prend du temps et de nombreux essaies et il n’y a pas de raccourcis : « It’s often tempting to seize onsomething that promises quick results […] Shortcuts usually ends in detours, which lead to dead ends. ».


Pour les membres de l’IWW au Canada, vous y retrouverez les principaux points de l’OT-101 (AEIOU,
mapping, suivits, etc), ce qui peut faire de ce livre un bon aide-mémoire et même un guide pour suivre étape par étape la progression de votre campagne. 5 pages portent sur le droit américain et s’appliquent donc mal, mais c’est bien peu de perdu. Finalement, ses principaux obstacles constituent la difficulté à s’en procurer une copie physique. N’étant pas disponible au Québec, la livraison et les frais de douanes peuvent le porter à un prix élevé pour un individu voulant s’en procurer un seul, mais des rabais , allant jusqu’à 40%, pour les commandes en gros  rendent la commande de groupe, voir de branche très intéressante. Il y a aussi sobook thumbnail-P675n caractère bilingue anglophone et bientôt hispanophone, la traduction en français et sa reproduction au Québec pourrait être fait sans obstacle, si ce n’est celui du travail important que la chose constitue.   

Il n’en reste pas moins que ce petit ouvrage constitue un excellent compagnon pour tout organisateurs ou organisatrices
, qui sera trimbalé, annoté et usé abondamment, que ce soit par un.e apprenti.e de l’organisation ou un.e vétéran, ce livre est un excellent outil même si au final c’est la pratique et non l’étude assidue qui sera déterminante.

 

Si ce livre vous intéresse, les premières leçons sont disponibles sous forme de « cours » en ligne sur le site de labor notes : http://www.labornotes.org/beatingapathy.

Pression émotionnelle et organisation

Par Nate. H

Ce texte est une traduction d’une publication de Nate. H paru dans d’abord le journal l’Industrial Worker, puis dans le pamphlet Weakening the Dam, intituée « Emotionnal pressure and Organization Building », bien célèbre dans sa version originale. Bien qu’il fut à l’origine écrit pour être un outil d’organisation destiné principalement aux organisateurs et organisatrices de l’IWW, nous considérons qu’il peut être utile à n’importe quelle personne ou n’importe quel groupe de personnes se retrouvant confronté à des enjeux problématiques sur son lieu de travail — soit, à tout le monde. L’équipe du Combat Syndical espère qu’il vous sera utile!

Nous désirons simultanément accomplir deux choses au travail:

Organiser nos milieux.

Améliorer nos conditions.

Nous pourrions les faire séparément, par exemple, en s’organisant sans plans visant à améliorer nos conditions, comme des soirées de poker ou des cercles de tricotage. Nous pourrions aussi faire l’inverse, soit tenter d’améliorer nos conditions sans organiser notre classe, en donnant par exemple individuellement des pots-de-vin à nos supérieurs ou en les couvrant de louanges. Aucune de ces deux choses n’a quoi que ce soit à voir avec le syndicalisme. Être un syndicat signifie améliorer nos conditions en s’organisant ou  s’organiser en améliorant nos conditions.

Pour bâtir une bonne solidarité et améliorer nos conditions, nous devons faire des actions au travail. Les actions sont l’oxygène d’un syndicat ; elles débutent en prenant la solidarité informelle qui existe entre les employé-e-s – les relations actuelles et le climat d’agitation à l’intérieur du milieu de travail – et en les dirigeant contre nos patrons sous forme d’actions.

Lorsque vous planifiez une action, prenez un problème qui dérange beaucoup et auquel les gens accordent beaucoup d’attention et d’importance, et demandez vous
« avons-nous le pouvoir de faire changer cette chose ? ». Par exemple, le superviseur du quart de nuit du département de réception/expédition d’une usine n’a probablement pas de contrôle sur le plan d’assurance dentaire de l’entreprise, ni celui d’en instaurer un. Par contre, il possède celui d’être plus ou moins respectueux envers les employé-e-s et d’être plus ou moins strict sur, par exemple, les allées et venues aux toilettes.

Faites donc tout d’abord la liste des points que les employé-e-s désirent améliorer et déterminez qui est (sont) la (les) personne(s) à cibler par vos actions car elles ont le contrôle sur ces points. Faites ensuite la liste des superviseur-e-s ou patrons les plus bas dans la hiérarchie ayant un certain pou
voir décisionnel sur ces problèmes. Généralement, plus basses seront ces personnes dans la hiérarchie, plus il sera facile d’en obtenir ce que vous voulez. Ce point sera très important au départ, au moment ou, par exemple, cinq employé-e-s d’un département auront très peu de chance d’obtenir des gains dont bénéficieront les cent employé-e-s d’un milieu de travail. Cependant, s’ils ou elles obtiennent des gains dans leur département, il sera plus facile de recruter d’autres département qui pourront ensuite s’attaquer à de plus grands enjeux. C’est
de cette manière que se bâtit l’organisation en milieu de travail.

Très tôt dans une campagne, il est important de se concentrer sur ce qui pourrait être appelé les «actions émotionnelles» ou la «pression émotionnelle». Je m’explique : Le travail est un souci de tous les instants pour nous, et à un degré différent, l’est aussi pour les patrons. Pour eux, il l’est généralement de plus en plus à chaque fois que leur degré descend dans la hiérarchie et vice-versa. Les actions émotionnelles sont celles où nous demandons à notre supérieur de faire un choix entre celui de faire de notre travail un moins grand problème ou celui que nous fassions du sien un plus grand. Plus ce ou cette supérieur-e sera près de nous dans la hiérarchie, plus ce type d’action sera facile à gagner. Particulièrement si ce ou cette superviseur-e est près de nous et que nous le ou la voyons à tous les jours, il ou elle se souciera beaucoup plus de notre opinion et de la manière dont nous le ou la traitons.

Lorsque nous confrontons collectivement un supérieur pour lui faire comprendre à quel point nos conditions de travail rendent nos vies déplaisantes, nous donnons aussi à ce ou cette supérieur-e une expérience très déplaisante. Nous pourrions voir cela comme le fait de partager une part de la misère que notre travail nous inflige avec lui ou elle. En donnant à ces supérieur-e-s une dose de leur propre médecine, rendant ainsi leur expérience au travail aussi misérable que la nôtre, nous pouvons les forcer à faire de petites améliorations à nos conditions de travail. En retour, cela nous permet de faire comprendre à nos collègues qu’il est possible de s’unir afin d’améliorer nos conditions et que plus nous serons nombreux et nombreuses à nous unir et serons solidaires, plus le rapport de force sera en notre faveur, et plus nous pourrons obtenir de grandes victoires.

Nate H.

La Coupe est pleine! Colère, bouffe et manifestation : appel aux groupes pour le 1er mai 2017!

Le Syndicat Industriel des Travailleurs et Travailleuses (SITT-IWW) vous propose un 1er mai sous un thème rassembleur qui aborde différents problèmes interreliés : « La coupe est pleine! »

Le coût de la vie augmente sans arrêt. Les services publics se font tronçonner. Les personnes assistées sociales subissent des attaques sauvages. Il y a la menace dune réforme des Normes du travail à la sauce patronale qui nous guette. Et pour ajouter linsulte à linjure, tandis que syndicats et groupes communautaires réclament un salaire minimum à 15$ de lheure, les boss et l’État répondent : vous ne valez guère plus de 11,25$.

Comme si ce n’était pas suffisant, le climat social se dégrade. Les discours racistes ont de vastes tribunes. On maltraite la différence. Les crimes haineux visant les femmes, les musulman.es et la communauté LGBTQIA* se multiplient. Nous ne tolérons pas ces discours de haine qui se propagent autant dans les médias, les milieux de travail et nos communautés.

Nous appelons donc les travailleurs et les travailleuses ainsi que nos groupes alliés à participer à notre ras-le-bol. Et cest dans cette optique que nous vous invitons officiellement à vous joindre à nous.

Le lundi 1er mai, de 14h30 à 16h30, nous offrirons une bouffe communautaire avec musique et prises de parole dans le quartier Centre-Sud au parc Médéric-Martin, puis nous nous rassemblerons au métro Frontenac à 17h00 pour manifester vers le centre-ville!

 

 

Nous invitons donc les groupes, syndicats et associations à endosser notre appel età confirmer leur présence via l’adresse courriel du SITT : [email protected]riseup.net

Vie de Wobblies: Ma vision du Syndicat

Présentation

Avant de débuter, veuillez comprendre que mon nom et mon milieu de travail ne seront pas diffusés, et ceci, à ma demande et à des fins de sécurité d’emploi. Je me décrirai donc seulement en disant que je suis un homme dans la fin vingtaine qui travaille, sans être aux études, depuis une dizaine d’années et qui milite auprès de différentes associations de gauche depuis 2014.

Mon aventure auprès des IWW a commencé en juin dernier à la suite de nombreux échecs de ma part et des groupes auprès desquels je militais à créer un mouvement de la gauche radicale solide, uni, durable et en perpétuelle croissance au Québec. Interpellé par l’idée d’arriver àrejoindre les gens directement sur leurs milieux de travail et d’enfin sortir de la gauche des CÉGEPS, du «‘shlag»et des Universités où elle était par la force des choses vouée à toujours demeurer marginale et insuffisante pour ne serait-ce que conserver nos acquis (et donc, loin de nous mener vers la révolution ou de bloquer la montée actuelle de l’extrême droite !), j’ai pris la décision de contacter un délégué et de signer ma carte, sachant que je n’avais rien à y perdre. Je n’avais à ce moment-là aucune idée de la grande aventure dans laquelle je m’apprêtais à m’engager ni de ce qu’était VRAIMENT le syndicalisme  révolutionnaire des IWW. À peine neuf mois plus tard, je l’ai cependant tatoué sur le cœur !

Mon arrivée

Ma première mission, que je me suis confié à moi-même, fut d’explorer la «faune» qui constituait cette organisation somme toute assez grande et complexe et d’en comprendre le fonctionnement qui différait beaucoup de celles, plus petites, auxquelles j’étais habitué. J’ai alors pris la décision de participer à au moins une rencontre de chaque comité (excepté le comité femme non-mixte auquel je ne pouvais participer, bien entendu) et au plus d’activités possible en un cours laps de temps afin de me familiariser avec l’organisation et les personnes qui en faisaient partie. Le SITT-IWW m’apparût très rapidement différent de tout ce que j’avais vu jusqu’à maintenant !

Tout d’abord, sa constitution, ses règlements et sa structure, forgé-e- s après plus de cents années d’existence par la pratique, rendaient cette organisation syndicale particulièrement à l’épreuve de la récupération bourgeoise ou étatique qui avait domestiquée tous les autre syndicats dont je connaissais l’existence à part la CNT. Ensuite, sa culture riche en expérience et sa littérature orientée vers la pratique fourmillaient d’archives historiques, d’études de cas, d’outils d’organisation, de méthodes, de formations (théoriques et pratiques) et d’habitudes de vie à adopter plus éducatives et transformatrices les unes que les autres. De plus, sa vision de la lutte permettait à la fois d’arriver à faire des gains au quotidien, mais aussi de bâtir un mouvement ouvrier inclusif et intersectionnel qui transformait réellement les gens à travers la lutte de solidarité et les campagnes d’organisation plutôt que de croire qu’ils et elles étaient transformé-e- s après avoir lu de grandes idées théoriques et être d’accord avec elles, mais sans arriver à avoir le bon état d’esprit (et tout se passe ici, croyez-moi !) pour les mettre en application. Je n’y voyais donc que du bon.

Je me suis alors décidé à m’impliquer plus sérieusement dans deux comités, soit celui d’organisation et celui de communication/traduction, puis de prendre en charge la tâche de monter notre journal (Combat Syndical) lorsque le camarade qui s’en occupait est rentré en France. J’ai aussi suivi la formation d’organisateur et d’organisatrice 101, puis ai commencé progressivement à organiser mes collègues, ami-e- s et (disons-le) camarades désorganisé-e- s qui étaient et sont encore bien trop nombreux et nombreuses. Militer auprès des IWW est devenu une vraie drogue, un mode de vie, une raison de me lever à chaque jour, mais aussi d’aller au lit sagement chaque soir (ok… j’ai peut-être encore un peu de difficulté avec ça hahaha) pour être au top le lendemain et organiser cette foutue révolution qui ne cesse de ne pas arriver ! J’adore savoir que je contribue à faire une différence dans le monde et de la voir en branle sur le terrain, auprès de moi-même et auprès de l’organisation.

Militer dans le SITT-IWW

Militer auprès du SITT-IWW, par rapport au reste du milieu de la gauche radicale québécoise, est assez unique en soit. Il s’agit, par mon expérience personnelle, d’une conception totalement différente du militantisme que j’avais jusqu’alors pratiqué et qui surmonte de nombreuses failles, frustrations et limites de celui-ci (bien qu’elle comporte elle-aussi ses limites, d’où l’importance toujours aussi grande d’une diversité des tactiques). Je crois aussi qu’il est impossible de bien comprendre ce qu’est l’essence du syndicalisme révolutionnaire tant et aussi longtemps qu’on ne devient pas organisateur ou organisatrice et que nous ne sommes pas confronté-e- s aux changements à l’intérieur, de notre propre caractère et personnalité, que cela implique ; tou-te- s les autres organisateurs et organisatrices avec qui j’en ai discuté semblent totalement d’accord avec moi à ce sujet. J’eus en effet au cours des neuf derniers mois de nombreuses prises de conscience majeures qu’il m’apparaît maintenant primordial de partager avec le plus de militant-e- s possible car elles seront garantes de notre succès ou non :

L’une des principales choses que j’ai constaté est que l’état d’esprit que demande et génère une personne qui tente d’organiser son milieu (et pas seulement de travail, mais sa communauté, son cercle social, tout quoi !) comme un-e wobblie créera inévitablement en elle et chez les autres des changements radicaux qui lui seront bénéfiques, à commencer par le fait d’être à l’écoute et empathique plutôt que de parler et de juger (ce seul point aurait peut-être pu permettre aux États-Unis d’éviter l’élection de Donald Trump !), puis celui de surmonter sa gêne et ses peurs, ou celui d’apprendre à «empowerer» (ou empuissancer) les autres en leur confiant des tâches et des responsabilités (et en les accompagnant à travers celles-ci jusqu’à ce qu’ils et elles deviennent autonomes) qui les amèneront à devenir plus polyvalent-e- s plutôt qu’à vouloir tout faire par soi-même et de n’arriver à rien ou à, pire encore, recréer de façon informelle les structures de hiérarchie et de dépendance que nous nous échinons à éliminer.

Cette façon de faire, lorsqu’appliquée, ne peut faire autrement que de créer une intersectionnalité réelle plutôt que théorique et nous éloigner de ce que nous appelons le «manarchisme», le «brocialisme», le «féminisme blanc», etc. ; pour ne prendre que mon exemple personnel, la première personne avec que j’ai «organisé» sur mon lieu de travail le fut autour du sexisme des autres employé-e- s, et simplement parce qu’ELLE me l’a adressé ainsi. Je l’ai écoutée, tout simplement ! Il ne suffit que de laisser les gens parler pour qu’ils ou elles nous disent par eux et elles-mêmes quels sont leurs problèmes au travail, ou à la maison, ou dans leur quartier ou leur ville. Inutile de se lancer dans de grands discours intellectuels de lutte des classes, citant au passage des vieux barbus du 19 e siècle, pour convaincre quelqu’un que sa job et le système, c’est de la merde ! Mais revenons au sujet principal : il m’apparaît depuis impossible d’avancer sans lutter contre ce sexisme, qu’il vienne des patrons ou de l’intérieur même de notre – éventuel, pour l’instant – comité d’organisation, branche du syndicat, ou de moi-même, et il en est de même pour toutes les autres causes, et dans toutes les autres sphères de ma vie.

La seconde chose que je constate est que la démocratie industrielle, ou le socialisme-libertaire, si vous voulez l’appeler ainsi, est bien plus que la révolution d’un système politico-économique, mais est aussi une révolution culturelle – et intrinsèque, pas seulement une minable police du «politicly correct», mais un changement RÉEL de mentalité – qui doit commencer dès maintenant et qui sera à la fois le ciment, le nerf de la guerre et le chien de garde des mouvements révolutionnaires à venir en Amérique du Nord. C’est ce que la culture des wobblies me permet de répandre partout autour de moi, que je milite ou non, et autour de mes camarades de lutte ou non – c’est-à- dire aussi bien auprès des personnes qui ne font qu’hocher de la tête et être d’accord avec moi sans s’impliquer qu’auprès des personnes qui se joignent directement à la lutte et foncent tête baissée au sens réel du terme.

Mon troisième constat est qu’il m’est maintenant possible de militer et d’être PAYÉ pour le faire 40 heures par semaine car je le fais sur mon/mes lieu(x) de travail. Il me permet entre autre de surmonter le faux dilemme courant chez les militant-e- s très dévoué-e- s entre travailler moins pour pouvoir militer davantage ou travailler plus pour pouvoir consommer «plus éthiquement» (et… disons-le, ne pas vivre dans un taudis minable à manger des dumpsters !), mais en ayant moins de temps pour militer. Il me permet aussi d’AMENER la lutte des classes à mes collègues ou ami-e- s peu engagé-e- s politiquement plutôt que d’essayer de les FAIRE VENIR vers la lutte des classes dans leurs temps libres, ce qu’ils et elles n’ont évidemment jamais fait-e-s lorsque j’utilisais simplement la rhétorique marxiste habituelle – particulièrement ce bon vieux fétichisme de la manifestation qui est une bonne tactique, mais qui n’attire qu’un nombre très restreint de personnes.

Mon quatrième et dernier constat est que, bien que je n’enlève rien au militantisme étudiant ou de cultures très marginales (punk, par exemple) duquel je proviens, le vrai pouvoir est entre les mains des travailleurs et des travailleuses, car ce sont principalement elles et eux qui peuvent réellement bloquer l’économie (par leur accès direct aux moyens de productions) et faire céder l’État, mais surtout, car ce sont elles et eux qui peuvent s’approprier les moyens de production en vue de les autogérer selon leurs connaissances et leur expérience de ceux-ci, et personne d’autre ! Ce détail est on ne peu plus important : tout-e révolutionnaire sait bien qu’on ne libère pas quelqu’un-e, mais qu’il ou elle se libère. Il est donc crucial d’organiser ces personnes plus que quiconque, parce qu’elles seront nos meilleur-e- s allié-e- s ou nos pires ennemi-e- s lorsque nous devrons nous émanciper des griffes de l’État et des capitalistes ou nous défendre contre les réactionnaires (qui seront grossièrement ces personnes que nous avons négligées d’organiser au préalable). Si nous n’arrivons pas à retirer aux capitalistes le contrôle sur les secteurs clés de l’économie tels que celui de l’alimentation et à ce qu’ils fonctionnent par eux-mêmes en autogestion lorsque nous voudrons nous libérer, nous n’iront nulle part ! Allons donc travailler et organiser la société !

Dans l’ensemble, donc ?

Adhérer au SITT-IWW est probablement la meilleure décision que j’ai prise dans ma vie de militant. Par contre, comme on le répète souvent : « Adhérer à un Syndicat, c’est comme s’inscrire à un gym, il faut y travailler pour qu’il se passe quelque chose ! »

C’est là toute l’essence du syndicalisme de solidarité : des travailleurs et des travailleuses (employé-e- s et employables ou non) qui luttent eux-mêmes et elles-mêmes en «s’empowerant» les un-e- s les autres et en s’entraidant d’un milieu de travail à l’autre, même entre syndiqué-e- s et non-syndiqué- e-s IWW, et en ne nuisant qu’aux patrons et pas aux autres travailleurs et travailleuses ni à la qualité des services offerts à la population. Nous sommes une grande famille inclusive, qui grandit, qui prend de la maturité, et qui fait des petits. On va l’avoir, notre révolution (ou sinon, on mordra assez fort pour repartir au moins avec un morceau de= jambe) !

X377131

Vie de Wobblies: Comment je suis devenue membre des IWW.

Quand on m’a demandé si je pouvais écrire un témoignage pour raconter mon parcours avec l’IWW, ma première réponse a été « Haha, j’ai rencontré un gars sur Tinder pis c’est comme ça que j’ai découvert l’IWW ». C’est ridicule parce que c’est vrai, mais c’est quand même une plus longue histoire que ça.

Il y a 2 ans, je m’impliquais avec mon asso étudiante et je m’embarquais dans un recours collectif contre la police de Québec. Il y a 2 ans aussi, je traînais sans espoir sur Tinder quand j’ai rencontré quelqu’un de bien. Et il se trouve que ce quelqu’un est membre de l’IWW… Eh oui, c’est comme ça que j’ai découvert le syndicat. Même pas dans des manifs, même pas par les actions, même pas par son organisation syndicale, juste par un drôle de hasard.

On s’entend qu’à ce moment-là, j’avais pas beaucoup d’expérience au niveau du militantisme. Quelques manifs, une souricière brutale, 2 semaines de grève, présence sur l’exécutif de mon asso… Ça se résume à ça, je crois. Mais j’étais déjà tannée du militantisme étudiant, de ses contraintes et surtout, de l’impossibilité d’établir des vrais projets à long terme : les gens viennent faire leur bacc puis disparaissent, alors on doit tisser des liens rapidement, travailler au jour le jour. Ça a ses avantages, mais pour une personne introvertie comme moi, qui a besoin de prendre son temps avec les nouvelles personnes, c’est des contraintes difficiles à surmonter. J’étais rendue à un moment dans ma vie où j’avais envie de m’impliquer de façon plus durable, mais je voyais pas beaucoup d’options ; c’est précisément à ce moment -jolie coïncidence- que j’ai découvert l’IWW.

On pourrait maintenant croire qu’après avoir découvert le syndicat, j’aurais pris ma carte tout de suite. De ce que j’avais pu voir en manif, et de ce que j’en avais entendu, ça avait l’air d’une grande famille de gens qui se tiennent les coudes serrés ; ça donne envie de les rejoindre, non? Oui, mais en même temps, c’est justement ce qui fait que ça m’a pris autant de temps avant de prendre ma décision. Comment moi, qui ne connaissais pratiquement personne du groupe, qui n’avais presque jamais participé à des actions directes, qui ne se croyait pas à la hauteur, j’allais réussir à faire ma place là-dedans? Eh bien, ça l’air que j’y suis arrivée. J’ai pris ma carte et me voilà, un an plus tard, à être impliquée dans 3 comités et secrétaire d’un d’entre eux, à être déléguée, à avoir donné 2 formations d’introduction à l’IWW et à écrire un article pour notre blog. À toutes les personnes trop timides pour faire le premier pas : vous ne perdez rien à essayer, y’a personne qui va vous manger.

Et puis la grande question : pourquoi j’ai fini par autant accrocher à ce groupe-là? Il y a mille réponses à ça, mais je trouve que le syndicat incarne des valeurs que je partage et que j’ai jamais vraiment eu l’occasion d’exprimer. J’ai une formation en travail social et ça fait des années que j’occupe des jobs dans le service à la clientèle ; après un moment, j’ai fini par réaliser que la précarité et la souffrance que vivent les gens qui travaillent en relation d’aide, que la pauvreté dans laquelle se démène la majorité des personnes autour de moi… ça ne peut pas durer. C’est pas normal qu’on doive vivre comme ça, je peux pas croire qu’il existe aucun moyen de s’en sortir. On en parle entre collègues, oui, on s’en plaint, mais pour plusieurs raisons on ne trouve jamais les moyens de s’attaquer au problème. Ce que je crois avoir trouvé avec l’IWW, c’est un bon point de départ pour faire ça.

Déjà, d’avoir un espace pour parler de ces problèmes-là et mettre en commun nos expériences, au lieu de nous dire qu’il y a pire et qu’on devrait se la fermer. Puis découvrir ce qui s’est fait ailleurs, ce qui motive les autres personnes, ce qu’on pourrait faire ; il y a une foule d’actions possibles pour parvenir à nos fins, des appels téléphoniques aux occupations, en passant par les manifs et les ateliers de discussion. Il n’y a pas que la grève pour venir à bout d’un conflit de travail : la créativité et la solidarité peuvent -et vont- nous mener loin.

Et pour finir sur une note cute, c’est toute cette implication qui m’a fait découvrir un monde de possibilités et de personnes extraordinaires, en plus de m’avoir donné un solide boost de confiance en moi. Oui, parce que j’assume des responsabilités et que les gens me font confiance, mais aussi parce que je me rends compte aujourd’hui que j’ai réussi à me créer un réseau dans une nouvelle ville, dans un groupe que j’ai choisi et qui représente mes idées. J’ai aussi appris ce que c’était, la solidarité. J’ai trouvé l’engagement militant qui me convient ; un engagement actif, continuel, plus centré sur l’action dans le présent que sur le respect à tout prix d’une idéologie. On fait quelque chose ensemble, et ça, ça n’a pas de prix. Il s’agit de cesser d’être passifs face au monde et ensemble, de commencer à y prendre activement notre place.

X377108

Découvre comment bâtir ton Syndicat!

Formation d’organisation 101.

Donnée sur 2 jours et en français, la formation d’organisation 101 (OT-101) permet de connaître et pratiquer les bases de la pratique d’organisation syndicale. Celle-ci vise à donner les outils nécessaires aux organisateurs et organisatrices qui pourront les utiliser sur leur lieux de travail, afin de mener des luttes syndicales dans la tradition du syndicalisme de solidarité en s’appuyant sur l’action directe.

La formation se déroule sur 2 jours, de 9h à 17h, soit le samedi 4 mars et dimanche 5 mars. Déjeuner et dîner sont assurés durant la formation. Un « social » est organisé le samedi soir.

La formation est accessible à tout les travailleurs et travailleuses. Cependant, en cas de demandes trop importantes, les personnes membres seront priorisées. Une contribution volontaire d’environ 20$ est suggérée.

INSCRIPTION

L’inscription se fait via le formulaire suivant: https://docs.google.com/forms/d/1nK54FBqBQlf5uOYBc7bm-X3WspYiFaFCh3ojdLtGi90/viewform?edit_requested=true

 

Déclaration du SITT-IWW contre les mesures anti-musulman.es de Trump.

Déclaration du SITT-IWW contre l’interdiction de voyager pour les musulman.es, instaurée par Trump. Soumis le lundi 6 février 2017 à 18h51

Le SITT-IWW est un syndicat pour tous les travailleurs et toutes les travailleuses qui s’oppose à toutes les formes de discrimination. Ainsi, nous sommes absolument contre la récente interdiction de voyager instauré par Trump et qui vise les musulmans et musulmanes. Ce pas vers la discrimination officielle est une attaque contre nous tous et toutes. Le SITT-IWW a comme but d’organiser et de construire un réseau de force pour les travailleurs et les travailleuses les plus vulnérables, ce qui inclus les travailleurs et travailleuses à faible revenu et les immigrants et immigrantes. Nous sommes touchés par la résistance massive qui est née immédiatement après l’interdiction, comme, par exemple, de voir autant de personnes manifester leur mécontentement dans les aéroports à travers le pays. Nous sommes particulièrement fiers des travailleurs et travailleuses de la compagnie New York Taxis, qui ont interrompu les services à l’aéroport John F. Kennedy, mais aussi des employé.es des compagnies aériennes qui ont refusé de soutenir l’interdiction. Nous sentons que tous les gens sains d’esprit comprennent qu’il nous faut être solidaires jusqu’à ce que tous les non-résident.es aient le droit d’entrer au pays sans peur de représailles ou de persécutions. Cette solidarité entre prolétaires est notre meilleure arme pour repousser la vague de racisme – nous espérons que cette solidarité ne soit qu’un aperçu de ce dont nous sommes capables. Nous devons nous organiser pour réclamer la libération de tous les immigrant.es incarcéré.es et pour renverser l’interdiction de voyager. Notre pouvoir réside dans la solidarité. Une attaque contre l’un ou l’une d’entre nous est une attaque contre tous et toutes!

Maraudage dans le secteur de la santé ou la dérive d’un corporatisme toxique

C’est le 6 février 2015 qu’a été adoptée la Loi modifiant l’organisation et la gouvernance du réseau de la santé et des services sociaux notamment par l’abolition des agences régionales, aussi appelée la Loi 10, qui allait entraîner des changements majeurs dans la structure du secteur de la santé et des services sociaux québécois. À cette époque, une importante mobilisation, constituée d’organisations syndicales, citoyennes et même professionnelles, a contesté cette réforme drastique dont les répercussions impliquent un chamboulement important de la structure organisationnelle du secteur.

Cette loi, comme tant d’autres, fut évidemment adoptée sans aucune consultation préalable des acteurs concernés. Son principal effet consiste à abolir de nombreux paliers administratifs et à fusionner une quantité importante d’établissements jusqu’alors autonomes. Avant, dans le réseau de la santé, il existait 182 établissements. Avec la Loi 10, nous passons à seulement 34, soit les Centres intégrés en santé et en services sociaux et les Centres intégrés universitaires en santé et en services sociaux. Cette réorganisation est évidemment présentée par le Gouvernement du Québec comme une mesure « d’optimisation des ressources allouées au réseau de la santé » en abolissant les agences régionales de santé et de services sociaux. Dans les faits, on peut surtout y voir une autre manifestation de l’austérité budgétaire puisqu’elle aura servi de prétexte pour des coupures de plusieurs centaines de millions de dollars dans l’enveloppe budgétaire du Ministère de la Santé.


Mais un autre effet, plus obscur, de l’adoption de cette loi est le chambardement dans le découpage syndical du secteur. Selon la CSN, il s’agirait de « la plus importante période de vote d’allégeance syndicale en santé et en services sociaux jamais connue au Québec »1. Concrètement, il faut comprendre qu’avec le monopole de la représentation syndicale, l’ensemble du réseau de la santé et des services sociaux est décortiqué en diverses unités de négociation. Pour chacune de ces unités, une association syndicale (généralement affiliée à une centrale syndicale) a le droit exclusif de représenter l’ensemble des travailleurs et travailleuses qui la composent (l’accréditation syndicale). La réforme actuelle, en procédant à la fusion d’établissements, a pour effet de réduire de 800 à 100 les accréditations syndicales du secteur de la santé. Il va sans dire qu’il s’agit alors d’un moment névralgique pour les syndicats puisqu’il y aura une redéfinition des « parts de marché » à se diviser entre eux. Pour les établissements fusionnés dans lesquels se trouvaient des associations syndicales affiliées à plus d’une centrale syndicale (CSN, APTS, FIQ, CSQ, SCFP, FTQ et CSD), un vote, supervisé par le Tribunal administratif du travail, doit avoir lieu afin de déterminer l’affiliation de la nouvelle entité fusionnée.

Ce sont ces nombreux votes qui ont lieu du 30 janvier au 24 février 2017, aussi appelés le maraudage du secteur de la santé et des services sociaux.

1) Le maraudage : un complot de l’État et du patronat contre l’action syndicale?

Le maraudage, soit ces périodes durant lesquelles il est possible de changer d’accréditation syndicale, est un processus qui découle directement du modèle de rapports collectifs du travail imposé par l’État québécois (inspiré lui-même du Wagner act américain). En effet, à partir du moment où un syndicat a le monopole de la représentation de tous les travailleurs et toutes les travailleuses d’un milieu de travail donné, il est logique de prévoir certains mécanismes pour leur permettre de changer d’organisation selon leur volonté collective. Il peut s’agir d’un mal nécessaire, si on pense par exemple à certains syndicats contrôlés par les patrons de l’entreprise. Cependant, nous y voyons aussi des effets délétères.

C’est ainsi que le Code du travail prévoit certaines périodes précises durant lesquelles il est possible pour un syndicat rival de contester l’accréditation syndicale en obtenant une majorité de membres. La détermination des moments où ceci est permis est évidemment d’une grande complexité, laissant peu de place à l’initiative des travailleurs et travailleuses, généralement dépendants-es de l’expertise d’une centrale rivale, sans parler du nombre effroyable de règles qui régissent aussi le déroulement du maraudage. Comme c’est le cas dans tant d’autres volets du syndicalisme légaliste, on peut voir dans cette technicisation de l’action syndicale un phénomène des plus néfastes pour la démocratie interne, l’autonomie et la vitalité du syndicat local.

Dans le maraudage se trouve la manifestation d’une autre pratique désolante : la compétition intersyndicale. Dans ce contexte, nous assistons possiblement à l’expression la plus hideuse de la dérive corporatiste des centrales syndicales québécoises, ne serait-ce que parce qu’on peut facilement faire un parallèle avec le secteur privé où diverses entreprises compétitrices se disputent le même marché. Plutôt que de mettre énergie et ressources au service de la défense des intérêts des membres (et ultimement leur émancipation?), l’accent est mis sur la diffusion de campagnes de publicité, la tenue de kiosques dans les milieux de travail, la production de matériel de promotion, etc. Ces périodes sont ainsi excessivement contre-productives pour la lutte contre le patronat qui joue dans ces circonstances, un rôle de simple spectateur. Qui plus est, dans ce contexte toxique, il est assez fréquent qu’un syndicat poursuive dans les tribunaux ses concurrents. Encore une fois, nous sommes excessivement loin de la fonction légitime d’une telle organisation; c’est d’abord la solidarité entre salariés-es qui en prend tout un coup!

2) Critique de la situation actuelle : une marchandisation du service syndical?

Le maraudage du secteur de la santé est l’illustration parfaite de la nocivité d’un tel processus. Déjà, tel que mentionné, on peut présumer que les sommes d’argent investies sont l’accumulation de plusieurs millions de dollars. Cependant, au-delà de la simple préoccupation budgétaire, le discours et les arguments tenus par les centrales afin de convaincre les salariés-es de voter pour leur organisation sont des plus préoccupants.

Pour commencer, l’obsession quantitative et financière est tout à fait symptomatique de l’hégémonie de l’idéologie néolibérale qui a même réussi à contaminer les organisations syndicales. Pour la plupart des centrales, il semble que le meilleur argument pour « vendre » leur service se trouve dans la faiblesse du coût de la cotisation syndicale. Par exemple, la CSQ ne s’est pas gênée durant le temps des fêtes pour déclarer qu’un vote pour cette centrale « c’est plus d’argent pour Noël l’an prochain! » (sic). Du côté du SCFP, on met à la disposition des membres potentiels un calculateur virtuel permettant de déterminer, selon le poste, la catégorie et la région de résidence, avec quelle organisation il en aura le plus pour son argent. Évidemment, à la lumière des résultats, on constate que c’est plus souvent qu’autrement ce syndicat qui serait le plus avantageux. Bref, tout cela donne l’impression de vendeurs qui affirment avoir « le prix le plus bas en ville. »

Aussi, il est fort évocateur de prendre note de la prédominance du thème des assurances collectives dans les arguments de l’ensemble des organisations prétendantes. Chacune tente de faire la démonstration de la supériorité du produit qu’ils offrent en comparaison avec ses concurrentes. Des tableaux comparatifs sont ainsi diffusés afin de prouver que l’un est meilleur que l’autre. Bien sûr, ce ne sont pas les centrales elles-mêmes qui autogèrent ces régimes assurantiels; leur fonction se résume plutôt à être les courtiers de leurs membres afin de négocier avec les compagnies d’assurance (généralement privées).

Mention spéciale doit être faite à la CSN, qui semble beaucoup moins prompte que ses rivales à mettre l’accent sur les avantages pécuniers d’un vote favorable. Effectivement, son discours porte généralement plus sur sa capacité de mobilisation et d’action politique. Une fois que cela est dit, ça ne signifie pas que la Confédération soit moins obsédée par les nombres : il semble que ses spécialistes en communication aient décidé que la « force du nombre » devait être le principal argument en sa faveur, puisque la supériorité du syndicat découlerait de la prépondérance de membres en comparaison avec les rivaux.

Tous ces exemples permettent d’établir une constante : le syndicat n’est plus présenté comme une organisation par et pour les membres. Plutôt que d’y voir l’occasion de s’unir pour faire la force, on semble être dans un paradigme où le syndicat n’est qu’un vulgaire prestataire de services qui doit offrir le produit le moins cher et le plus avantageux sur le marché. Bref, on peut se questionner à savoir s’il ne s’agirait pas de la manifestation d’une marchandisation de l’action syndicale.

Cela est sans compter la dérive corporatiste qui est incluse dans le discours de nombres d’organisation. Ce chauvinisme institutionnel, en plus d’être fortement contre-productif si on garde en tête l’objectif ultime de la lutte contre le patronat, est d’autant plus nocif qu’il joue un rôle de démobilisation pitoyable pour l’ensemble du mouvement syndical. Ainsi, plusieurs centrales s’accusent les unes et les autres de mentir à la population ou de falsifier les statistiques afin de s’auto-promouvoir. Pensons seulement à la CSN qui a accusé la FIQ de « mener une campagne de désinformation » et d’avoir trahi ses membres lors de la dernière négociation.

Au niveau du corporatisme et de la désolidarisation, soulignons la campagne de la FIQ qui a atteint les bas-fonds du cynisme syndical. Sa campagne de publicité met d’abord l’accent sur l’uniformité de la composition du membership de l’organisation qui se veut une fédération interprofessionnelle. Ainsi, avec la FIQ, pas question de côtoyer des vulgaires préposés-es aux bénéficiaires, des travailleurs et travailleuses des cuisines, de l’entretien ménager, etc., car, « Contrairement aux autres syndicats, à la FIQ, nous sommes 100% professionnels en soins. » Ce discours est d’autant plus déplorable qu’il n’a pas seulement pour effet d’exacerber la compétition entre les organisations, mais de favoriser le mépris entre les salariés-es qui sont appelés-es à se désolidariser en fonction de leur profession, plutôt que de faire un front uni contre l’employeur.

3) Une autre vision du syndicalisme

Il existe certainement de nombreuses différences entre les diverses organisations syndicales présentement actives dans ce maraudage, notamment pour les questions liées à l’action politique, le positionnement dans les débats publics, le coût des prestations, etc. Cependant, il nous faut également reconnaître une homogénéité certaine quant aux moyens mis en œuvre pour jouer leur rôle de défense des travailleurs et travailleuses. Effectivement, toutes ces organisations effectuent au final la même tâche : soit de négocier « de bonne foi » des conventions collectives qu’ils co-administreront, avec le patronat, pour la période durant laquelle elles sont en vigueur. Elles amèneront en arbitrage les griefs de leurs membres, siègeront sur des comités de relations de travail ou de santé et sécurité au travail, tiendront des BBQ et, parfois, participeront à des manifestations.

Toutefois, il faut savoir qu’un autre syndicalisme est possible. On peut prôner une autre façon de faire par et pour les salariés-es. Plutôt que de voir le syndicat comme une entitée extérieur que nous ne contrôlons pas, il pourrait être une constellation de travailleurs et travailleuses qui s’unissent pour mener un combat collectif contre nos exploitants. Ainsi, toutes nos énergies seront concentrées sur la lutte contre le patronat, afin de nous émanciper pour de bon de l’exploitation salariale.

X374161

Les travailleurs et travailleuses des milieux associatifs en éducation se syndiquent avec les IWW

COMMUNIQUÉ DE PRESSE – Pour diffusion immédiate
– Montréal, 8 février 2017 – Les employé-e-s des milieux associatifs en éducation, provenant d’associations étudiantes, de cafés étudiants, de coopératives étudiantes et de syndicats d’enseignement, forment un nouveau regroupement syndical au sein du Syndicat industriel des travailleurs et travailleuses (SITT-IWW).

C’est dans l’objectif de contrer la précarisation croissante de leurs emplois et de leurs conditions de travail que ces travailleurs et travailleuses s’unissent sous la bannière des IWW. Bien que le mouvement étudiant soit souvent solidaire des revendications progressistes, ce n’est que très rarement qu’il s’est engagé concrètement dans les luttes pour l’amélioration des conditions des employé-e-s de leurs associations.

« Nos emplois sont à contrat déterminé, ils sont souvent à temps partiel et n’ont pas de garantie d’heures l’été. Parfois, nos emplois sont même considérés comme du bénévolat! Nous revendiquons une sécurité d’emploi et des conditions de travail décentes. » affirme la porte-parole du Syndicat des travailleurs et travailleuses des milieux associatifs en éducation, Jasmine Léger. « Nous croyons qu’un salaire minimum de 15$ de l’heure, 5 semaines de vacances payées par année et 7 jours de maladies payés dès l’embauche constitue le minimum auquel nous avons droit. » poursuit Mme Léger.

Cette nouvelle initiative syndicale fait suite aux gains obtenus par le Syndicat des travailleurs et travailleuses du Frite Alors. En effet, à l’instar de leurs camarades, le Syndicat des travailleurs et travailleuses des milieux associatifs en éducation est fondé sur le principe du syndicalisme de solidarité et de l’action directe, visant la construction d’un rapport de force durable en vue d’instaurer, puis rehausser, un plancher de conditions de travail pour nous attaquer à la précarité.

SOURCE: Syndicat industriel des travailleurs et travailleuses (SITT-IWW) de Montréal.

Renseignements: Ben Hunter, attaché de presse du STTMAE
Téléphone: 514-869-6130
Courriel: [email protected]

LIENS CONNEXES
http://www.facebook.com/sttmae

Le Syndicat des travailleurs et travailleuses des milieux associatifs en éducation (STTMAE) regroupe des employé-e-s de cinq milieux de travail, soit:
– l’Association générale étudiante du Cégep de Drummondville (AGECD)
– l’Association générale étudiante du Cégep de St-Jérôme (AGES),
– l’Association pour une solidarité syndicale étudiante (ASSÉ),
– l’Association générale des étudiants de Montmorency (AGEM)
– l’Association générale des étudiants et étudiantes du Collège Édouard-Montpetit (AGECEM).

Tanné-e-s d’être précaires

Les membres des différentes associations étudiantes, un peu partout à travers la province, sont relativement habitué-e-s de se faire rappeler qu’il faut constamment lutter pour améliorer leurs conditions de vie et d’étude. Par contre, le mouvement étudiant, bien que souvent solidaire avec ce genre de revendications, ne s’est que très peu souvent engagé concrètement dans les luttes pour l’amélioration des conditions de travail.

STTMAE 3.pngCette année, l’ASSÉ, avec sa campagne “Tanné-e-s d’être pauvres”, se lance à l’assaut de ce qui rend les étudiants et étudiantes précaires et prend notamment position pour un salaire minimum à 15$ de l’heure. Même si nous nous devons d’applaudir cette prise de position, il est important de souligner que cette revendication est loin d’être mise en application au sein même des associations étudiantes.

D’entrée de jeu, nous tenons à souligner que nous appuyons la campagne “15-5-7” de l’IWW Montréal pour attaquer la précarité au travail de front. 15$ de l’heure, pour être au niveau du seuil de pauvreté et non plus en dessous. 5 semaines de vacances payées par année dès l’embauche, pour retrouver un peu de temps à nous et diminuer globalement le temps passé à travailler. 7 jours de maladie payés par année, dès l’embauche, parce qu’être malade, ce n’est pas un choix. Ce n’est qu’un gros minimum dans la lutte pour enrayer la précarité au travail. Ce devrait aussi être le gros minimum à offrir lorsqu’on veut embaucher une personne.

De base, on peut soulever le fait que plusieurs employé-e-s de permanences d’association étudiante ou de syndicat de l’éducation ont souvent le 15$ de l’heure d’acquis, mais pas nécessairement le reste. Le tableau est vraiment moins beau si on regarde du côté des employé-e-s de café étudiants (souvent au salaire minimum) et dans les coopératives étudiantes comme Coopsco. Quelle crédibilité a une association étudiante qui exige une mesure tout en ne l’appliquant pas dans son propre café? Il serait grand temps d’y remédier, et vite, sinon ces associations sont carrément complices de la précarité étudiante et ouvrière.

sttmaeLa précarité est loin de s’arrêter à ce niveau dans les milieux associatifs en éducation. En effet, la majorité des emplois offerts par les associations étudiantes et les cafés étudiants sont précaires par définition. Emplois à contrat déterminé, temps souvent très partiel, emplois atypiques ou sur appel, mises à pied durant l’été; si certaines de ces mesures peuvent satisfaire certaines travailleuses et certaines travailleurs, il faut dire qu’elles sont, plus souvent qu’autrement, une façon de précariser les employé-e-s. Si nous n’avons pas nécessairement de solution miracle à proposer face à ce genre de situation, il serait tout de même bien de se poser la question lorsqu’il y a volonté d’embaucher, et ne pas tenter de reproduire ce qui se fait dans l’entreprise capitaliste actuelle.

Toutes ces raisons sont celles qui nous ont poussé à nous organiser en tant que Syndicat des Travailleuses et Travailleurs des Milieux Associatifs en Éducation (STTMAE). En effet, à l’instar de plusieurs associations étudiantes, nous croyons au syndicalisme de combat pour faire valoir nos revendications et désirons nous organiser pour améliorer nos conditions de vie. Pour nous, il est temps de combattre la précarité présente même dans nos milieux progressistes. Nous adhérons également à une vision révolutionnaire du syndicalisme qui permet, maintenant, d’organiser la société de demain dans la coquille de l’ancienne.

Parce que nous aussi, vos employé-e-s, sommes tanné-e-s d’être pauvre!

Visitez notre page Facebook : https://www.facebook.com/sttmae